Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Manu
L'horizon  (Tekini Records)  septembre 2019

Manu est de retour avec son nouvel album : L’horizon. Et le titre est tellement bien trouvé, car Manu nous prouve, une fois de plus que son horizon musical est très large et ses talents également.

Je ne vais vous refaire la biographie de Manu, qui a auparavant officié dans Dolly, puis a entamé une carrière solo tout en créant son label avec Matt Murdock, également son compagnon et lui-même musicien et journaliste.

Manu, c’est avant tout une belle personne, et je ne fais pas seulement allusion à son physique, mais aussi à sa personnalité. Et cette beauté se retrouve dans son album. Et nous allons commencer par le physique cette fois. La pochette du fidèle et talentueux Nicolas Hitori De, qui réalise là encore dans un graphisme très pur une magnifique pochette en noir et blanc. Simple en apparence mais une fois ouverte, elle se révèle tellement plus fournie, mais chuuut, je m’arrête là, c’est à toi d’aller la découvrir.

J’adore lire les pochettes d’albums, les contenus, les titres, qui a composé, qui joue, qui chante, les remerciements et toutes les lignes qui suivent et cette fois, je te conseille d’aller au bout. Surtout, retiens ceci : écoute cet album dans l’ordre. Les 20 titres se suivent, s’enchaînent et te réservent tellement de surprises ! Et crois-moi, pas que des belles, de merveilleuses aussi !

"L’intro" (c’est son nom) est certes courte, très importante pourtant et tu comprendras pourquoi plus loin. Rassure-toi, je ne vais pas te raconter chaque titre, d’une part parce que cela serait trop long, bavard comme je suis et qu’ensuite, tu n’aurais aucune surprise à l’écoute de cet album.

Les titres suivant sont dans la pure ligne rock’n’roll, ce rock mélodique, si propre à Manu. Nous y retrouvons notamment "Entre deux eaux", titre qui était déjà sur son album où elle se reprenait et se réinterprétait elle-même et ce titre, alors inédit, devient pour le coup une reprise ou plutôt une réinterprétation. Parce que Manu c’est ça : une musicienne et crois-moi, une très bonne musicienne qui sait s’entourer d’autres très bons musiciens, comme Thierry Nirox, batteur, Vincent Dudignac, le bassiste et comme je te l’ai déjà dit, Matt Murdock qui opère à la guitare. Ce groupe, cette tribu devrais-je dire nous offre une musique et donc des émotions extraordinaires.

Cet album part ensuite dans une autre direction et c’est justement ce titre "Entre deux eaux" qui en est la ligne démarcative. Le titre suivant me paraît nettement plus "électronique", on trouve plus de sample sur les titres qui suivent, tout en gardant cette touche propre à Manu, ses sonorités et son univers. Un titre en anglais dont le litre est des plus clairs : "Play", composé comme il se doit par LA référence gamer de la tribu : Matt Murdock, journaliste je te l’ai dit, collaborateur à Player One et qui a lancé la chaine Game One. Il en a signé d’autres sur ce même album.

Manu va même, en compagnie de Yaz, faire une excursion dans un style où on ne l’attend pas, le titre "Lalala" nous propose donc une alliance des plus réussie entre le rap et le rock.

On retrouve de petites pastilles, samplées par Manu : "Lia Progresso", "Kid" ou encore "Kiara Song", titre de Kiara Kombolo, réarrangé et interprété par Manu. Mais que les fans de la Manu, chanteuse de Dolly en son temps, se "rassurent" il y a toujours cette part de rock brut dans cet album : "M’aime pas en rêve", "Nino" (signé par Vincent, Manu et Matt) entre autre.

On retrouve cet art du fait maison, sans que cela n’enlève une seule once de qualité, bien au contraire, cette volonté de vouloir faire par soi même permet d’avoir une excellente qualité, puisque l’artiste maitrise tout de A à Z. Et c’est ça aussi qui fait un bien fou. On retrouve également cette joie de cette tribu à travailler ensemble, composer et jouer cela s’entend, se sent et je ne doute pas une seule seconde que cela se verra sur scène.

L’album se termine par "76 points", dont les premières paroles sont celles de "L’intro". Un titre onirique. Enfin, l’album ne se termine qu’avec la "Fin", superbe conclusion à un album non moins superbe (oui je sais, je suis vraiment tombé sous le charme et ça doit se lire un peu quand même !).

Cet album est un foisonnement de sensations, de découvertes, de promenades et d’errance dans un univers tellement riche. Le résumer en quelques lignes en est presque un crime. Comment te décrire en quelques lignes, avec des mots, si futiles, toutes les émotions que cet album m’a procurées au cours des nombreuses écoutes. Il m’a accompagné et m’a fait ressentir d’émotions différentes de la joie à la mélancolie.

Je ne peux que te donner le conseil suivant : va l’acheter, ne te contente pas d’une plateforme de streaming, va l’acheter, tu auras d’une part un très bel objet dans tes mains, d’autre part tu feras que des artistes comme Manu puissent continuer à nous offrir ces si belles chansons. Fonce et n’oublie pas : bisous, parce que c’est important les bisous et qu’avec cet album, ils te paraîtront encore plus doux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Manu parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album La Radiolina de Manu Chao
La chronique de l'album Rendez-vous de Manu
La chronique de l'album Des mots doux, des mots durs de Manu Larrouy
La chronique de l'album La dernière étoile de Manu
La chronique de l'album La Vérité de Manu
La chronique de l'album Blues, booze & rock’n’roll de Manu Lanvin and the Devil Blues
La chronique de l'album Nuevo Mundo de Manu Guerrero
La chronique de l'album Entre deux eaux - Vol 1 de Manu
La chronique de l'album Grand Casino de Manu Lanvin & the Devil Blues
Manu en concert au Zénith (18 juin 2008)
Manu en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (jeudi 23 août 2012)
Manu en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
L'interview de Manu (28 août 2008)
L'interview de Manu (vendredi 29 octobre 2010)
L'interview de Manu (mardi 19 mars 2013)
L'interview de Manu (lundi 7 décembre 2015)
L'interview de Manu (juin 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Manu
Le Bandcamp de Manu
Le Facebook de Manu


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Manu (7 decembre 2015)
Manu (19 mars 2013)
Manu (29 octobre 2010)
Manu (28 aout 2008)


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=