Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oktober Lieber
Interview  (Festival Terres du Son, Domaine de Candé, Monts)  samedi 13 juillet 2019

Charlotte Boisselier (Ambeyance) et Marion Camy-Palou (Deeat Palace), musiciennes parisiennes issues de la scène électronique et post-punk, nous ont accordé une interview quelques heures avant leur passage sur scène au festival Terres du son. Ce duo féminin mêle les styles pour produire un son inimitable qui navigue entre techno, électro et cold wave.

Vous mélangez techno, pop, noise. Comment trouvez-vous votre inspiration pour allier vos deux styles ? Et comment arrivez-vous à les conjuguer à vous mettre d'accord ?

Marion : Ça se fait naturellement, on part d'une page blanche et on fait un début comme ça qui va se transformer, Charlotte, elle va travailler le son et le beat et ensuite on rajoute une basse, le matériau qu'on a sous la main et ça se mélange.

Charlotte : On a chacune nos spécialités mais on connait ces esthétiques toutes les deux, et ce sont des genres que l'on aime beaucoup,

Marion : Ce ne sont pas les mêmes matières donc du coup à nous deux on a trouvé un son qui n'est ni complètement celui de Charlotte ni complètement le mien et qui est plein d'entre deux. Il y a un peu de dark, un peu de "cracra", ça se fait un peu naturellement.

On se fait confiance, chacune travaille, mais ce n'est pas évident car quand on propose quelque chose, on s'en remet à l'autre et il faut faire confiance à l'autre.

Vous étiez récemment à Astropolis, un festival de musique électronique. Comment pensez-vous que va être perçue et ressentie votre musique ce soir à un festival plutôt généraliste et familial ?

Marion : Ici, c'est un peu plus généraliste et c'est pour ça qu'on passe en dernier, On va faire la clôture alors qu'à Astropolis on jouait assez tôt. Ici on va toucher un public différent certainement, et ce n'est pas forcément les mêmes jeunes en fonction des festivals, c'est marrant.

Vous arrivez à voir tout cela depuis vos machines ?

Marion : Oui on se balade, on va voir les groupes, on croise les gens et des jeunes qui nous écrivent sur internet ou nous demandent des invits.

Votre collabaration musicale a l'air très fluide et évidente ?

Marion : Quand tu montes un projet à deux c'est qu'il y a un truc, Après comme tous les groupes c'est un travail d'équipe et il y a des difficultés et des remises en question,

Charlotte : Après là où c'est évident et c'est fluide c'est que l'investissement est égal pour chacune de nous, on est des bosseuses! Notre temps il est dévoué à ça, c'est la priorité et on travaille moins à coté si c'est nécessaire et on est d'accord sur ça.

Vous travaillez ?

Charlotte : Oui on est intermittentes et on a un boulot qui s'adapte très bien à la vie d'artistes.

Marion : Avant je travaillais en restauration les week-ends et j'ai arrêté pour me libérer car on voyait qu'on avait beaucoup de propositions. Le niveau d'investissement est important et l'énergie que tu y mets aussi !

Vous êtes tombées comment dans la musique ?

Marion : Depuis toujours car on a toutes les deux fait de la musique petites, et après l'envie de composer est arrivée à la fin du lycée.

Charlotte : Concernant notre rencontre, Marion avait monté un groupe de pop no-wave il y a quelques années que je suis venue intégrer en tant que musicienne synthés et c'est comme ça qu'on se connait, Du coup on a collaboré sur plein de projets après, pas seulement musicaux mais aussi théâtraux, et on a fini par monter notre projet, c'était assez logique, En fait, on s'est jamais dit qu'on allait faire de la musique ensemble, c'est venu progressivement comme on collaborait de plus en plus souvent,

Marion : Un jour j'ai eu une proposition de performance en dernière minute et j'ai dit à Charlotte : "on la fait toutes les deux !" On a monté un live en duo en un après-midi et tout est parti de là, Je pense qu'il y un truc quand même de plaisir dans le travail, une complicité qu'on n'avait pas eu dans d'autres groupes où ça pouvait être plus compliqué et conflictuel.

Et vous vous voyez comment dans 5 ans ou 6 ans ?

Marion : Oh c'est un peu loin !

Marion : Nous on voit plutot du style 6 mois sur 6 mois, Là on réfléchit à faire un nouveau album qu'on va monter à la fin des festivals d'été quand ça va un peu s'apaiser. On bouge beaucoup, on a encore plein de dates à la rentrée mais on va quand même commencer à travailler très vite sur des nouveaux morceaux. Il faut prendre le temps pour créer et pas jouer toujours les mêmes morceaux, créer ça permet de nourrir le live.

Charlotte : On a des envies de créer cet album et qu'il s'exporte en dehors de la France, on a envie de jouer en Angleterre et en Allemagne.

Marion : Il faut créer son réseau dans chaque pays. On a joué une fois en Suisse et il y a eu d'autres propositions derrière.

Donc de belles perspectives pour la rentrée ! Merci pour toutes ces informations, je suis ravie d'avoir fait votre connaissance et j'attends avec impatience de vous voir tout à l'heure !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Oktober Lieber en concert au Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - vendredi 14
Oktober Lieber en concert au Festival Terres du Son #15 (édition 2019)
Oktober Lieber en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Samedi 17

En savoir plus :
Le Soundcloud de Oktober Lieber
Le Facebook de Oktober Lieber

Crédits photos : César Deloux


Catherine Leclerc         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=