Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Crépuscule
Présence Pasteur  (Avignon)  juillet 2019

Comédie dramatique d’après un récit d’André Malraux, adaptation et mise en scène de Lionel Courtot, avec John Arnold et Philippe Girard.

Dans son adaptation théâtrale des "Chênes qu'on abat" d'André Malraux, "Le Crépuscule", Lionel Courtot a pris le parti-pris d'aller jusqu'à la grandiloquence, en ajoutant encore de la grandiloquence à la grandiloquence du texte.

D'emblée, on sait qu'on est entre "Grands Hommes" et qu'on va le rester. De Gaulle, le général-président qui vient de démissionner avec fracas six mois plus tôt, est de dos au fond de la scène, dans une lumière "bleu France".

Au premier plan, deux fenêtre coulissantes qui ne ne cesseront d'être ouvertes ou fermées pour laisser plus ou moins d'espace à l'homme du 18 juin 1940 et à l'auteur de "L'Espoir" pour converser. Tour à tour debout devant le bureau occupé

Il faut savoir tout de suite que l'intégralité de ce qui est dit n'est pas la retranscription du dernier entretien que les deux hommes ont eu en décembre 1969, et qui aurait pu être saisie au magnétophone. Non, c'est un texte totalement malrucien, d'autant plus sujet à caution qu'il est paru après la mort en 1970 du général et que nul n'ignore la liberté et la fantaisie qu'a toujours prises Malraux avec le réel.

Il faut féliciter John Arnold en Malraux et encore plus Philippe Girard en De Gaulle désabusé qui rendent parfaitement claire l'écoute d'un texte roboratif et faussement facile à restituer en dialogue.

Pris par ses personnages - de vraies statues du commandeur - , Lionel Courtot a conçu un spectacle limpide mais sans doute un peu trop rigide. Il n'a pas osé de pointes d'humour alors qu'il est bien connu que le Général était un pince-sans-rire redoutable, un lanceur de saillies irrésistibles. Dommage car le spectateur n'a pas beaucoup de répit dans ce dialogue qui enchaîne les formules paradoxales à haute visée intellectuelle.

Peut-être faudrait-il, dès le début de "Crépuscule" expliquer qu'on est devant un texte de Malraux et que le général n'est que sa créature à la Frankenstein et que tout ce qu'il dit procède de son ministre de la culture. Dès lors, Malraux ne jouerait pas le rôle de faux comparse qu'il s'est attribué mais celui d' un manipulateur de marionnettes.

Mais Lionel Courtot a préféré l'ambiguïté du premier degré. Il ne s'en tire d'ailleurs pas mal du tout. Il faut cependant craindre que "Le Crépuscule" soit une pièce clivante selon les opinions politiques, irritant ou laissant indifférents les adversaires du général, confirmant la stature de visionnaire de celui-ci pour ses supporters.

En tout cas, cinquante après, la haute figure de Colombey questionne encore, cette adaptation des "Chênes qu'on abat" a le mérite de le prouver.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=