Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Week-end à New York
Benjamin Markovits  (Editions Christian Bourgois)  septembre 2019

Retour à New York pour moi, quelques semaines après y avoir posé les pieds pour la première fois, avec un ouvrage qui tourne autour du monde la petite balle jaune. A la barre, ou plutôt à la raquette, un auteur américain que je ne connais pas un certain Benjamin Markovits, auteur déjà de sept romans. Son dernier ouvrage, Week-end à New York, édité chez Christian Bourgois éditeur me permet de le découvrir.

Paul Essinger est un joueur de tennis professionnel, classement ATP moyen. Sa compagne, Dana, photographe en formation et ex-mannequin, est la mère de leur fils de deux ans, Cal. A eux trois, ils donnent une image comblée de la famille new-yorkaise issue des classes moyennes suprieures. Mais les orages d’été soufflent sur Manhattan et quelques membres de la famille de Paul sont venus le voir, juste avant que ne démarre l’US open.

Les parents, Bill et Liesel arrivent d’Austin, où ils enseignent depuis près de 40 ans. Bill est issu d’une famille juive et sa femme a grandi dans l’Allemagne Hitlérien. Ils forment donc un couple original. Leur aîné, Nathan, professeur titulaire à Harvard, vient avec ses deux enfants. Il est la fierté de la famille, particulièrement de ses parents qui voit en lui celui qui a un parcours professionnel exceptionnel. La sœur aînée de Paul, Susie, enseignante auxiliaire, emmène l’un de ses deux enfants du Connecticut. Et Jean, le bébé célibataire, arrive de Londres où elle travaille sur des documentaires télévisés. Elle entretient dans le plus grand secret de ses parents une aventure avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle.

Dana, la compagne de Paul, se sent rapidement sous la pression de "l’intimité atmosphérique" de cette visite. Malgré les nombreux indicateurs de réussite individuelle, un fil de mécontentement va traverser ces 72 heures. Plusieurs générations de tension familiale parviennent à leur point d’ébullition. Et les espoirs, les craintes, les difficultés et les fractures d’une famille vont émerger pendant ces quelques jours à Manhattan.

Vous l’avez donc compris, le cœur de l’ouvrage de Benjamin Markovits repose sur la notion de famille. Une famille qui se retrouve le temps d’un week-end, le temps d’un tournoi de tennis qui se termine toujours prématurément pour Paul Essinger.

Cette belle famille sur le papier s’avère vite être un mirage dès qu’il se retrouve tous ensemble réunis. Une fois dans la même pièce, on se rend vite compte qu’ils ont en fait beaucoup de mal à se supporter. Leurs dialogues tournent vite court, ils sont nombreux dans l’ouvrage, et les débats deviennent vite houleux. Les parents ne cherchent que la réussite, n’acceptent pas l’échec quand Paul peine à passer un tour à l’US Open depuis des années.

Week-end à New York est donc un ouvrage précieux sur la famille qui nous fait réfléchir sur ce que cela signifie être une famille. Il nous fait réfléchir sur ce qui signifie être un individu dans une famille et sur la façon dont on doit gérer nos responsabilités familiales.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Benjamin Markovits


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=