Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Oeuf dure
Rémi Lange  août 2019

Réalisé par Rémi Lange. France. Comédie. 1h53 (Sortie le 28 août 2019). Avec Rémi Lange, Adriano Dafy, Magali Le Naour-Saby, Antoine Janot, Vassia Chavaroche, Karim Rollamallah, Kathy Le Naour-Saby et Jérôme-Ramses Garcia de la Torre.

Troisième volet de son journal filmé, après "Omelette" et "Les Yeux Brouillés", "L'Oeuf dure" de Rémi Lange n'est pas ce que certains appelleraient un "OVNI filmique". Au contraire, le cinéaste poursuit une œuvre libre, consciente et cohérente où il fait de film en film de l'autofiction un art à part entière.

Plus proche de Joseph Morder que d'Alain Cavalier, le travail de Rémi Lange, jamais bavard, jamais sentencieux, toujours jouissif dans ses obsessions comme dans ses digressions, est d'abord synonyme de plaisir pour le spectateur.

Même si l'on n'est ni gay ni vraiment gay friendly et qu'on se fout totalement de la PMA,de la GPA, acronymes dont on serait incapable de traduire chaque lettre en mot, on se sent tout de suite en empathie avec le héros-réalisateur.

On lui pardonne toutes ses contradictions, comme quand il annonce qu'il va faire un film où on ne le verra pas... alors que, finalement, on le verra constamment sur l'écran.

Tête rasée, ce pré-quinquagénaire arbore toujours un sourire, joue plutôt bien son propre rôle avec ses hauts et ses bas et parvient à une vérité qu'on ne lui contestera pas : "Je suis peut-être au fond de moi un grand comique".

Grand comique ? En tout cas, un grand espiègle qui trouve en Dino, Adriano Dafy, garçon d'une vingtaine d'années, un alter ego lui aussi très rigolo. Alors qu'il prépare un long métrage – une fiction classique avec Arielle Dombasle –, Rémi Lange auditionne des jeunes hommes pour un rôle important.

Surgit alors comme une évidence, Dino-Adriano, métis au physique logiquement de Daffy Duck qui va devenir son petit ami et bien plus : le moteur de "L'Oeuf dure".

C'est lui qui le convainc d'entrer dans la "modernité homosexuelle", de ne plus appartenir à la génération qui vit avec la peur du sida au ventre pour rejoindre la sienne, celle qui veut des enfants, et plutôt faits à l'ancienne, des "œufs frais de poule". Il faudra donc trouver la femme porteuse et lui faire un enfant.

Pour compliquer les choses, la candidate retenue est une actrice infirme moteur cérébral, Magali Naour-Saby, que l'on a vu dans "Indésirables" de Philippe Barassat. Un sacré bout de petite femme "libre et intrépide" comme elle le proclame.

Déterminée, les idées arrêtées et la langue bien pendue, elle entre dans le jeu avant tout pour jouer la comédie et c'est peu dire qu'elle est, nonobstant son handicap, une excellente actrice.

Enfermés dans une maison pour accomplir le grand dessein, Rémi et Magali, vont surtout beaucoup discuter et raisonner sur leurs mutuelles conditions.

Placé sous l'égide de "L'art d'aimer" d'Ovide, ce journal filmé est l'occasion de rebattre les cartes de la question amoureuse et de proposer au spectateur complice des pistes pour lui aussi se questionner.

Film qui ne cesse de se faire en se défaisant, "L'Oeuf dure" de Rémi Lange est une œuvre plein d'amour et d'humour. Jamais dans la caricature, toujours léger, il mérite une attention particulière d'autant plus qu'on se sent bien dans ce cinéma sans concessions.

L'auteur de "Le Chanteur" attend les fonds nécessaires pour revenir à la fiction proprement. On lui souhaite d'y parvenir rapidement... mais sans pour cela abandonner ce "journal filmé" fourmillant de pensées brillantes et de petites intentions touchantes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=