Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fleurs amères
Olivier Meys  septembre 2019

Réalisé par Olivier Meys. Belgique/France/Suisse/Chine. Drame. 1h36 (Sortie le 18 septembre 2019). Avec Qi Xi, Xi Wang, Zeng Meihuizi, Le Geng, Gaowei Qu, Lizhe Fan, Xing-Xing Cheng et Lucie Teng Duvert.

Sauf un personnage dans un film qui traitait des immigrés chinois à Paris, la question des prostituées chinoises n'a pas été évoquée souvent jusqu'à maintenant.

Pourtant si l'on se promène dans Belleville et aux alentours de la Porte Saint-Denis, ce sont des dizaines de femmes asiatiques, pour la plupart chinoises, qui attendent sans racoler le client potentiel.

En interrogeant les bénévoles qui s'occupent du bus des femmes, on apprendra qu'elles sont la plupart issues du Sud de la Chine, ont plus de quarante ans et sont des veuves sans espoir de remariage, qui se prostituent quelques années pour rembourser leur passage et peuvent ensuite changer de vie ou continuer pour leur compte.

Dans "Les Fleurs amères" d'Olivier Meys, le contexte est autre. On suit Lina, la belle et douce Xi Qi, dans son périple qui lui fait quitter la Chine pour les trottoirs de Paris.

Voulant absolument gagner assez d'argent pour ouvrir un magasin, contre l'avis de son mari, elle décide de partir en Occident comme "jeune fille au pair", et compte sur ses gains pour rembourser le voyage et commencer à économiser...

Mais elle déchante rapidement quand elle s'aperçoit que son salaire n'est pas celui qui était prévu. Comme son mari doit rembourser les prêteurs sur gages impérativement, elle ne trouve qu'une solution : la prostitution.

"Les Fleurs amères" conte ce miroir aux alouettes qu'est, pour de jeunes chinoises, la venue dans les capitales occidentales chez des Chinois qui ont réussi et qui les exploitent.

Comme il y a désormais "skype" et qu'elles sont en liaison avec leur famille, elles font bonne figure et ne disent rien de leur condition misérable... qui les conduit à vivre toutes ensembles dans des appartements gérés par des marchands de sommeil et à se prostituer tout en évitant de se faire prendre par la police, leurs patrons indélicats qu'elles ont quitté leur ayant souvent confisqué leurs papiers...

"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys n'a pas seulement une dimension sociologique et documentaire. Les personnages de la petite communauté de ces femmes chinoises qui s'entraident pour survivre sont incarnées par d'excellentes actrices.

Lina, par exemple, fait partager au spectateur son sort peu enviable, le piège infernal dans lequel elle est enfermée. Car la plupart des filles ne pourront pas rentrer, soit parce qu'elles n'en auront pas les moyens, soit parce qu'elles craignent qu'on sache ce qu'elles faisaient à Paris ou à Londres.

Dans le cas de Lina, les choses deviennent quasi tragiques quand elle n'arrive pas à dissuader une parente de venir la rejoindre. Obligée de mentir, là voilà complice du trafic, et quand elle rentrera en Chine, son mari aura découvert comment elle gagnait son argent à Paris.

Mélo bien tenu, jamais dans l'excès, "Les Fleurs amères" est l'oeuvre d'un cinéaste belge. On se demande ce qui a empêché un réalisateur français d'avoir l'idée de traiter cette question. Manque de curiosité ? Ignorance d'un phénomène pourtant bien visible ?

Tant pis pour les Français et tant mieux pour Olivier Meys qui rend une belle copie pour son premier long métrage. D'autant plus belle que son directeur de la photographie est Benoît Dervaux, chef op' attitré des frères Dardenne.

"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys est un film social qui montre un aspect peu connu de la mondialisation et y parvient dans un film qui dit simplement des choses essentielles.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=