Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rojo
Benjamin Naishtat 

Réalisé par Benjamin Naishtat. Argentine/Brésil/France/Allemagne/Pays Bas. Drame. 1h49 (Sortie le 3 juillet 2019). Avec Dario Grandinetti, Andrea Frigerio, Alfredo Castro, Laura Grandinetti, Diego Cremonesi, Susana Pampin, Claudio Martínez Bel et Rudy Chenicoff.

Le cinéma argentin n'en finit pas de produire des films singuliers, qui interrogent son passé pour en tirer des leçons universels.

"Rojo" de Benjamin Naishtat, à l'instar de quelques-uns de ses compatriotes contemporains (comme Luis Ortega réalisateur de "L'ange"), revient au cœur des années soixante-dix, matrice de l'histoire actuelle. Précisément, on est juste avant la dictature militaire, celle qui s'effondrera une décennie plus tard avec la guerre des Malouines.

Ce que Benjamin Naishtat veut saisir, par l'intermédiaire du personnage de Claudio, un avocat sans relief qui règle les petites affaires de ses amis de la bonne bourgeoisie, c'est le climat, les attitudes, les petites lâchetés quotidiennes qui sont les clauses permissives à l'arrivée du fascisme.

En France, à l'époque décrite, Jean-Pierre Marielle ou Victor Lanoux incarnaient ce genre de personnages dans les films d'Yves Boisset ou de Pierre Granier-Deferre. Comme eux, il exprime admirablement une imperceptible veulerie maquillée derrière une affabilité suspecte. Quand survient l'événement inattendu, précurseur de l'ère de la peur et du bon ordre, il faudra à la fois sauver les apparences et cacher le réel.

Autour de lui, sa famille et ses familiers sont eux aussi confrontés, à leur échelle, aux mêmes petits arrangements avec les choses qui bousculent la routine. Les jeunes filles perçoivent la menace des garçons bien sous tous rapports, les garçons qui n'appartiennent pas à la classe dominante sentent que leur avenir est sans issue, puisque d'un côté ils seront les malvenus s'ils cherchent à s'élever socialement, de l'autre qu'ils risquent gros en combattant cette société bloquée.

Tout est en marche vers une nouvelle forme de fascisme, plus forcément fondé sur le patriotisme et le respect de la morale chrétienne. Fini le paternalisme peroniste, c'est classe contre classe que tout va s'enclencher.

On doit le marteler : "Rojo" de Benjamin Naishtat vaut d'abord par l'atmosphère qu'il a su recréer. Ses années 1970 sont reconstituées avec un soin qui confine au fétichisme. On pense au Tarentino du "Boulevard de la mort". Des automobiles aux costumes cravates, en passant par les morceaux de musique de l'époque, il plonge son spectateur totalement dans cette année 1975, annonciatrice du désastre.

Et cela est encore amplifié par la palette de couleurs qu'il privilégie. Il y a comme un effet carte postale d'il y a quarante ans. On a l'impression qu'il a utilisé la pellicule et les lentilles de ce moment-là, celles par exemple qui donnent "Sugarland Express" et "Duel" de Spielberg. Quand Claudio, dans sa Ford Mustang (évidemment), retourne dans le désert avec le détective Sinclair, on est bien dans l'imitation du temps "Panavision".

Ce qui fait aussi la force du film, c'est que son récit est plein de creux, de vrais et faux mystères, que Naishtat balade son spectateur. On ne sait vraiment pas comment tout cela peut finir, même si on suppose que, justement, ce n'est pas une fin que l'on attend mais un commencement.

Tout le discours du fameux détective accoucheur de vérité qu'est Sinclair est totalement éclairant. "Rojo" est une ouverture sur un monde dont on disséquera l'après dans des films comme "L'Histoire officielle" de Luiz Puenzo.

Fable politique autant que thriller, "Rojo" de Benjamin Naishtat parvient à éviter tout manichéisme. La moindre scène saisie dans son extrême banalité delermienne suinte le rance mais ne l'exagère jamais.

Les scènes où apparaissent les jeunes sont très réussies : sans avoir besoin de désigner qui que ce soit par un effet cinéma, Naishtat montre ceux qui vont servir ou se servir du régime à venir et ceux qui en seront les victimes. Il filme de futurs disparus, préfigure leur évanouissement.

Un grand film politique d'une force et d'une originalité rare.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=