Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Liam Gallagher
Why me ? Why not.  (Warner Records)  août 2019

Liam Gallagher est une signature.

Levez la main ceux qui ne gardent pas en tête les souvenirs des années 90' qui font partie aujourd’hui de l’imagerie collective d’un groupe et de son chanteur : la voix rauque et nasale, la posture iconique, les mains derrières le dos et la bouche collée au microphone, le tambourin, le concert mythique de Knebworth en 1996, les parkas cultes de Stone Island, les bagarres avec le frère et éternel ennemi Noel et les provocations.

Rien n’a changé pour ce mauvais élève de la Britpop qui sort son dernier album un jour avant son 47ème anniversaire, deux ans après As You Were, sinon le fait qu’il a compris que son nom aujourd’hui suffit à lui-même, sans le support de Oasis.

Avec l’aide des producteurs Andrew Wyatt et Greg Kurstin, qui avaient déjà pris part à As You Were, Liam laisse libre cours à son obsession beatlesienne, en particulier à sa dévotion pour John Lennon (Liam a aussi appelé son fils Lennon), toujours présente, à partir du titre de l’album, inspiré par les titres de deux dessins de Lennon, achetés par Gallagher lors d’une expo à Munich.

Les 11 pistes, ouvertes par les deux singles, "Shockwave" et "The River", marquent le retour de Liam, exactement comme on l’attendait, sans surprise et sans étonnement.

On y retrouve des ballades comme "Once", avec des beaux arrangements de violons, qui selon lui est un des meilleurs morceaux qu’il n'ait jamais écrit, la très glam "Halo" avec un intro de piano qui cligne l’œil à "Don’t stop me now" de Queen et à "Let’s Spend The Night Together" des Rolling Stones et la romantique "I’ve just found you" dédiée à sa fille Molly, retrouvée pour la première fois après 20 ans : "Now that I've found you / I won't let go / Let my love surround you / Now that I've found you / I can lay down with my ghost".

Mais si Oasis peut écrire le mot fin à son histoire (est-ce qu’on croit vraiment qu’ils ne reviendront plus jamais sur scène ensemble ?), les provocations entre les deux frères ne manquent pas, comme témoigne "One of us" ("Act like you don't remember / You said we'd live forever") où Liam semble attaquer son frère pour leur séparation.

"Alright" et "Meadow" sont deux parfaits hymnes lennoniens, plus pop la première et plus psychédélique la deuxième, qui montrent, encore une fois, l’amour de Liam pour les années 60 et pour toute une certaine production qui va des Beatles – of course ! – aux Kinks, de Simon and Garfunkel jusqu’à Paul Weller. Le son est parfaitement inscrit dans un registre pop avec des touches de glam et une vague attitude de rock psychédélique des années 70.

Mis de côté Beady Eye, et bien sûr, Oasis, Liam nous livre un joli album qu’il aurait pu écrire il y a 20 ans. Un hommage aux nostalgiques de la Britpop, des années 90 et de la Manchester calling qui révèle la capacité de Liam à alimenter sa légende – et son égo – bien sûr. Et aujourd’hui, dans l’époque de l’éphémère, on a un besoin fou des légendes et des souvenirs.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Liam Gallagher
Le Soundcloud de Liam Gallagher
Le Facebook de Liam Gallagher


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=