Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Crépuscule
Présence Pasteur  (Avignon)  juillet 2019

Comédie dramatique d’après un récit d’André Malraux, adaptation et mise en scène de Lionel Courtot, avec John Arnold et Philippe Girard.

Dans son adaptation théâtrale des "Chênes qu'on abat" d'André Malraux, "Le Crépuscule", Lionel Courtot a pris le parti-pris d'aller jusqu'à la grandiloquence, en ajoutant encore de la grandiloquence à la grandiloquence du texte.

D'emblée, on sait qu'on est entre "Grands Hommes" et qu'on va le rester. De Gaulle, le général-président qui vient de démissionner avec fracas six mois plus tôt, est de dos au fond de la scène, dans une lumière "bleu France".

Au premier plan, deux fenêtre coulissantes qui ne ne cesseront d'être ouvertes ou fermées pour laisser plus ou moins d'espace à l'homme du 18 juin 1940 et à l'auteur de "L'Espoir" pour converser. Tour à tour debout devant le bureau occupé

Il faut savoir tout de suite que l'intégralité de ce qui est dit n'est pas la retranscription du dernier entretien que les deux hommes ont eu en décembre 1969, et qui aurait pu être saisie au magnétophone. Non, c'est un texte totalement malrucien, d'autant plus sujet à caution qu'il est paru après la mort en 1970 du général et que nul n'ignore la liberté et la fantaisie qu'a toujours prises Malraux avec le réel.

Il faut féliciter John Arnold en Malraux et encore plus Philippe Girard en De Gaulle désabusé qui rendent parfaitement claire l'écoute d'un texte roboratif et faussement facile à restituer en dialogue.

Pris par ses personnages - de vraies statues du commandeur - , Lionel Courtot a conçu un spectacle limpide mais sans doute un peu trop rigide. Il n'a pas osé de pointes d'humour alors qu'il est bien connu que le Général était un pince-sans-rire redoutable, un lanceur de saillies irrésistibles. Dommage car le spectateur n'a pas beaucoup de répit dans ce dialogue qui enchaîne les formules paradoxales à haute visée intellectuelle.

Peut-être faudrait-il, dès le début de "Crépuscule" expliquer qu'on est devant un texte de Malraux et que le général n'est que sa créature à la Frankenstein et que tout ce qu'il dit procède de son ministre de la culture. Dès lors, Malraux ne jouerait pas le rôle de faux comparse qu'il s'est attribué mais celui d' un manipulateur de marionnettes.

Mais Lionel Courtot a préféré l'ambiguïté du premier degré. Il ne s'en tire d'ailleurs pas mal du tout. Il faut cependant craindre que "Le Crépuscule" soit une pièce clivante selon les opinions politiques, irritant ou laissant indifférents les adversaires du général, confirmant la stature de visionnaire de celui-ci pour ses supporters.

En tout cas, cinquante après, la haute figure de Colombey questionne encore, cette adaptation des "Chênes qu'on abat" a le mérite de le prouver.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=