Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Homme encadré sur fond blanc
Théâtre Tristan Bernard  (Paris)  juin 2019

Seul en scène humoristique conçu par Pierric Tenthorey, Gaëtan Bloom, Jérôme Giller et Roelof Overmeer et interprété par Pierric Tenthorey.

Un grand garçon sec, en costume noir, chapeau noir, chaussures et chaussettes noires, avec une chemise blanche hébergeant une cravate noire, est dans une pièce contenant un cube blanc, des murs blancs et deux portes blanches.

Inévitablement, il cherche à ouvrir les portes situées aux deux côtés de la scène. Pour cela, un mystérieux rayon de lumière souligne soudain l'une des portes. L'homme se rend à ce qui ressemble à une invitation : déception, il ne parvient pas à ouvrir la porte et la poignée lui reste dans les mains... La lumière change de porte et l'homme se précipite de l'autre côté pour le même résultat...

Voilà le cadre dans lequel va évoluer désespérément Pierric. Au bout de chaque séquence, le noir se fait et quand la lumière revient, il est de dos dans la position d'un "porte manteau" qui ne laisserait apparaître que ses vêtements accrochés.

A chaque fois, la situation évolue un peu. Des objets apparaissent (canne, balles) ou disparaissent... et le cauchemar, pour le personnage, et le rire, pour le spectateur, continuent, avec une tendance à s'amplifier, comme le saugrenu de cette séquestration sans fin...

Face à ces éléments peu coopératifs, Pierric fait preuve de beaucoup d'abnégation : il ne se résigne jamais. Tour à tour magicien, jongleur, contorsionniste, mime, il reprend à les fignolant tous les numéros de ces grands prédécesseurs. On pense évidemment au Mime Marceau, à Jacques Tati, à Buster Keaton voire à Jerry Lewis. Pierric y ajoute de la danse et se prend un instant pour Fred Astaire sur la musique d'"Heaven".

Peu de redites et beaucoup d'astuces nouvelles comme cette manière inédite de jongler pendant laquelle des balles disparaissent. Très expressif, Pierric est aussi d'une dextérité folle. Il a reçu le Grand Prix 2015 au championnat du monde de magie, et ses tours sont distillés harmonieusement dans le spectacle sans qu'ils perturbent sa quête de la porte ouverte.

Suisse, également auteur de romans et réalisateur de courts-métrages, Pierrick Tenthoray est également influencé par le surréalisme belge. On s'en doute avec le titre magrittien de ce spectacle - "Homme encadré sur fond blanc" - conçu avec Gaëtan Bloom, Jérôme Giller et Roelof Overmeer mais aussi par certains gags passablement absurdes.

Ainsi, quand il parvient au bout de quelques séquences et d'un rituel compliqué qu'il doit constamment recommencer, à ouvrir le carré et qu'il a l'idée d'y jeter une balle... celle-ci tombe aussitôt du... plafond !

Avec Pierric, le haut et le bas, les couleurs et le noir et blanc, le côté gauche et le côté droit forment un méli-mélo qui défie les lois de la pesanteur et celle de la physique terrestre.

Pendant plus d'une heure, on est en compagnie d'un clown triste d'être dans un mauvais rêve et l'on a presque envie de se contenir, d'éviter de rire aux éclats devant les malheurs qui le touchent. Ce qui rassure vite c'est qu'ils n'ont pas l'air d'atteindre son moral et qu'il est encore et toujours sur la brèche pour trouver la solution.

On prédit à ce spectacle poétique et cruel, audacieux et d'une grande élégance visuelle, un grand succès qui sera mille fois mérité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=