Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iliade
La Scala  (Paris)  mai 2019

Comédie dramatique d’après l'oeuvre éponyme d'Homère, adaptation et mise en scène de Pauline Bayle, avec Charlotte Van Bervesseles, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin.

 C'est en 2015 que Pauline Baye a livré sa première version de "L'Iliade". Aujourd'hui elle poursuit sa lecture minimaliste de l'oeuvre d'Homère, en y adjoignant "L'Odyssée".

Conçus séparément les deux spectacles peuvent être maintenant vus ensemble. C'est d'ailleurs la question qui se pose en préliminaire : faut-il voir l'intégralité de la grande geste antique, où préférer, à l'ère des "séries", la déguster en deux soirées ?

Cela implique de considérer les deux spectacles comme indépendants et dès lors de les juger comme tels, c'est-à-dire non pas de les amalgamer de facto, mais de les examiner l'un après l'autre, l'un contre l'autre.

A ce jeu, on est bien obligé d'admettre que l'adaptation de l'Iliade est plus réussie que celle de l'Odyssée et qu'il vaut donc mieux les voir séparément, et, d'une certaine façon d'aller à l'encontre de la logique, en commençant par le retour d'Ulysse à Ithaque et de finir en apothéose par une Guerre de Troie qui, avec cinq personnages, une adaptation très claire et un texte très pur, vaut largement le péplum qu'en a tiré Wolfgang Petersen avec des moyens considérables, et une distribution affolante comprenant Brad Pitt, Diane Kruger, Orlando Bloom et Peter O'Toole.

Comme Pauline Baye termine brutalement la prise de Troie par le choc titanesque entre Hector et Achille, laissant Ulysse conter l'épisode du Cheval dans l'Odyssée à venir, on sera saisi par cette fureur guerrière. En revanche, force est de constater que, malgré la même construction théâtrale, la fin de l'Odyssée traînasse un peu, l'épisode ultime avec les Prétendants étant sans doute aussi décevant que le dernier acte de "Game of Thrones".

Pour en revenir à l'Iliade, les cinq comédiens (Charlotte Van Bervesseles, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin) disent le texte, interprètent les personnages, mais sans se soucier de les incarner en toutes circonstances.

Il n'y a pas "un" Patrocle ni "une" Hélène, mais tous peuvent l'être, et les rôles féminins peuvent être tenus par des hommes et réciproquement. Pauline Baye a choisi la limpidité du discours plutôt que son illustration. Tout le monde est en jeans et en baskets, personne n'est en toge ni ne porte de boucliers ou de casques.

Quelques éléments matériels viennent parfois pour éclairer des scènes, comme l'irruption de seaux contenant de l'eau ou de la peinture, ou pouvant servir à allumer des feux.

Conformément au poème d'Homère, les Dieux peuvent intervenir ou dialoguer entre eux, mais sans emphase et sans grandiloquence. Ils sont même souvent objets de moquerie de la part de la metteuse en scène qui ne les présente pas toujours à leur avantage et, pareillement, on ne sent pas un très grand respect des divinités par les hommes pourtant censés être les champions respectifs des Dieux qui se querellent.

Outre le parti formel d'un récitatif rythmé sous forme de choeur entrecoupé de morceaux de bravoure joués par les acteurs, on peut dire qu'on est ici devant une interprétation agnostique de l'Iliade.

Préfigurant "Le Désert des Tartares" avec sa guerre qui n'arrive jamais, ou simplement quand on ne l'attend plus, "Iliade" telle qu'elle est montrée par Pauline Baye est passionnante. Elle sait l'achever à son acmé avec la mort d'Hector, double fatalité puisqu'elle annonce la défaite des Troyens et la mort inéluctable d'Achille dont le sort était intimement lié à celui de son ennemi héroïque.

Cette très belle réflexion sur la guerre est aussi une entrée inspirée dans l'un des récits majeurs de la littérature mondiale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=