Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un mariage américain
Tayari Jones  (Editions Plon)  août 2019

Après le superbe ouvrage de William Melvin Kelley, me voilà de nouveau plongé dans un très beau roman traitant aussi du racisme et de la ségrégation. A la plume une auteure américaine, né à Atlanta, qui a vécu dix ans à New-York avant de retourner dans son sud natal. Tayari Jones est l’auteur de quatre romans, tous imprégnés des problématiques de la Géorgie mais aussi de la grâce de cette terre du sud. Un mariage américain est le premier roman traduit en français. Il a crée l’événement aux Etats-Unis à sa sortie, salué notamment par l’ancien président Barack Obama.

Celestial et Roy viennent de se marier. Elle est à l’aube d’une carrière artistique et il rêve de se lancer dans le business. Ils sont jeunes, beaux et incarnent le rêve américain à ceci près que Celestial et Roy sont noirs, dans un état sudiste qui fait peu de cadeaux aux gens comme eux.

Un matin, Roy, accusé de viol, est emmené au poste. Celestial dit qu’il est innocent, mais la justice s’empresse de le condamner. Les mois passent, la jeune femme tient son rôle d’épouse modèle jusqu’au jour où cet habit devient trop lourd à porter, elle trouve alors du réconfort auprès d’André, son ami d’enfance. A sa sortie de prison, Roy retourne à Atlanta, décidé à reprendre le fil de la vie qu’on lui a dérobée.

Quel bel ouvrage que ce mariage américain qui réunit tous ce que l’on aime dans la littérature : des personnages profonds et sensibles, réalistes avec leurs qualités et leurs défauts et une histoire de laquelle se dégage une très grande humanité autour de thèmes contemporains comme la famille, la loyauté et le racisme.

L’écriture fluide, agréable et délicate plonge le lecteur autour de trois personnages principaux qui prennent la place de narrateur à tour de rôle dans des chapitres courts qui nous déroulent une histoire prenante et intrigante.

Roy se retrouve en prison. Il s’est trouvé au mauvais moment et au mauvais endroit, a été condamné de manière expéditive à une douzaine d’années d’incarcération par un jury composé de blancs. En prison, il entretient une relation épistolaire que l’on suit dans le livre, nous permettant de prendre connaissance sur l’histoire de ce couple et d’y voir ses faiblesses au fil des lettres, aboutissant au rapprochement de Celestial et André, un ami commun qui les a fait se rencontrer. Cette prison, l’incarcération de Roy vont donc modifier les relations de ces trois personnages, dévoiler des secrets de famille enfouis depuis longtemps et procurer des rencontres inattendues.

Ce qui m'a beaucoup plus dans cet ouvrage tient dans le fait que l’auteur n’a pas cherché à faire de son livre un ouvrage qui ferait seulement des blancs les vilains méchants qui emprisonnent à tort un gentil noir. Evidemment, elle dénonce le racisme ordinaire, le système judiciaire et carcéral américain mais ce n’est pas le sujet central de l’ouvrage. Avec cet ouvrage, elle cherche surtout à nous montrer comment une décision injuste, une erreur judiciaire peut bouleverser et profondément changer la vie des protagonistes et de leur entourage (le père de Roy notamment qui est un autre personnage particulièrement attachant du livre).

Il est donc question de justice et d’injustice, de racisme et de famille, de loyauté au sein d’un couple qui se retrouve mise en difficulté par la séparation et l’éloignement. Il est de couple et d’amour aussi, de la famille aussi. Tous ces sujets sont traités par Tayari Jones avec une grande finesse d’analyse et une grande justesse.

 

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Tayari Jones
\r\n Le Facebook de Tayari Jones


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=