Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Manu
L'horizon  (Tekini Records)  septembre 2019

Manu est de retour avec son nouvel album : L’horizon. Et le titre est tellement bien trouvé, car Manu nous prouve, une fois de plus que son horizon musical est très large et ses talents également.

Je ne vais vous refaire la biographie de Manu, qui a auparavant officié dans Dolly, puis a entamé une carrière solo tout en créant son label avec Matt Murdock, également son compagnon et lui-même musicien et journaliste.

Manu, c’est avant tout une belle personne, et je ne fais pas seulement allusion à son physique, mais aussi à sa personnalité. Et cette beauté se retrouve dans son album. Et nous allons commencer par le physique cette fois. La pochette du fidèle et talentueux Nicolas Hitori De, qui réalise là encore dans un graphisme très pur une magnifique pochette en noir et blanc. Simple en apparence mais une fois ouverte, elle se révèle tellement plus fournie, mais chuuut, je m’arrête là, c’est à toi d’aller la découvrir.

J’adore lire les pochettes d’albums, les contenus, les titres, qui a composé, qui joue, qui chante, les remerciements et toutes les lignes qui suivent et cette fois, je te conseille d’aller au bout. Surtout, retiens ceci : écoute cet album dans l’ordre. Les 20 titres se suivent, s’enchaînent et te réservent tellement de surprises ! Et crois-moi, pas que des belles, de merveilleuses aussi !

"L’intro" (c’est son nom) est certes courte, très importante pourtant et tu comprendras pourquoi plus loin. Rassure-toi, je ne vais pas te raconter chaque titre, d’une part parce que cela serait trop long, bavard comme je suis et qu’ensuite, tu n’aurais aucune surprise à l’écoute de cet album.

Les titres suivant sont dans la pure ligne rock’n’roll, ce rock mélodique, si propre à Manu. Nous y retrouvons notamment "Entre deux eaux", titre qui était déjà sur son album où elle se reprenait et se réinterprétait elle-même et ce titre, alors inédit, devient pour le coup une reprise ou plutôt une réinterprétation. Parce que Manu c’est ça : une musicienne et crois-moi, une très bonne musicienne qui sait s’entourer d’autres très bons musiciens, comme Thierry Nirox, batteur, Vincent Dudignac, le bassiste et comme je te l’ai déjà dit, Matt Murdock qui opère à la guitare. Ce groupe, cette tribu devrais-je dire nous offre une musique et donc des émotions extraordinaires.

Cet album part ensuite dans une autre direction et c’est justement ce titre "Entre deux eaux" qui en est la ligne démarcative. Le titre suivant me paraît nettement plus "électronique", on trouve plus de sample sur les titres qui suivent, tout en gardant cette touche propre à Manu, ses sonorités et son univers. Un titre en anglais dont le litre est des plus clairs : "Play", composé comme il se doit par LA référence gamer de la tribu : Matt Murdock, journaliste je te l’ai dit, collaborateur à Player One et qui a lancé la chaine Game One. Il en a signé d’autres sur ce même album.

Manu va même, en compagnie de Yaz, faire une excursion dans un style où on ne l’attend pas, le titre "Lalala" nous propose donc une alliance des plus réussie entre le rap et le rock.

On retrouve de petites pastilles, samplées par Manu : "Lia Progresso", "Kid" ou encore "Kiara Song", titre de Kiara Kombolo, réarrangé et interprété par Manu. Mais que les fans de la Manu, chanteuse de Dolly en son temps, se "rassurent" il y a toujours cette part de rock brut dans cet album : "M’aime pas en rêve", "Nino" (signé par Vincent, Manu et Matt) entre autre.

On retrouve cet art du fait maison, sans que cela n’enlève une seule once de qualité, bien au contraire, cette volonté de vouloir faire par soi même permet d’avoir une excellente qualité, puisque l’artiste maitrise tout de A à Z. Et c’est ça aussi qui fait un bien fou. On retrouve également cette joie de cette tribu à travailler ensemble, composer et jouer cela s’entend, se sent et je ne doute pas une seule seconde que cela se verra sur scène.

L’album se termine par "76 points", dont les premières paroles sont celles de "L’intro". Un titre onirique. Enfin, l’album ne se termine qu’avec la "Fin", superbe conclusion à un album non moins superbe (oui je sais, je suis vraiment tombé sous le charme et ça doit se lire un peu quand même !).

Cet album est un foisonnement de sensations, de découvertes, de promenades et d’errance dans un univers tellement riche. Le résumer en quelques lignes en est presque un crime. Comment te décrire en quelques lignes, avec des mots, si futiles, toutes les émotions que cet album m’a procurées au cours des nombreuses écoutes. Il m’a accompagné et m’a fait ressentir d’émotions différentes de la joie à la mélancolie.

Je ne peux que te donner le conseil suivant : va l’acheter, ne te contente pas d’une plateforme de streaming, va l’acheter, tu auras d’une part un très bel objet dans tes mains, d’autre part tu feras que des artistes comme Manu puissent continuer à nous offrir ces si belles chansons. Fonce et n’oublie pas : bisous, parce que c’est important les bisous et qu’avec cet album, ils te paraîtront encore plus doux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Manu parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album La Radiolina de Manu Chao
La chronique de l'album Rendez-vous de Manu
La chronique de l'album Des mots doux, des mots durs de Manu Larrouy
La chronique de l'album La dernière étoile de Manu
La chronique de l'album La Vérité de Manu
La chronique de l'album Blues, booze & rock’n’roll de Manu Lanvin and the Devil Blues
La chronique de l'album Nuevo Mundo de Manu Guerrero
La chronique de l'album Entre deux eaux - Vol 1 de Manu
La chronique de l'album Grand Casino de Manu Lanvin & the Devil Blues
Manu en concert au Zénith (18 juin 2008)
Manu en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (jeudi 23 août 2012)
Manu en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
L'interview de Manu (28 août 2008)
L'interview de Manu (vendredi 29 octobre 2010)
L'interview de Manu (mardi 19 mars 2013)
L'interview de Manu (lundi 7 décembre 2015)
L'interview de Manu (juin 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Manu
Le Bandcamp de Manu
Le Facebook de Manu


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Manu (7 decembre 2015)
Manu (19 mars 2013)
Manu (29 octobre 2010)
Manu (28 aout 2008)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=