Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ne croyez surtout pas que je hurle
Franck Beauvais 

Réalisé par Franck Beauvais. France. Documentaire. 1h15 (Sortie le 25 septembre 2019).

Sans vouloir effrayer le potentiel spectateur de "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais, ce film hors norme, qui tient de l'essai et de l'auto-fiction, est une des propositions les plus radicales qui lui sera donnée de pouvoir voir de toute sa vie.

On est ici du côté "obscur" du 7ème art, ce monde insensé et souvent peu recensé où l'on trouve Man Ray, Isidore Isou, Guy Debord, Marcel Märien, voir Dziga Vertov et Jean Cocteau et bon nombre d'extrémistes expérimentateurs étasuniens.

Ayant réalisé quelques courts, cinéphile effréné, archiviste de lui-même et perdu dans sa vie de garçon mal-aimé, Frank Beauvais s'est décidé à 45 ans à frapper un grand coup... ou à disparaître dans le rien.

En regardant la minute trente de la bande-annonce de son film, on comprend instantanément qu'il a bien fait de choisir de frapper ce grand coup à l'occasion fortuite d'un déménagement, entre peines de cœur et mort de son père.

Et son idée, d'autres l'ont eu avant lui, l'ont envisagé tel un Jorge Luis Borges, aveugle amateur de films impossibles : faire un film composé uniquement des images des autres.

Frank Beauvais s'est alors astreint à visionner quatre à cinq films par jour, à en extraire quelque chose qui ferait sens avec sa vie et ses pensées, quelque chose qu'il pourrait utiliser pour créer de l'émotion cinématographique, quelque chose qui se fracasserait à ses mots off.

Pour cela, il lui fallait être aussi écrivain. Le texte de "Ne croyez surtout pas que je hurle" que son distributeur, Capricci, publie pour la sortie du film le prouve constamment : Frank Beauvais, comme Jean Eustache et quelques autres, est un vrai écrivain de la pellicule.

Ce texte qu'il lit aura, on le pressent et on l'affirme, le même destin que celui de "La Maman et la Putain" d'Eustache : il fera l'objet d'adaptations scéniques, de monologues habités. Car ce texte est d'une puissance au moins égale aux images choisies par Beauvais. Sans souci du pléonasme et de la redite, il offre une prose d'une force incomparable, qui fait mouche à chaque phrase.

La réunion surréaliste texte-image donne à voir comme un vrai film ce qui chez d'autres ne serait qu'une proposition expérimentale, à la provocation bancale et maladroite.

Dans "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais, tout paraît maîtrisé, tout en étant fragile et sensible.

Ce monologue décrivant, un homme-enfant, c'est-à-dire un collectionneur, dans sa phase délicate, celle où il comprend que pour vivre il doit liquider tout ce qu'il a amassé, est d'une stupéfiante vérité.

Quand, comme lui, on doit se séparer de tous ces trésors qui justifiaient une vie incertaine, on est devant le précipice de l'après. Frank Beauvais choisit de tout transformer en film pour que ce dénuement devienne un dénouement (heureux).

Œuvre incomparable et inestimable, "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais est sans doute l'un des premiers films qui marquera vraiment son siècle. Si l'on était plus fou ou plus radical, on oserait écrire que c'est pour l'instant le seul.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=