Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Plague Tale : Innocence
Windows - Playstation 4 - Xbox One  (Asobo Studio)  mai 2019
Quand les studios français se lancent dans des jeux AA où ils peuvent avoir toute liberté et s’exprimer pleinement, cela nous amène à des petits bijoux comme A Plague Tale : Innocence, développé par Asobo Studio et publié par Focus Interactive (producteur entre autre de Vampyr).

Asobo Studio est un studio de développement bordelais (Cocorico !) qui s’était fait connaître pour des jeux tels que Fuel, Là-haut, Toy Story 3, The Crew, Monopoly Plus, ReCore, Rush : A Disney Pixar Adventure ou plus récemment Zoo Tycoon : Ultimate Animal Collection.

On sentait déjà à l’époque que les développeurs voulaient se faire un nom et étaient prêts à travailler sur toute sorte de projet pour y arriver. Et je peux vous dire qu’ils y sont arrivés et leur nouveau bébé se nomme A Plague Tale : Innocence.

A Plague Tale : Innocence est un jeu mature et bien pensé, tout a été fait pour prendre le joueur par les sentiments et le rendre acteur et spectateur de son histoire. Mais il lui montre aussi la dure réalité de la vie à l’époque de la peste.

L’histoire

Vous incarnez Amicia De Rune, une jeune fille de 14 ans, élevée par son père, Robert de Rune, dans un village de Gironde. Amicia est un petit mélange d’Aloy (héroïne de Horizon Zero Dawn) et de Arya Stark (héroïne de Game of Thrones). Elle est très garçon manqué et passe son temps avec son père à apprendre à chasser et tirer à la fronde. Amicia va malheureusement bientôt découvrir ce qui se passe dans le village dont son père est le seigneur et va devoir affronter un terrible fléau en compagnie de son frère Hugo.

Hugo, quant à lui a 5 ans, et est élevé par sa mère Béatrice de Rune qui le surprotège à cause de la maladie de celui-ci. En effet, Hugo souffre d’un mal inconnu que nous allons découvrir au fur et à mesure du jeu, ce qui le tient à l’écart du reste de sa famille. Vous comprendrez donc qu’Amicia et Hugo se connaissent très peu, mais que l’intrigue va nous amener à tisser des liens entre eux. D’ailleurs, l’idée d’avoir à tisser des liens entre Hugo et Amicia est très judicieuse car cela va faire que le joueur s’impliquera encore plus dans l’intrigue et les relations des différents protagonistes.

Mais revenons-en au début de l’histoire, Amicia et son père découvrent de façon brutale qu’un mal est en train de ravager le monde qui les entoure, ce mal est représenté par les rats et une substance noire qui se répand un peu partout, belle allégorie de la peste, n’est-ce pas ?

Amicia et son père reparte donc très vite au château afin de prévenir tout le monde et c’est à cette occasion que nous rencontrerons la mère d’Amicia puisque celle-ci va devoir lui parler d’urgence pour la prévenir.

C’est à ce moment que l’inquisition arrive au château des de Rune et élimine le père d’Amicia devant ses yeux. Amicia partira alors à la recherche de son frère à la demande de sa mère afin de le mettre à l’abri. Il ne faut surtout pas que Hugo tombe entre les mains de l’inquisition, mais pourquoi ? Et pourquoi l’inquisition recherche ce garçon qu’a-t’il de si important ?

C’est là tout l’objet du jeu. Et je vous laisserais le découvrir par vous-même.

Le gameplay

Le jeu est bien pensé à tous les niveaux, l’histoire est prenante, le scénario bien écrit et le gameplay est suffisamment varié pour que le joueur ne s’ennuie pas. Vous aurez tantôt des phases d’infiltration, assez simples avouons-le mais suffisamment bien réalisées pour ne pas les rendre ennuyantes, tantôt des phases de combat où vous pourrez jouer avec les différents types de projectiles qu’Amicia aura à sa disposition tout au long du jeu, disponibles via une roue de munition facilement accessible et qui permet de ralentir le temps pour vous laisser choisir la bonne munition contre le bon ennemi (mécanique déjà utilisé dans Horizon Zero Dawn entre autres et qui reste très efficace).

Parfois, vous aurez des instants de simulateur de marche qui permettront d’en découvrir beaucoup plus sur l’histoire car c’est à ce moment que vous discuterez avec votre frère et vos différents compagnons de route.

Les compagnons de route, quant à eux, sont loin d’être inintéressants au contraire, certains vous aideront dans votre quête en vous apportant de nouveaux types de munitions, d’autres auront des capacités particulières que je vous laisserais découvrir pour ne pas vous gâcher le plaisir du jeu.

De plus si vous fouillez bien les différents lieux, vous découvrirez des éléments de leur vie, ou déclencherez des scènes de dialogue où ils parleront d’eux. De plus, n’hésitez pas à vous balader partout afin de trouver différents éléments comme des fleurs qu’Hugo mettra dans les cheveux d’Amicia, ou bien des cadeaux et différents objets que vous stockerez dans une étagère au cours de votre aventure et qui déclencheront des petits dialogues qui rendent les protagonistes plus humains et réels à vos yeux.

Et les ennemis dans tout ça ?

Dans le monde de A plague Tale : Innocence, vous aurez deux types d’ennemis, les humains et les rats.

Les humains sont des soldats de l’inquisition envoyés par le grand inquisiteur et vous aurez à vous cacher d’eux afin de leur échapper ou alors à les affronter pour les éliminer. Et comme je le disais précédemment, il faudra choisir judicieusement la façon de les éliminer, soit avec vos munitions, vos compagnons, ou bien la façon ultime sera d’utiliser vos autres ennemis, les rats.

Les rats sont vos ennemis car si vous vous approchez un peu trop près d’eux, ils n’hésiteront pas à vous manger et donc vous mourrez dans d’atroces souffrances. Mais ils pourront également être vos alliés car les rats pourront s’attaquer à vos ennemis si vous faites en sorte d’éliminer toute source de lumière les entourant. Le gameplay est très bien pensé à ce niveau car vous pourrez vraiment jouer avec les rats.

L’ambiance ?

Comme je le disais, les décors sont très travaillés et très beaux dans l’ensemble, nous voyons bien la différence entre l’ambiance bucolique du départ et l’ambiance glauque qui s’intensifie au cours du jeu. Dans certaines phases du jeu, vous devrez même traverser des fosses de cadavres en décomposition et croyez-moi, vous ressentirez rapidement ce qu’Amicia ressent.

La musique est très travaillée et colle toujours parfaitement à la narration de l’histoire. On sent le soin apporté à l’ambiance sonore afin que le joueur soit au cœur du jeu et soit lié à Amicia et son frère Hugo.

Les doublages en français sont d’une excellente qualité, le jeu des acteurs est très soigné. Aucun des personnages de l’histoire n’a été bâclé. Le studio a même pris soin d’écrire des dialogues entre les soldats de l’inquisition qui nous permettent de comprendre ce qui se passe de leur côté si on prend le temps de les écouter. Cela nous plonge encore plus au cœur de l’histoire et nous permet de comprendre pourquoi Amicia est aussi peinée de les éliminer par moment.

Conclusion

A Plague Tale : Innocence est un jeu que je conseille fortement, tant l’ambiance est prenante et les personnages attachants. Il ne vous laissera pas indifférent quant aux sorts des différents protagonistes et vous paniquerez devant la vague de rats qui pourra à tout moment vous submerger.

La durée de vie du jeu se situe aux alentours des 10h ce qui est très raisonnable si on met en relation le prix, la durée de vie et l’expérience de jeu qui est très bonne.

Alors qu’attendez-vous pour vous balader en Gironde à l’époque de la peste ?

 

En savoir plus :
Le site officiel de A Plague Tale
Le Facebook de A Plague Tale


Ezaechiel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=