Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les altruistes
Andrew Ridker  (Editions Rivages)  août 2019

Bienvenue chez la famille Alter qui va vous permettre de découvrir un jeune auteur pétri de talent, Andrew Ridker. Né en 1991, il a été éditeur chez Knof, une mythique maison d'édition à New-York, avant d'envoyer son manuscrit à plusieurs agents littéraires. Il a aussi publié dans différentes revues et journaux américains. Sorti au printemps 2019 aux États-Unis, son ouvrage Les Altruistes a reçu un accueil critique triomphant et unanime. Le livre est en cours de traduction dans 17 langues et nous arrive en France grâce à l'éditrice Nathalie Zberro qui a eu la bonne idée de l’intégrer au catalogue de chez Rivages, avec une traduction d'Olivier Deparis.

Au-delà de la couverture que je trouve particulièrement réussie, les premières pages justifient rapidement l’engouement qu'a pu connaître ce livre qui s'avère être un petite pépite. Les 450 pages passées aux côtés de cette famille Alter procure un plaisir de lecture indéniable.

Les Alter forment une famille presque comme les autres : névrosée, aimante, empêtrée dans ses contradictions, une famille juive de la middle class américaine qui n'a pas l'air de fonctionner comme une famille classique. Cette famille Alter est composée des parents, Arthur et Francine et de deux enfants, Ethan et Maggie.

Il y a tout d'abord la mère, Francine, que l'auteur fait rapidement disparaître à cause d'un cancer. Thérapeute de formation, elle est une femme généreuse que l'on va suivre le long du livre par son esprit. Elle est aussi celle qui s'avère être la véritable altruiste de la famille. Son époux, Arthur, est professeur de physiques à l'université de Saint-Louis. Lui est un pingre, un être narcissique qui se complaît dans les mensonges et les tromperies.

Leur fils, Arthur, est l’apôtre du nihilisme dans toute sa splendeur, un jeune gay solitaire, généreux mais seulement avec lui-même. Maggie, sa sœur, est une grande moralisatrice qui se complaît à jouer les martyres. Très touchée par le décès de sa mère, elle en veut beaucoup à son père. Tous se rassemblent par un altruisme démesuré servi par une forte forte propension à l'égocentricité.

Lorsque Francine meurt à l'approche de la soixantaine, Arthur va se réfugier dans les bras d'une jeune enseignante en histoire qu'il fréquentait déjà au début de la maladie de Francine, ce qui ne plaisait pas à ses enfants. Deux ans après, il tente de revoir ses enfants qui ne souhaitent plus le voir, avec l'intention de se réconcilier qui sont partis vivre à New-York. Évidemment, derrière cette réconciliation se cache chez Arthur la volonté de mettre fin à ses dettes en récupérant un magot laissé par Francine, qui jouait en bourse admirablement sans qu'il ne le sache, et qui l'a déshérité quand elle a su qu'il avait une liaison. Il va abuser de nombreux stratagèmes pour paraître être le père idéal et aimant... Ethan n'a plus l'argent récupéré de sa mère et vient voir son père avec l'ambition de lui en demander.

Ces retrouvailles vont vite tourner au règlement de compte, on va découvrir ses faiblesses et celles des autres, ses craintes et ses contradictions. On a alors parfois l'impression d'être dans un bon vieux film du maître Woody Allen.

Vous l'avez compris, le livre d'Andrew Ridker est une formidable réflexion sur l'altruisme et l’égoïsme. Malgré tous leurs défauts, les quatre personnages de l'ouvrage s'avèrent être particulièrement attachants. L'auteur réussit dans ses écrits à mélanger avec grâce le cynisme et l’émotion. On suit cette famille, du moins ce qu'il en reste après le décès de la mère et certains passages sont d'une drôlerie (le passage sur le mariage des parents est succulent) et d'une cruauté réjouissante.

S'il fallait trouver un défaut à l'ouvrage, est-ce vraiment nécessaire, on pourrait dire qu'il prend un peu de temps à démarrer, le début de l'histoire s'avère lent mais la plume impitoyable d'Andrew Ridker compense très rapidement ces premières pages qui installent la découverte des personnages. Une fois dedans, on ne décroche plus l'ouvrage et cette comédie familiale se transforme en une formidable satire d'une grande justesse. Chaque page de ce livre est un pur régal, on ne s'ennuie pas une minute. On rigole, on réfléchit, on s'agace ou on s'indigne devant certains comportements, on s’émeut face à certaines situations et on se reconnaît parfois dans les traits de certains personnages.

On dit que les grands livres sont ceux dont on n'a pas envie de se séparer une fois la lecture terminée. Les Altruistes d'Andrew Ridker en fait partie.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Andrew Ridker


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=