Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Déshonorée
Théâtre de l'Opprimé  (Paris)  mai 2019

Drame de Saverio La Ruina, mise en scène de Luna Muratti, avec Emmanuelle Ramu et Alexis Gilot.

Écrite en 2006, la pièce de Saverio La Ruina, "Déshonorée" décrit une situation à la fois ancestrale et moderne, qui frappe toute les femmes dans les civilisations enfermées dans la ruralité et la religiosité.

Des femmes toujours vouées au noir, au voile ou au fichu même à l'époque des smartphones. Des femmes abusées par l'amour des jeunes gens beaux parleurs e leur village et qui sont, à mesure que leur ventre s'arrondit, de plus en plus coupables et sans excuses.

On se souvient d'Angèle de Marcel Pagnol et de Jean Giono, voire aussi de certains films "irlandais" de John Ford. C'est en Calabre que se déroule l'action de "Déshonorée". Elle pourrait aussi bien avoir lieu aujourd'hui au Pakistan ou en Inde.

Le texte est aussi simplement écrit que ses personnages sont démunis. Pasqualina raconte sa jeunesse, cinquante ans en arrière,à la fin des années 1960, à l'époque où le Sud de l'Italie était toujours misérable et pas encore transformée par la politique agricole commune.

Sans que cela soit trop gênant, Luna Muratti recourt d'emblée à la vidéo pour décrire ce beau pays caillouteux qui s'échauffe sous un soleil propice au si mal nommé "crime d'honneur". Elle y reviendra quelquefois pour ponctuer le récit de Pasqualina, un récit sans beaucoup de mots mais qui gagnera peu à peu en émotion.

Sans jamais chercher à être "dure", comme sont montrées souvent les femmes de Calabre, Emmanuelle Ramu prend les traits de Pasqualina. Instinctive, sans calcul, soumise à la loi de sa famille, elle voit arriver l'adolescence sans bien en comprendre les enjeux.

Elle sera ainsi victime consentante d'un jeune homme qui disparaîtra quand il saura que l'enfant va paraître et c'est en toute innocence, sans avoir même pensé que la vie qu'elle allait donner pouvait la conduire à la mort, qu'elle laissera l'un de ses proches allumer l'allumette...

Car c'est en brûlant vive que sa famille voulait résoudre son problème de grossesse... C'est avec encore la même innocence qu'elle décrira son calvaire après son supplice raté.

Théâtre documenté sans être totalement didactique, "Déshonorée" vaut par cette écriture sans apprêts mais qui laisse à la femme martyre sa voix et sa parole de jeune fille éternelle qu'elle transmet à son fils unique, qui lui la compile précieusement, en en lisant des extraits sur un cahier. La présence d'Alexis Gilot désamorce l'horreur parce que sa seule existence est la preuve véritable de la victoire de Pasqualina.

"Déshonorée", mis en scène avec peu d'artifices par Luna Muratti et jouée avec une formidable énergie par Emmanuelle Ramu, témoigne avec une grande justesse d'un passé pas forcément révolu.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 août 2019 : Sur la Route du Rock

Nous voici en route pour Saint Malo et son inimitable Route du Rock que nous aimons tant. Pour le voyage on vous a sélectionné quelques disques et quelques bouquins pour préparer gentiment la rentrée. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

Nos valises sont prêtes, en route pour La Route du Rock
"Onda" de Jambinai
Rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society
et toujours :
"When I have tears" de The Murder Capital
Seun Kuti en interview au festival Terre du Son ou nous l'avons également vu en live avec Egypt 80
vendredi au Foreztival avec The Inspector Cluzo, Feu! Chaterton entres autres
samedi au Foreztival toujours avec Tiken Jah Fakoly, Goran Bregovic, Thérapie Taxi

Au théâtre :

des comédies avec des inoxydables à voir ou revoir tels :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Palace
et des outsiders à découvrir :
"Jean-Louis XIV" au Théâtre des Béliers parisiens
"La Moustache" au Théâtre du Splendid
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Azzedine Alaïa - Une autre pensée nde la mode : la Collection Tati" à la Galerie Azzedine Alaïa

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon
et toujours :
"Le voleur d'eau" de Claire Hajaj
"Paix et guerre" de Ronan Farrow
"UK serial killers" de Emily Tibbatts

Froggeek's Delight :
"Old man's journey" sur PS4, PC, Mac, Xbox, Switch, iOS et Android

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=