Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar
Petit Palais  (Paris)  Du Du 22 mai 2019 au 1er septembre 2019

Dans le cadre de ses expositions dédiées à l'art graphique et en collaboration avec de la Klassik Stiftung Weimar, fondation allemande gérant les collections d'art de Weimar, le Petit Palais présente "L'Allemagne romantique 1780-1850" un panorama inédit de l’Age d’or du dessin allemand de la période romantique.

Conçue sous le commissariat de Hermann Mildenberger, conservateur au Klassik Stiftung Weimar, Gaëlle Rio, directrice du Musée de la Vie romantique et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais, la monstration se développe selon un parcours chrono-esthétique du classicisme au romantisme tardif.

Et elle bénéficie d'une éclatante scénographie élaborée par le Studio Tovar constituée d'une suite de salons en ligne de fuite, avec des cimaises aux couleurs chaudes et des portes françaises dont le linteau reproduit un dessin significatif, pour évoquer les intérieurs auxquels étaient destinés nombre de ces feuilles choisies par Goethe pour la collection du Grand-Duc de Saxe-Weimar-Eisenach.

L'Allemagne romantique au fil de la plume et du crayon

De la mythologisation à la transcendance, le mouvement romantique entraîne une rupture avec le néo-classicisme exaltant le goût de l'antique importé d'Italie au profit des thèmes médiévaux, et plus particulièrement les légendes nordiques.

Ainsi qu'un bouleversement esthétique dans ses genres de prédilection, le paysage et les scènes de genre, avec notamment une approche différente de la nature, de la philosophie de la nature à l'idéalisation du passé, des paysages très épurés de l'Ecole de Munich à l'art missionnaire des Nazaréens.

Et ce avec les codes d'une puissante dramaturgie narrative et notamment la reconstruction idéalisée, voire théâtralisée, d'un paysage d’inspiration arcadienne ou ossanienne pour induire une intense dramaturgie narrative .

De plus, la monstration consacre un focus à l'oeuvre graphique de trois peintres figures majeures du romantisme allemand avec, bien évidemment en premier lieu, Caspar David Friedrich considéré comme "le maître du paysage" dont les compositions mélancoliques dans une veine mystique subliment la nature propice à la méditation existentielle.

Ensuite à Johann Heinrich Füssli surnommé "le Suisse sauvage" metteur en scène du cauchemar et précurseur du romantisme noir avec son maniérisme et son répertoire iconographique constitué de héros athlétiques et de femmes voluptueuses.

Enfin à Philipp Otto Runge, avec sa série de dessins allégoriques "Les célèbres Heures du jour", qui investit chacun de éléments d'apparence purement décorative d'une signification symbolique et spirituelle en corrélation avec la condition humaine.

Ce qui entre résonance avec le focus sur les Nazaréens qui puisaient tant aux sources bibliques qu'aux légendes attachées aux migrations des peuples germaniques pour lequel le renouveau de l'art allemand fondé sur le sentiment national devait être soutenu par l'idéal spirituel chrétien dans l'héritage conjoint d'Albrecht Dürer et de Raphaël.

L'exposition est accompagnée, outre d'un cycle de conférences, de lectures-concerts et de concerts en auditorium, d'une programmation musicale enrichie avec des concerts en dispensés dans les salles du musée par les artistes de l'association La Nouvelle Athènes - Centre des pianos romantiques dédiée à la relecture du répertoire romantique sur les pianos d’époque et tous en entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=