Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Inspector Cluzo
Interview  (Festival Terres du Son, Domaine de Candé, Monts)  dimanche 14 juillet 2019

Je rencontre donc le duo du sud-ouest, plus précisément des Landes, après leur très remarqué concert à TDS. Ils ont fait vibrer et réveiller toute la prairie en ce dimanche après-midi où les festivaliers entament leur troisième jour de musique, et pour ceux venus spécialement pour les voir. Je suis plutôt impatiente. C'est parti !

Bienvenue en Touraine ! Vous connaissez cette région ?

Laurent : Un peu, on est landais.

En effet, je reconnais ce petit accent du sud-ouest, très belle région que j'apprécie particulièrement. On vous appelle les musiciens de la terre, qu'est-ce ça évoque pour vous ? Votre ressenti ?

Laurent : Je pense que c'est une qualification de journalistes pour mettre dans des boîtes. Il se trouve qu'on est musiciens et qu'effectivement, on travaille la terre. Il y a des musiques qui sont d'horizon, on appelle ça comme ça, et les autres. Quand vous nous faites écouter de la musique, moi je peux vous dire si ces gens-là vivent dans un environnement rural et voient l'horizon ou s'ils habitent en ville, ça s'entend.

Et c'est vrai que chez nous, je pense qu'on entend la liberté de l'air, de l'horizon et de ce que l'on fait, comme chez Neil Young où vous sentez le "(Laurent imite le souffle du vent )", et on n'est pas dans le bitume, les américains le sentent bien ça !

Ah oui !

Laurent : Oui, d'abord les américains ils sont tous issus de bled, donc c'est très différent de l'Europe où on vient des grandes villes, et surtout les musiciens américains sont tous issus de bled parce qu'ils se font chier donc ils jouent dans des bleds, et toutes les musiques américaines sont des musiques d'air appelées de "release", de relâche, et c'est ce qu'on adore, c'est pour cela que notre rock est plus américain qu'anglais.

En effet, on le ressent en vous écoutant, on se sent aux States. J'enchaîne avec les Etats-Unis et votre tournée là-bas, avez-vous envie d'y retourner un peu plus ?

Mathieu : Comme l'a dit Laurent, notre musique est une musique de terre et qui vient du blues donc de là-bas. Et on y est allés et on a eu la chance d'être invités par un groupe qui s'appelle Clutch, et on a fait un mois de tournée en plein hiver dans le midwest américain le Mississipi, l'Arkansas, le Dakota du sud, le Montana, le Nébraska, Kansas, là où la musique est née !

Vous avez joué dans le Tennessee ?

Laurent : Oui bien sûr à Nashville, on enregistre là-bas. Et on appris et pris cette façon de jouer comme eux et ça tape fort ! On joue fort mais c'est dans le contrôle.

Et vous allez garder la tête froide avec tout cela maintenant que vous avez traversé l'Atlantique ?

Mathieu : On est fermiers à côté et on est vite rattrapés par la réalité, donc il n'y a aucun souci de grosses têtes. Quand il faut aller nourrir les oies, c'est nous donc on garde les pieds sur terre.

Vous arrivez à concilier les deux ? La création, les répétitions et la gestion de la ferme ?

Mathieu : On travaille tout le temps en fait, on n'a jamais de vacances.

J'ai remarqué que vous ne chantez pas en français. Pourquoi ?

Laurent : Parce que la musique que l'on fait c'est de la musique américaine, et ça n'aurait pas de sens de poser des mots français dessus, ça ne sonnerait pas rock en fait.

Pour les américains, on fait 80 % de l'impact qui vient du placement des mots, nos textes ne sont pas anglais, et on travaille avec un américain qui vit à Mont de Marsan pour travailler ce phrasé punch, typiquement américain, qui est un art mélangé entre le sens de la formule et qui est calé rythmiquement avec les guitares et la batterie. C'est pour cela que le rap américain est si puissant et que le rock américain est aussi relaché contrairement au rock britannique qui cavale (imitation de l'anglais chanté et de l'américain chanté), ça vous permet d'envoyer plus fort la grosse caisse.

80 % d'un bon morceau de rock, c'est déjà une super déclamation de mots en ricains avec un tempo. Le français est une langue fabuleuse mais ce n'est vraiment pas fait pour ça. Le français c'est fait pour faire du Brel, et même Noir Désir, à Nashville ils disent "french song" (rires).

Ce n'est pas méchant mais ils sont là "take it easy men" (rires), ça va trop vite et vous n'avez le "you have to do it !". C'est cela qui fait la puissance et qu'un groupe étranger peut venir jouer aux Etats-Unis. Il ne suffit pas de ne pas chanter en anglais, il faut avoir ces placements de mots, sinon ils vont dire "it doesn't rock". Et c'est pour ça que chanter en français ce n'est pas possible ! Sauf pour la France ou la Belgique mais pas pour le Kansas !

J'ai bien compris que le rock c'est en américain. Par rapport aux idées que vous voulez véhiculer, c'est plus facile de passer un message en français en France afin que tout le monde puisse le comprendre ?

Mathieu : En fait, on discute en français entre les morceaux et on fait des interviews en français. De plus, nos actions à la ferme vont dans ce sens.

Laurent : Le français n'est vraiment pas une langue pour exprimer des idées fortes. C'est une langue de la diplomatie, de la philosophie et c'est fantastique. Mais si vous voulez dire quelque chose de fort, pointu et direct et tout cela, si on traduit un texte américain en français, les français vont dire mais qu'est-ce que c'est que ce langage pas chatié ! Alors que pour un américain, ils vont dire "what the fuck!". Ce ne sont pas les mêmes mécanismes.

Nous on parle 4 langues et par exemple en gascon, on ne pense pas du tout comme en français, c'est une langue affirmative et il n'y a pas de négation et les tournures de phrases on ne les fait pas pareil. Et on ne pense pas pareil ! Par exemple, Michel Serres quand il parlait en français on voyait bien qu'il pensait en gascon. Et chez nous, si le tracteur tombe en panne, on va dire "on va chercher l'autre", le discours est positif.

Récemment quand on a joué à Donington, aux Monsters of Rock, les journalistes anglais faisaient des phrases comme les journalistes français, c'était France Culture ! (rires)

"Donc c'est quoi la question ?" pendant 4 minutes et avec le côté anglais et il vous met une vanne, deux vannes, trois vannes... Alors que les ricains, pas du tout, c'est synthétique et on y voit une grande qualité en tant que scientifiques. Et si on veut monter un groupe, c'est "Let's do it", c'est super !

Mathieu : Quand on est aux Etats-Unis tout est possible, donc pour des gens qui veulent créer et faire des choses c'est fabuleux ! Après il y a aussi des défauts comme partout.

Laurent : Il ne faut pas empêcher les rêves des autres et applaudir quand ils les réalisent. Et ça chez les américains, c'est super !

Le temps passe vite avec vous. On me fait signe, je dois laisser la place, Un très grand merci pour cet échange.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Brothers in Ideals de The Inspector Cluzo
The Inspector Cluzo en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
The Inspector Cluzo en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - samedi 27 et dimanche 28 août
The Inspector Cluzo en concert à Fils Cara - The Inspector Cluzo - Marcus Gad - The Hop Bongo - Feu ! Chatterton - Vald - La (2 au 4 août 2019)
L'interview de The Inspector Cluzo (vendredi 2 août 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de The Inspector Cluzo
Le Bandcamp de The Inspector Cluzo
Le Soundcloud de The Inspector Cluzo
Le Facebook de The Inspector Cluzo

Crédits photos : César Deloux


Catherine Leclerc         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=