Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les refuges
Jérôme Loubry  (Editions Calmann-Lévy)  septembre 2019

C’est dorénavant devenu une habitude que celle de retrouver un nouveau thriller de Jérôme Loubry au mois de septembre. Découvert il y a deux ans avec l’excellent Les Chiens de Détroit, confirmé un an plus tard avec le tout aussi bon Le Douzième Chapitre, on le retrouve aujourd’hui avec un nouvel ouvrage, Les Refuges, toujours édité chez Calmann-Lévy. Bluffant, ce nouveau thriller nous prouve qu’il faut désormais compter sur lui pour ce qui s’agit du thriller de haute volée.

C’est vers la Normandie que nous dirige cette fois Jérôme Loubry avec une nouvelle histoire qui risque encore de frapper ses futurs lecteurs, ceux qui le connaissent déjà comme moi et les nouveaux qui vont le découvrir, et se ruer après sur ces deux ouvrages précédents, j’en suis quasiment sûr. On y retrouve donc Sandrine, qui vient de s’installer dans cette superbe région qu’est la Normandie. Celle-ci est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une femme originale qui vivait seule sur une île minuscule pas très loin des côtes.

Lorsqu’elle débarque sur cette île, grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous lui décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, bien loin de l’image qu’elle en a. Sandrine découvre sur cette île une atmosphère étrange. Très vite, elle se rend compte que les habitants cachent un secret, que quelque chose les terrifient. Plusieurs questions se posent alors ! Pourquoi ces habitants ne quittent-ils pas cette île ? Et qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?

Sandrine s’interroge très vite sur sa grand-mère, sur qui elle était vraiment. Quelques jours plus tard, Sandrine se retrouve errant sur une plage, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien.

Avant toute chose, je pense qu’il faut déjà saluer la superbe couverture de l’ouvrage qui, je trouve, donne terriblement envie de se plonger dans l’ouvrage, que l’on connaisse ou pas l’auteur. Le contenu, lui, est à la hauteur de cette couverture. Tant mieux !

Je pense que ce troisième opus de l’auteur est, de loin, son meilleur. Peut-être l’expérience des premiers, qui étaient déjà très bons, lui a permis de construire une intrigue de très grande qualité. La fin de l’ouvrage est dans la lignée de l’intrigue, totalement épatante et bluffant. L’histoire qu’il nous raconte est quand même assez dingue et particulièrement bien construite.

L’auteur nous ballade, nous emmène vers ce que l’on croit être des certitudes pour mieux les démonter. Les révélations s’enchaînent délicatement, de façon intelligente, pour nous faire saliver de connaître la fin. Une fin à laquelle on ne s’attendait pas, évidemment.

Le lecteur au final aura l’impression (agréable) d’avoir été manipulé du début à la fin. Le jeu de piste que crée Jérôme Loubry est impressionnant. Tous est pertinent, subtil et très malin. L’atmosphère et la tension psychologique qui se dégagent de l’ouvrage sont assez incroyables.

Alors voilà, Les Refuges de Jérôme Loubry fait partie des excellents thrillers de cette rentrée littéraire, de ceux qu’il faut avoir lire si l'on est un fan de ce genre de livres. Vous pouvez l’acheter les yeux fermés, vous ne regretterez pas l’argent investi.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Le douzième chapitre" du même auteur
La chronique de "Les chiens de Détroit" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Jérôme Loubry


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=