Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 225 000 (Femmes Kleenex)
Espace Alya  (Avignon)  juillet 2019

Comédie dramatique de Nicole Sigal, mise en scène de Guillaume Vatan, avec Camille Favre-Bulle, Magali Bros, Mathias Marty et Rodolphe Couthouis.

225 000, c'est le chiffre de violences conjugales, physiques et/ou sexuelles commises chaque année contre les femmes, comme l'indique une voix off qui intervient au cours du spectacle.

Sur ce thème on ne peut plus actuel, Nicole Sigal a écrit une suite de scènes pour démonter le mécanisme de cette violence quotidienne banalisée au sein de couples de milieux totalement divers.

Dans d'une scénographie plutôt simple mais efficace, un grand tapis rectangulaire gris, des meubles de même couleur et un canapé, traversent les différents protagonistes aux costumes aux touches de rouge sang.

Un couple vieillissant dont l'homme a une maîtresse plus jeune. Il ne veut pas quitter sa femme, mais ne se gène pas pour la maltraiter verbalement et physiquement. Un gynécologue vedette culpabilise ses patientes en mal d'enfants jusqu'à les violenter etc... Les portraits sont terrifiants de réalisme.

La pièce bien documentée de Nicole Sigal(écrite en grande partie dans un centre d'accueil pour femmes battues) brosse avec un humour au vitriol et une pointe de cruauté un tableau implacable des violences faites au femmes, du cynisme et du machisme de certains hommes qui, d'après les chiffres, sont bien plus nombreux qu'on ne pourrait le penser.

La mise en scène précise et inspirée de Guillaume Vatan met en relief de façon frappante ces histoires de violences ordinaires monstrueuses et de féminicides, les teintant d'onirisme et augmentant crescendo la tension au fil du récit.

On assiste à une grande interprétation de Magali Bros. A la fois épouse maltraitée, femme flic ou narratrice de ce "225 000 (Femmes Kleenex)", la comédienne touche par sa présence et sa sincérité. Dans son monologue final, elle est absolument bouleversante.

Autour d'elle, les trois autres comédiens sont au diapason. Camille Favre-Bulle est saisissante dans tous ses personnages et apporte à la fois sa force et sa poésie.

Quant aux deux hommes, Mathias Marty et Rodolphe Couthouis, ils sont excellents. Aussi glaçants l'un que l'autre, ils composent des hommes veules, manipulateurs ou égocentriques qui font froid dans les dos.

Un spectacle très fort et absolument nécessaire.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=