Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Famille
Ettore Scola  août 2019

Réalisé par Ettore Scola. France/Italie Comédie dramatique 2h07 (Sortie version restaurée le 21 août 2019 - 1ère sortie 19 août 1987). Avec Vittorio Gassman, Fanny Ardant, Stefania Sandrelli, Philippe Noiret, Andrea Occhipinti et Ottavia Piccolo.

Multi récompensé aux David di Donatello, l'équivalent italien des Césars, "La Famille" d'Ettore Scola est sans doute le champ du cygne de la comédie à l'italienne, qui succéda au néo-réalisme et pendant plus de vingt-cinq ans enchanta les cinéphiles du monde entier.

Alors que la télévision italienne version Berlusconi s'apprête à tout emporter sur son passage, les grands maîtres du cinéma italien allument leurs derniers feux. Pour Scola, "la Famille" constitue une somme, l'apothéose d'une carrière parsemée de grands films comme "Drame de la jalousie", "Une journée particulière" ou "Nous nous sommes tant aimés".

Dès que résonnent les premiers accords de la musique jazzy et mélancolque d'Armando Trovajoli, une musique qu'on a dans la tête pour tout le film, on sait qu'on est parti pour un voyage roboratif au cœur du 20ème siècle.

Une porte s'ouvre alors : et apparaît toute une famille habillée 1990 pour une photo avec le nouveau-né à côté du patriarche, qui a les traits de Vittorio Gassman, et qui seront bientôt ceux de ce petit-fils en langes.

Dès lors, on ne sortira jamais du grand appartement romain de cette famille composée majoritairement d'intellectuels, à part entière ou ratés.

Tout tourne autour de Carlo, le nouveau-né de la photo, et de son amour pour deux sœurs, Adriana (Fanny Ardant) et Béatrice (Stefania Sandrelli). Brillante concertiste, Adriana choisira sa carrière et laissera Carlo à sa sœur.

C'est ainsi que se perpétuera cette famille bourgeoise, se transformant et s'agrandissant au gré des événements historiques et des changements sociaux.

Certes, les bruits du monde sont atténués dans ce lieu clos, mais ils affectent tout de même l'ordre des choses dans cet intérieur dont la décoration évolue dans chaque plan vers une modernité un peu plus subie qu'acceptée.

Dans "La Famille" d'Ettore Scola, on se laisse guider par un scénario sans failles, reprenant tous les éléments et nombre de personnages qui firent la grandeur de cette comédie à l'italienne.

On peut parier qu'ils seront rares ceux qui émettront des réserves sur ce cinéma très écrit, utilisant le moindre détail du passé pour le recycler dans le futur, donnant à chaque acteur un rôle consistant et le réservant aux meilleurs interprètes transalpins, et aux amis français comme Philippe Noiret pour un dîner polémique avec Vittorio Gassman.

Pourtant, on peut aujourd'hui, à tête reposée, trouver ce cinéma extrêmement bien fait et indéniablement riche en rires et en émotions, trop bien fabriqué et quelquefois étouffant.

Cet appartement romain photographié admirablement sent quand même un peu le renfermé et l'on se dit que les paillettes et le strass berlusconiens ne pouvaient que l'emporter pour un public qui préfère désormais les desserts très colorés et très sucrés aux entremets préparés pour les enfants trop sages des générations passées.

Il souffle ainsi sur "La Famille" d'Ettore Scola une vraie nostalgie frappant les vaincus de l'histoire, les perdants du "miracle économique" qui balaie les intellectuels, dont les cinéastes italiens, souvent plus lettrés et raffinés que leurs collègues français, étaient les ultimes avatars.

On verra ou reverra ce beau film avec peut-être un sentiment de "fin d'une époque" dont on n'avait pas conscience lors de sa sortie.

Plus jamais aucun cinéaste ne sera ensuite capable de faire de pareilles œuvres, des œuvres presque tchekhoviennes qui ont l'audace cinématographique de ne pas vouloir être que de simples divertissements.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=