Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ne croyez surtout pas que je hurle
Franck Beauvais 

Réalisé par Franck Beauvais. France. Documentaire. 1h15 (Sortie le 25 septembre 2019).

Sans vouloir effrayer le potentiel spectateur de "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais, ce film hors norme, qui tient de l'essai et de l'auto-fiction, est une des propositions les plus radicales qui lui sera donnée de pouvoir voir de toute sa vie.

On est ici du côté "obscur" du 7ème art, ce monde insensé et souvent peu recensé où l'on trouve Man Ray, Isidore Isou, Guy Debord, Marcel Märien, voir Dziga Vertov et Jean Cocteau et bon nombre d'extrémistes expérimentateurs étasuniens.

Ayant réalisé quelques courts, cinéphile effréné, archiviste de lui-même et perdu dans sa vie de garçon mal-aimé, Frank Beauvais s'est décidé à 45 ans à frapper un grand coup... ou à disparaître dans le rien.

En regardant la minute trente de la bande-annonce de son film, on comprend instantanément qu'il a bien fait de choisir de frapper ce grand coup à l'occasion fortuite d'un déménagement, entre peines de cœur et mort de son père.

Et son idée, d'autres l'ont eu avant lui, l'ont envisagé tel un Jorge Luis Borges, aveugle amateur de films impossibles : faire un film composé uniquement des images des autres.

Frank Beauvais s'est alors astreint à visionner quatre à cinq films par jour, à en extraire quelque chose qui ferait sens avec sa vie et ses pensées, quelque chose qu'il pourrait utiliser pour créer de l'émotion cinématographique, quelque chose qui se fracasserait à ses mots off.

Pour cela, il lui fallait être aussi écrivain. Le texte de "Ne croyez surtout pas que je hurle" que son distributeur, Capricci, publie pour la sortie du film le prouve constamment : Frank Beauvais, comme Jean Eustache et quelques autres, est un vrai écrivain de la pellicule.

Ce texte qu'il lit aura, on le pressent et on l'affirme, le même destin que celui de "La Maman et la Putain" d'Eustache : il fera l'objet d'adaptations scéniques, de monologues habités. Car ce texte est d'une puissance au moins égale aux images choisies par Beauvais. Sans souci du pléonasme et de la redite, il offre une prose d'une force incomparable, qui fait mouche à chaque phrase.

La réunion surréaliste texte-image donne à voir comme un vrai film ce qui chez d'autres ne serait qu'une proposition expérimentale, à la provocation bancale et maladroite.

Dans "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais, tout paraît maîtrisé, tout en étant fragile et sensible.

Ce monologue décrivant, un homme-enfant, c'est-à-dire un collectionneur, dans sa phase délicate, celle où il comprend que pour vivre il doit liquider tout ce qu'il a amassé, est d'une stupéfiante vérité.

Quand, comme lui, on doit se séparer de tous ces trésors qui justifiaient une vie incertaine, on est devant le précipice de l'après. Frank Beauvais choisit de tout transformer en film pour que ce dénuement devienne un dénouement (heureux).

Œuvre incomparable et inestimable, "Ne croyez surtout pas que je hurle" de Frank Beauvais est sans doute l'un des premiers films qui marquera vraiment son siècle. Si l'on était plus fou ou plus radical, on oserait écrire que c'est pour l'instant le seul.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=