Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kishi Bashi
Omoiyari  (Joyful Noise Recordings)  mai 2019

"I wish that I had met you, When your heart was safe to hold, When you were simple and fancy, In that field of marigolds"

"And when they sleep, she’d sing this melody. To her beloved sons. Forgotten words from Japan"

On ne refait pas les gens. De la musique de Kishi Bashi, il se dégage toujours une lumière bienveillante. Une lumière qui transperçait déjà la pop de 151a (2012), Lighght (2014) et Sonderlust (2016).

Et si son nouvel album Omoiyari est sur les sujets les plus graves auxquels s’attaque le musicien : les camps d'internement japonais de la Seconde Guerre mondiale créés sous les instructions du président Franklin D. Roosevelt en réaction aux attaques de Pearl Harbor (la pochette est faite d'épingles d'oiseaux sculptées à la main et fabriquées par des Américains d'origine japonaise pendant leur captivité), sur la résilience humaine, sur ses parents, sur ce que signifie être américain, sur Fukushima, sur la politique de Trump et les lois anti-immigration, sur le fait de se sentir faisant partie d’un groupe minoritaire (ses parents ont émigré en Amérique après la Seconde Guerre mondiale), le ton est résolument tourné vers une certaine compassion. Cela tombe bien, le mot japonais Omoiyari désigne le mot compassion. La capacité à comprendre les points de vue des autres pour faire preuve de bonté et de compréhension.

La base musicale reste donc plus ou moins la même : une pop chaleureuse qui vient du cœur, un sens de l’écriture mélodique. Il y a toujours, même si, et c’est dommage, moins que sur ces disques précédents, ces arabesques de violon, son instrument de prédilection.

Comment ne pas être touché par des titres comme "Theme from Jerome (Forgotten Words)", "Penny Rabbit and Summer Bear", "Marigolds", "A Meal for leaves", "Summer of '42" ou "Violin Tsunami" ? C’est à la fois doux et triste, beau et étincelant. Et cela termine sur une note résolument optimiste dans le titre "Annie, heart thief of the sea". Superbe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 151a de Kishi Bashi
La chronique de l'album Lighght de Kishi Bashi
La chronique de l'album String Quartet Live! de Kishi Bashi
La chronique de l'album Sonderlust de Kishi Bashi
L'interview de Kishi Bashi (juillet 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Kishi Bashi
Le Bandcamp de Kishi Bashi
Le Soundcloud de Kishi Bashi
Le Facebook de Kishi Bashi


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=