Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roubaix, une lumière
Arnaud Desplechin 

Réalisé par Arnaud Desplechin. France. Policier. 1h59 (Sortie le 21 août 2019). Avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier, Antoine Reinart, Chloé Simoneau et Betty Cartoux.

Comme il faudrait enlever les étiquettes sous les toiles, il faudrait voir les films sans les génériques. Ainsi dès que l'on sait qui est l'auteur de "Roubaix, une lumière", le jugement sur ce "petit" policier qui vise à être une série B, dans le sens américain du terme, en est altéré.

On sait Arnaud Desplechin clivant, encensé par une critique toujours dithyrambique, boudé éternellement à Cannes et sujet à des haines cinéphiliques viscérales.

Or, ici, il cherche à s'échapper à sa réputation de réalisateur maniéré aux constructions alambiquées pour s'attaquer à la chose la plus difficile : le film de genre tout simple. C'est donc étouffer dans l'oeuf sa tentative de renouvellement que d'y voir mécaniquement un nouveau "chef d'oeuvre".

"Roubaix, une lumière" serait plutôt une synthèse improbable entre tous les sous-genres du policier à la française. Partant de Melville avec un héros mutique, l'omniprésent commissaire Daoud incarné avec une sobriété sans failles par Roschdy Zem, il bifurque vers le film de commissariat type "L 626" de Bertrand Tavernier qui raconte plusieurs histoires en même temps.

Il poursuit vers le policier aux longs interrogatoires, entre le Pialat de "Police" et la Maïwenn de "Polisse". Enfin, plus étonnement, il rend également hommage au Zidi des "Ripoux", puisque, à l'instar de Philippe Noiret, son commissaire est un turfiste qui rêve d'avoir des chevaux...

Et puis, aussi, comme souvent dans le polar, c'est une ville qui est le personnage féminin compagne de solitude du commissaire. Ici, c'est Roubaix. On est dans le "Nord" (à prononcer avec l'accent de Galabru dans "Bienvenue chez les ch'tis").Un Nord autobiographique où Desplechin traque le cliché et le trouve en ouvrant chaque porte.

Cela marche remarquablement avec la séquence Philippe Duquesne, acteur comme Mocky les aimait, cela pose plus problème quand il s'agit du couple Léa Seydoux-Sara Forestier sur le fil du rasoir.

Peut-être aurait-il fallu deux actrices non professionnelles, un peu comme Séverine Caneele dans "L'Humanité» de Bruno Dumont, autre tentative policière nordiste, cette fois-ci baroque, par un cinéaste côté dans le top 5. Car Sara et Léa jouent et même surjouent là où Roschdy sous-joue, orientant le film vers une théâtralité moins naturiste que le reste.

On pourrait dire que c'est le résidu déspléchien du film, le seul moment où la bataille d'Hernani habituel opposera ceux qui adhèrent et ceux qui décrochent. Mais, dans l'ensemble", "Roubaix, une lumière" d'Arnaud Desplechin est un film qu'on pourra voir sur une grande chaîne à une heure de grande écoute.

On soulignera l'ascétisme zen de Roschdy Zem qui fait le grand écart avec son propre film, sorti il y a peu, "Persona non grata" où son personnage de gitan exubérant et vicieux est l'antithèse du commissaire Daoud. En voyant "Roubaix, une lumière", on est même pris de remords en se disant que le ratage radical de "Persona non grata" aurait mérité lui aussi de l'indulgence.

Et l'on en vient presque à rêver à ce qu'aurait pu être "Roubaix, une lumière" d'Arnaud Desplechin s'il avait, comme Melville avec Bourvil dans "Le Cercle Rouge" (cité clairement dans le film quand Daoud nourrit son chat), pris pour policier un ch'ti comme Dany Boon pour conter la misère roubaisienne.

Il aurait sans doute convaincu enfin le jury cannois et permis à Boon de démontrer qu'il est un très grand comédien, notamment en vampirisant les scènes avec les deux filles précitées.

Mais on ne peut pas refaire un film et l'on se contentera de voir sans prévention ni appréhension le polar synthétique d'Arnaud Desplechin.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=