Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Natan, le fantôme de la rue Francoeur
Francis Gendron  juin 2019

Réalisé par Francis Gendron. France. Documentaire. 1h23 (Sortie le 19 juin 2019).

Il y a deux ans, Rebecca Zlotowski racontait dans "Planetarium" l'histoire d'André Korben, un brillant producteur français jeté en pâture aux Allemands en 1942 après avoir été injustement condamné pour escroquerie. On y retrouvait avec plaisir Emmanuel Salinger dans le rôle de Korben.

Dans "Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron, finie la fiction, l'évocation elliptique d'un rêve cinématographique devenue un cauchemar. André Korben cède la place à celui qui l'a inspiré, Bernard Natan, celui qui redressa la société Pathé, en fit la gloire dans les premières années du parlant sous le nom de Pathé-Natan.

Un peu austère, ne cherchant en rien le glamour, le documentaire de Francis Gendron a le grand mérite de raconter scrupuleusement l'aventure du cinéma français par l’intermédiaire de l'une des personnes qui en a fait une industrie, qui reste à ce jour la deuxième au monde, certes loin derrière Hollywood, mais qui donne à la France l'un de ses spécificités par rapport à ses voisins européens.

Car c'est grâce à quelques individus visionnaires, parmi lesquels Bernard Natan, que le cinéma français a pris son élan et bon an mal an continue d'exister vraiment contrairement aux cinématographies moribondes italiennes, allemandes ou anglaises. S'il y a une production, une organisation de la profession, des salles pour accueillir les films, c'est grâce à des gens inventifs comme Bernard Natan.

Hélas, celui qui permit la naissance de grands films de Raymond Bernard, comme "les Croix de bois" et "Les Misérables", était né en Roumanie et son vrai nom était Natan Tannenzaft.

Quand au milieu des années 1930, le cinéma français s'effondre victime de la crise économique, avant que l'État organise la profession comme elle l'est aujourd'hui, avec notamment un système d'aides publics pour amortir les pertes, il fallait désigner des boucs-émissaires qu'on soupçonnait de s'être enrichis en pratiquant de la "cavalerie" budgétaire.

Natan était tout trouvé. Brillant, mis en avant par ses innovations et le redressement de la société Pathé, avec l'émergence des studios de la rue Francoeur, il incarnait ces "métèques" du cinéma français si "subtilement" croqué par "l'élégant" Paul Morand dans "France-la-doulce".

Condamné à 4 ans de prison en 1939, il est déchu de la nationalité française par les autorités de Vichy et "libéré" pour être envoyé à Auschwitz en 1942. Peu de temps en avant, la sinistre expo "Le Juif et la France" l'avait mis en avant dans sa partie "Les Juifs, maîtres du cinéma français".

Cet homme passionné, père de deux jumelles, qui a fait rayonner le nom de Pathé, notamment grâce aux actualités sonores "Pathé Journal", fut l'emblématique victime de toutes les mesquineries, jalousies et rancoeurs qui sont la face noire de cet art du rêve qu'est le cinéma.

"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron brasse toute cette matière sans forcer la polémique : il rend hommage à un homme dont l'importante contribution au cinéma français ne fait aucun doute et qui n'a pas besoin d'être "réhabilité" mais plutôt de ne plus être injustement oublié quand on dresse la liste de ceux qui ont construit la grandeur du septième art mondial.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=