Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'âge d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner
Musée du Luxembourg  (Paris)  Du 11 septembre 2019 au 16 février 2020

Le Musée du Luxembourg propose une exposition dédiée à "L'âge d'or de la peinture anglaise" qui, sous-titrée "De Reynolds à Turner", embrasse la période 1760-1820 au cours de laquelle se sont dégagés une volonté nationale et des talents pour la construction d'une école picturale anglaise retraçant les particularismes insulaires.

Et également, de manière plus prosaïque, d'intéresser les mécènes et les collectionneurs établis tournés vers la production picturale étrangère et de susciter la clientèle de la bourgeoisie enrichie par le développement économique.

Elle a été élaborée à partir des chefs-d’oeuvre de la Tate Britain sous le commissariat de Martin Myrone, conservateur en chef audit musée, et Cécile Maisonneuve, conseiller scientifique à la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais, qui en ont sélectionné un florilège, au demeurant de toiles rarement présentées en France, constituant un panorama représentatif tant des peintres de renom de ce temps que de leur traitement original des grands sujets de la peinture.

Et elle se déploie un parcours en sept sections ordonnées autour des genres picturaux dans une adéquate scénographie s'inspirant de l'architecture d'intérieur des grandes demeures anglaises conçue par Jean-Paul Camargo.

L'âge d'or de la peinture anglaise : "de la grandeur, du picturesque et du sublime"

Les bornes chronologiques correspondent au règne du roi George III, protecteur des arts, qui, dans le cadre de cette quête d'une identité picturale britannique ambitionnant une esthétique nouvelle, connut la création de la Royal Academy of Arts, le British Museum fondé en 1753 devevenant un musée d'art, la naissance de sociétés d'artistes et l'organisation d'expositions publiques d’artistes vivants.

La monstration est introduite par une mise en résonance, dans le genre alors en vogue du portrait, des oeuvres présentées en miroir des deux maîtres du temps et de la même génération, et tous deux sous influence vandyckienne, Joshua Reynolds d'obédience académique et Thomas Gainsborough à d'une belle liberté de touche.

Ces "précurseurs" vont fixer la ligne d'horizon de l'ambition affichée d'instaurer une peinture anglaise partagée par les peintres disciples, rivaux ou dissidents tels George Romney, Gilbert Stuart, Johan Zoffany et Francis Cotes.

Outre la représentations qui ressortent au portrait aimable, les scènes de genre retracent de manière heureuse et idyllique la vie quotidienne des familles aisées, ce que les commissaires qualifient d'"images d'un entre-soi", telles celles de de John Hoppner, Joseph Wright of Derby et Francis Cotes.

Ces portraits de groupe connaîtront le succès en tant que "conversation pieces" dans un format resserré tout comme les portraits d'enfants "doux chérubins" de Francis Wheatley et Johan Zoffany et ceux universellement connus de Reynolds.

Le pittoresque est également affectionné avec quelques incursions dans la vie rurale dont les représentations polissées et édulcorées de George Morland ("Intérieur d"une écurie") et Thomas Barker of Bath ("Paysages avec des figures et un troupeau de moutons") constituent des images d'Epinal peu réalistes au regard de la dureté de la vie aux champs, tout comme les oeuvres consacrées à la colonisation en Inde et aux Antilles.

Autre sujet de prédilection très "british", la "country life", qui, en 2018, a fait l'objet d'une exposition dédiée au Musée de la Chasse et de la Nature ("Country Life - Chefs-d’œuvre de la collection Mellon") et les divertissements de classe dont la vénerie et la chasse, séculaire tradition anglaise avec George Morland ("Les Archers) et George Stubbs ("Couple de foxhounds").

Le genre du paysage, la "maîtresse" de Gainsborough et le registre de prédilection de John Constable, constitue une des composantes essentielles de l'école anglaise de peinture paysage avec le développement du croquis sur le motif, la théorie du picturesque et la vitalité de la technique de l'aquarelle à laquelle est consacrée une section.

Enfin, l'époque voit également le renouvellement de la peinture d'histoire, alors battue en brèche, avec des artistes à la forte personnalité sous influence du romantisme ou du fantastique notamment William Blake, J.M.W. Turner ("La destruction de Sodome") et John Martin ("La Destruction de Pompéi et d’Herculanum").

Et ainsi, en 1820, une page de l'Histoire de l'art se tourne.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=