Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le fossé
Herman Koch  (Editions Belfond)  mai 2019

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé la lecture d’Herman Koch en ce chaud mois de juin. Herman Koch est un auteur néerlandais que j’ai découvert il y a quelques années déjà avec son ouvrage Le dîner qui m’avait beaucoup fait rire à l’époque.

Herman Koch est très connu aux Pays-Bas pour ses émissions de télévision satiriques et ses chroniques dans la presse écrite. Il est aussi l’auteur de plusieurs romans, tous marqués par une ironie grinçante qui est un peu la marque de fabrique de cet auteur célébré par la critique. Le fossé qui vient d’être publié chez Belfond est son quatrième roman traduit en français. Et une fois de plus, on ne boude pas son plaisir à la lecture de cet ouvrage, toujours aussi grinçant.

Herman Koch va nous faire suivre un certain Robert, le personnage principal de son roman. Robert n’est autre que le maire d’Amsterdam, un homme aimé du petit personnel communal et respecté par les puissants de ce monde. Il est aussi un époux comblé, aux côtés de Sylvia, son épouse d’origine étrangère. Ils forment avec Diana, leur fille, une famille heureuse. Robert se surprend à savourer pleinement le sentiment d’une vie accomplie.

Evidemment, un grain de sable va remettre en cause cette belle symphonie familiale. Lors d’une soirée officielle, Robert aperçoit sa femme rire à gorge déployée avec son adjoint à la mairie, le pourtant très insignifiant Maarten Van Hoogstraten. Robert n’avait jamais réalisé qu’ils étaient si proches et même complices. Son imagination en vient à lui jouer des tours, lui laissant penser qu’il pourrait y avoir quelque chose entre sa femme et cet adjoint. Sylvia, elle, se comporte de façon on ne peut plus normale, ce qui n’est pas sans augmenter l’inquiétude de Robert à son égard.

Très vite, le doute s’installe, le fossé se creuse. Et tandis que ses parents, un couple de nonagénaires énergiques, lui annoncent leur décision de mettre fin à leurs jours, c’est tout l’équilibre de Robert et sa belle assurance qui menacent de voler en éclats.

Soupçons et paranoïa vis-à-vis de sa femme vont entraîner Robert dans une multitude de soucis et d’imagination qu’il va se faire. On le suit nous détaillant sa vie avec Sylvia (avant ses doutes) et analysant son comportement pour mieux se convaincre des agissements qu’il imagine de sa femme avec son conseiller municipal.

L’ouvrage est alors l’occasion pour l’auteur satirique de nous parler des affres de la vie conjugale tout en nous proposant une critique acerbe de notre société, comme il l’avait déjà fait dans le dîner. Herman Koch n’a toujours pas sa langue dans la poche, il nous offre même un passage croustillant sur note ancien président socialiste.

Sans réellement nous surprendre avec ce nouvel ouvrage plein de second degré, d’ironie et de satire, Herman Koch parvient à prolonger le plaisir de lecture pris par son ouvrage précédent Le dîner. On aime l’auteur pour son cynisme et sa capacité aussi à nous faire réfléchir sur des sujets de société comme la vieillesse, le racisme et évidemment l’adultère, au centre du roman.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Herman Koch
Le Facebook de Herman Koch


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

la dernière ligne droite "L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=