Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar
Petit Palais  (Paris)  Du Du 22 mai 2019 au 1er septembre 2019

Dans le cadre de ses expositions dédiées à l'art graphique et en collaboration avec de la Klassik Stiftung Weimar, fondation allemande gérant les collections d'art de Weimar, le Petit Palais présente "L'Allemagne romantique 1780-1850" un panorama inédit de l’Age d’or du dessin allemand de la période romantique.

Conçue sous le commissariat de Hermann Mildenberger, conservateur au Klassik Stiftung Weimar, Gaëlle Rio, directrice du Musée de la Vie romantique et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais, la monstration se développe selon un parcours chrono-esthétique du classicisme au romantisme tardif.

Et elle bénéficie d'une éclatante scénographie élaborée par le Studio Tovar constituée d'une suite de salons en ligne de fuite, avec des cimaises aux couleurs chaudes et des portes françaises dont le linteau reproduit un dessin significatif, pour évoquer les intérieurs auxquels étaient destinés nombre de ces feuilles choisies par Goethe pour la collection du Grand-Duc de Saxe-Weimar-Eisenach.

L'Allemagne romantique au fil de la plume et du crayon

De la mythologisation à la transcendance, le mouvement romantique entraîne une rupture avec le néo-classicisme exaltant le goût de l'antique importé d'Italie au profit des thèmes médiévaux, et plus particulièrement les légendes nordiques.

Ainsi qu'un bouleversement esthétique dans ses genres de prédilection, le paysage et les scènes de genre, avec notamment une approche différente de la nature, de la philosophie de la nature à l'idéalisation du passé, des paysages très épurés de l'Ecole de Munich à l'art missionnaire des Nazaréens.

Et ce avec les codes d'une puissante dramaturgie narrative et notamment la reconstruction idéalisée, voire théâtralisée, d'un paysage d’inspiration arcadienne ou ossanienne pour induire une intense dramaturgie narrative .

De plus, la monstration consacre un focus à l'oeuvre graphique de trois peintres figures majeures du romantisme allemand avec, bien évidemment en premier lieu, Caspar David Friedrich considéré comme "le maître du paysage" dont les compositions mélancoliques dans une veine mystique subliment la nature propice à la méditation existentielle.

Ensuite à Johann Heinrich Füssli surnommé "le Suisse sauvage" metteur en scène du cauchemar et précurseur du romantisme noir avec son maniérisme et son répertoire iconographique constitué de héros athlétiques et de femmes voluptueuses.

Enfin à Philipp Otto Runge, avec sa série de dessins allégoriques "Les célèbres Heures du jour", qui investit chacun de éléments d'apparence purement décorative d'une signification symbolique et spirituelle en corrélation avec la condition humaine.

Ce qui entre résonance avec le focus sur les Nazaréens qui puisaient tant aux sources bibliques qu'aux légendes attachées aux migrations des peuples germaniques pour lequel le renouveau de l'art allemand fondé sur le sentiment national devait être soutenu par l'idéal spirituel chrétien dans l'héritage conjoint d'Albrecht Dürer et de Raphaël.

L'exposition est accompagnée, outre d'un cycle de conférences, de lectures-concerts et de concerts en auditorium, d'une programmation musicale enrichie avec des concerts en dispensés dans les salles du musée par les artistes de l'association La Nouvelle Athènes - Centre des pianos romantiques dédiée à la relecture du répertoire romantique sur les pianos d’époque et tous en entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=