Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Livane - Piaf, Frehel, Damia et Moi
Théâtre de Dix Heures  (Paris)  septembre 2019

Seul en scène musical conçu et interprété par Livane dans une mise en scène de Xavier Berlioz.

 Livane Revel pourrait chanter du Chantal Goya, pourrait chanter du Janis Joplin, pourrait chanter du Anne Sylvestre. Elle pourrait tout chanter de sa voix claire et chaleureuse, un peu enfantine mais assurée. Elle pourrait aussi chanter ses propres chansons.

Non, plutôt que tout ça elle a choisi de revisiter la chanson réaliste et pas n'importe laquelle puisqu'elle a décidé de s'appuyer sur trois femmes, trois tragédiennes qui ont mené des vies de patachon justement pour se fabriquer des voix et des vies hors du malheur et du bonheur commun, pour nourrir leur répertoire avec leurs destins de romans-photos.

Dans "Piaf, Fréhel, Damia et Moi", Livane non seulement les chante mais aussi les raconte. Elle le fait très bien sans avoir besoin d'en dire beaucoup : une lettre d'amour de Piaf à Cerdan, quelques souvenirs de l'enfance de Fréhel racontés par l'intéressée et un texte de Damia avouant son penchant addictif pour l'opium.

Chaque fois, l'émotion passe et pourtant la belle plastique de Livane devrait être contre-productive quand on se souvient du 1,47 mètre de Piaf, des rondeurs très rondes de Fréhel et de l'inquiétante noirceur d'âme de Damia.

Entourée de ses guitares, électrisées ou pas, dans des tenues de petite fille sage, quoique pas si sages que ça si on les regarde bien, Livane rafraîchit la chanson réaliste.

Qu'elle interprète des refrains rigolos, comme ceux de Fréhel dans "Tel qu'il est" ou dans "Le fils de la femme poisson", ou des morceaux franchement déprimants et sinistres comme ceux de Damia dans "Tout fout le camp" ou "Sombre Dimanche", elle sait se les accaparer, les rendre actuels et les interpréter sans qu'on ait le souci de les comparer avec les originales.

Contrairement à certaines chanteuses qui se sont cassées les dents en s'essayant à l'exercice, elle a l'intelligence de ne pas prendre de haut les chansons du passé... et surtout se refuse à l'imbécile "second degré". Une fois pour toutes, Livane le prouve : on ne peut chanter ces chansons qu'en y croyant à fond, qu'en ne s'amusant pas à se penser plus malin ou maline qu'elles.

Evidemment, elle a choisi son trio : pas question de jouer la carte du pathos vulgaire en chantant Berthe Sylva, celle de la chanson trop triviale avec ses légionnaires et ses filles à la Marie Dubas, voire la partition des intellos à la Carco chez une Suzy Solidor ou une Lys Gauty. En limitant la chanson réaliste à ces trois grâces qu'étaient Piaf, Fréhel et Damia, elle se garantit un tour de chant de qualité toujours égale malgré sa variété.

Considérant son spectateur en ami qu'il faut choyer d'un regard ou d'un chocolat, Livane sait, en quelques secondes (le temps de se servir un ballon de faux-rouge), se le mettre dans la poche et installer un climat de proximité qui n'est pas factice.

A l'instar d'une Juliette, qui elle aussi peut chanter ce répertoire d'un passé pas si passé que ça, on la sent chez elle sur scène, et l'on est sûr que si la scène augmente de volume, cela ne lui nuira en rien.

On peut lui prédire qu'elle aussi connaîtra la gloire de ses devancières et qu'elle ne se contentera pas d'être uniquement leur interprète. Livane est une chanteuse d'avenir qu'il faut venir vite voir aujourd'hui faire revivre avec talent et humour le beau passé de son métier.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=