Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Artemis Quartet
Chostakovitch  (Erato)  mai 2019

"Dans une certaine mesure, on peut donc affirmer que le régime de Staline a eu un effet sur la musique de Chostakovitch, le compositeur commençant à réagir, inconsciemment peut-être, d’une manière directe, bien que jamais explicite, au contexte culturel qui caractérise l’apogée du stalinisme. Il donne de la profondeur à ses créations, abandonnant la parodie, les effets dramatiques, l’humour et la satire qu’il affectionnait pour adopter un style plus complexe et, en même temps, plus ouvert à une diversité´ d’interprétations." Pauline Fairclough

Nous avions un peu peur pour l’avenir du Quatuor Artemis. Fondé en 1989, l’ensemble Allemand s’est imposé comme l’un des plus intéressants avec cette constante acuité expressive mais il a dû traverser une période depuis le suicide de l’altiste Friedemann Weigle, forcément douloureuse et tempétueuse, de changements de composition. Celle de ce disque avec Vineta Sareika (violon 1), Anthea Kreston (violon 2), Gregor Sigl (alto) et Eckart Runge (violoncelle) n’est déjà plus actuelle, Suyoen Kim remplaçant Anthea Kreston et Harriet Krijgh, Eckart Runge, dernier des membres fondateurs du quatuor.

Le répertoire de ce disque est construit autour du quintette joué tout naturellement avec Elisabeth Leonskaja, depuis longtemps partenaire du quatuor. Ce quintette est l'un des très grands chefs-d’œuvre de la musique de Chostakovitch avec cette voix moderne dans une lignée traditionnelle et ce sens aigu de la composition et des dynamiques entre ses moments de tensions et de détentes.

Les quinze quatuors écrits entre 1938 à 1974 forment comme le cycle de ses symphonies une ligne esthétique évolutive mais sont également comme un journal intime du compositeur. Ces quatuors occupent une place importante au sein de la musique de chambre du XXème siècle et sont sans aucun doute l’un des sommets de l’œuvre de Chostakovitch. Leur cohérence stylistique, leur rapport aux symphonies, le rythme de composition soutenu entre 1938 à 1975 interroge forcément sur la liaison entre ces œuvres et le compositeur. La musique de Chostakovitch est inséparable de ce qu’était intimement le compositeur, qui n’hésitait à dire : "En écoutant ma musique, vous découvrirez la vérité sur moi, l’homme et l’artiste", sur sa spiritualité, ses angoisses, ses devoirs de citoyens, ses aspirations et engagements esthétiques. Même si les quatuors ne visaient pas spécialement de messages définis.

Le quatuor n°5, contemporain de la symphonie n°10 achevé depuis la fin de 1952 mais resté dans le fond de tiroir jusqu’à la mort de Staline en 1953 est d’une très grande densité. Cette densité, grave, désespérée marque une certaine révolution par rapport aux quatuors précédents. On y remarque sa signature musicale dissimulée sous la forme DSCH (ré, mi bémol, do, si).

Le septième quatuor, dédié à son épouse défunte Nina Vazar, pensé presque comme un tombeau est assez court, en trois mouvements. Il pourrait commencer la troisième période des quatuors. On pourrait séparer les quatuors en quatre périodes : du n°1 au 4, le n°5 et 6, du n°7 au 10, et du n°11 au 15. Il reprend de nombreux éléments de son écriture avec de grands contrastes dramatiques, tranchants et la mort y est omniprésente et encore plus dans la fugue finale.

On trouve dans ce disque du caractère, des dynamiques diverses et des textures appuyées, beaucoup de précision dans les nuances et qui font de cette interprétation engagée et tendue parfois à l’extrême une superbe interprétation... Une force interprétative, rappelant celle du quatuor Eder, qui bouscule l’auditeur tout simplement.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Artemis Quartet
Le Facebook de Artemis Quartet


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=