Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Halloween 2005
Romain Humeau - Dionysos - Louise Attaque - Luke - Dahlia  (Quimper)  29 octobre 2005

Pour Halloween le festival du même nom - mené par l'impeccable organisation de Régie Scène - nous a préparé une affiche à trembler (de plaisir), jugez plutôt : Dahlia en ouverture, suivi des énervés de Luke, des allumés de Dionysos et des festifs de Louise Attaque. Et comme si ça ne suffisait pas, la cerise sur le gâteau : Romain Humeau himself vient en bouquet final pour clore la fiesta.

Alors, elle est pas belle mon affiche ? Le boss de Régie Scène peut avoir le sourire. Les kids aiment le rock et ce soir Quimper est LA capitale du rock frenchie. Rarement une affiche aura été aussi blindée. Inutile de dire que le Pavillon est à bloc, ras la gueule, d'ailleurs dès l'ouverture la marée humaine envahit la salle. Ca va être chaud.

C'est Dahlia qui ouvre, dans une version rock un peu soft entre timides ballades, le chanteur à la gueule d'ange (qui me rappelle étrangement Fabien Cahien de feu Cox) égrenne ses mots sur une partition élégante mais qui manque un poil de patate à mon goût.

Bon, en même temps, pas facile d'ouvrir une affiche comme celle-là et de chauffer le public pour le compte des autres. Une demi heure de set à la louche, Dahlia tire sa révérence.

Changement de plateau rapide, backliners efficaces, Luke s'apprête à investir les lieux...

Grosse ovation, le Pavillon vacille. Thomas Boulard et ses zicos entrent dans l'arène et le public entre en transe. Drôle de parcours pour un groupe qui s'est d'abord essayé à l'électro avant de plonger dans le côté noir et obscur du rock, obscur comme le désir, noir comme la voix d'un autre. Que n'a-t-on dit et écrit sur le mimétisme de voix de Thomas Boulard avec celle de Bertrand Cantat.

Qu'importe le flacon, semblent se dire les kids du premier rang, qui récitent les paroles de "Soledad" avec une régularité métronomique.

Soyons clair, le set de Luke est foutrement bien monté, efficace et au final c'est bien joué. C'est du rock, avec les lights, le son et les attitudes. Le public est venu ce soir en partie pour Luke et le groupe en est conscient.

En offrant le meilleur du french rock, Luke a encore gravi une marche. One step beyond !

Dionysos plante le décor, un décor de circonstance, des lights sombres.

Pas de problème, on est bien à Halloween. Au premier riff, Mathias sort de ses gonds avec l'énergie qu'on lui connaît, c'est un diablotin qui bondit de part en part sur la scène, totalement imprévisible, définitivement furieux, à un point tel que ça en devient par moment un brin agaçant.

La qualité de la prestation musicale a tendance à perdre en intensité au profit d'une déambulation gesticulatoire quelque peu désordonnée et pour être franc assez bordélique. Qu'on ne s'y trompe pas, j'aime beaucoup Mathias et Dionysos, je les connais de longue date.

Mais depuis leur prestation aux Victoires de la Musique, j'ai l'impression que le bordel ambiant est devenu une sorte de marque de fabrique, au détriment du reste.

Evidemment, quand Mathias saute dans le public pour explorer le cinquante mètres Pavillon indoor made in breizhland, ça fait de bonnes images. A l'aller, passe encore, le retour a été plus douloureux.

Au final Dionysos a fait du Dionysos. Mathias nous a gratifié de quelques cascades, genre Pouf le cascadeur, Babeth a secoué ses couettes et son violon alto et les chemises ont terminées le set trempées, direction le pressing.

C'était un bon concert mais j'en attendais plus de l'un de mes groupes français préférés.

Je connais peu Louise Attaque, au fond je ne les connais que de (bonne) réputation. Jamais vu en concert, sauf un morceau du groupe l'an passé sous le nom de "Tarmac". Je connais quelques chansons - dont l'inaltérable tube "Je t'emmène au vent" - et je dois admettre que je voue à ce groupe culte une admiration non feinte.

Parce que, et c'est presque un lieu commun de le reconnaître, voilà bien LE groupe qui s'est construit seul, sans l'appui d'une structure marketing, à la seule force des guitares, des violons et de tournées incessantes dans les coins les plus paumés de notre hexagone. Une réussite remarquable, que seuls des groupes du calibre de Noir Désir peuvent revendiquer.

Alors ? Il est où le public de Louise Attaque, hein ? Ecoute-le, tends l'oreille, il est là, dont la clameur dépasse de loin en intensité tout ce qu'on a entendu ce soir. Le public est là pour Louise Attaque et ça s'entend. Une frénésie communicative s'est emparée du Pavillon, Louise Attaque fait de la musique festive et c'est la fête, autant sur scène que dans le public !

Sur scène, la symbiose entre les zicos est quasi parfaite, alors que le groupe ne vient que de se reformer... Louise Attaque offre à son public un set parfait, avec l'énergie, le sourire et un petit zeste de quelque chose en plus.

Le talent, sans doute.

A pas d'heure et après la prestation du groupe leader, on se dit que la soirée est finie et que la salle va se vider. Et pourtant non, il reste une grosse poignée d'irréductibles, plusieurs centianes, ils sont scotché aux barrières, ils attendent et ils ont dans les yeux une lueur qu'on n'a pas vu ailleurs. Je suis à leurs côtés, dans la fosse.

J'ai demandé - et obtenu - le privilège de rester à leurs côtés pendant toute la durée du set de Romain Humeau. Difficile de parler d'un artiste quand on lui voue une admiration quasi irrationnelle. De vous à moi, ce soir je suis là surtout pour Romain. Du plaisir dans le viseur ET dans les oreilles, ça ne se refuse pas.

Romain Humeau a quelque chose que les autres n'ont pas. C'est un roc, ce type transpire le feeling, l'émotion à fleur de peau. Chaque mot est pesé, rien n'est laissé au hasard.

Les textes sont ciselés - il va nous servir une version explosée de "La mort sifflera trois fois" - et posés sur des mélodies arrangées, fignolées.

On dit souvent de Romain Humeau qu'il réalise sur la partition un travail d'orfèvre. On n'oublie pas que Romain a signé de somptueux remix de Noir Désir (one trip one noise) dont il est proche.

Alors que dire d'autre que chaque concert de Romain Humeau est un pur moment d'extase ? D'ailleurs, il est des signes qui ne trompent pas. Pendant le set de Romain, les membres de Luke, de Dionysos se pressent backstage, admiratifs. Romain Humeau joue pour ses fans, ahuris irréductibles. De la rage, des riffs et une lueur quasi animale dans le fond des yeux.

Le rock, c'est lui. Putain de concert !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'éternité de l'instant de Romain Humeau
La chronique de l'album Vendredi ou les limbes du Pacifique de Romain Humeau
La chronique de l'album Amour de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #1 de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Une 2ème chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Romain Humeau en concert à Mains D'Oeuvres (7 décembre 2004)
Romain Humeau en concert à Run Ar Puns (2 avril 2005)
Romain Humeau en concert au Bataclan (23 novembre 2005)
Romain Humeau en concert au Tremplin (24 février 2006)
Romain Humeau en concert à l'Ubu (vendredi 4 novembre 2016)
Romain Humeau en concert à l'Elysée Montmartre (mercredi 23 novembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (lundi 29 juin 2015 )
L'interview de Romain Humeau (mercredi 28 septembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (janvier 2018)
La chronique de l'album Whatever the Weather de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love - DVD de Dionysos
La chronique de l'album Eats Music de Dionysos
Dionysos en concert au Festival Solidays 2003
Dionysos en concert à l'Olympia (17 mai 2003)
Dionysos en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival Les Inrocks 2005
Dionysos en concert au Festival Garorock 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dionysos en concert à Oui FM (12 décembre 2007)
Dionysos en concert à Casino de Paris (20 mars 2008)
Dionysos en concert à Zénith (24 avril 2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Dionysos en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Dionysos en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du vendredi
Dionysos en concert à L'Aéronef (jeudi 13 décembre 2012)
La conférence de presse de Dionysos (août 2004)
L'interview de Babet - Dionysos (29 octobre 2005)
La chronique de l'album A plus tard crocodile de Louise Attaque
La chronique de l'album Y a-t-il quelqu'un ici ? de Louise Attaque
Louise Attaque en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (samedi)
Louise Attaque en concert à l'Elysée Montmartre (Festival Life Live) (18 décembre 2005)
Louise Attaque en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Louise Attaque en concert à Château de l'Emperi (17 juillet 2006)
Louise Attaque en concert à Angers (22 novembre 2006)
Louise Attaque en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Louise Attaque en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Louise Attaque en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
Louise Attaque en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
Louise Attaque en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Louise Attaque en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - vendredi 26 août
La chronique de l'album Das Capital de The Auteurs, Luke Haines
La chronique de l'album Hold a match for a gasoline world de Luke Temple
La chronique de l'album Snowbeast de Luke Temple
La chronique de l'album 21st Century Man de Luke Haines
La chronique de l'album Good Mood Fool de Luke Temple
Luke en concert à La scène (4 mai 2004)
Luke en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Luke en concert au Festival Festa Dies 2004
Luke en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Luke en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Luke en concert à La Maroquinerie (29 octobre 2006)
Luke en concert au Grand Mix (6 mars 2013)
La chronique de l'album Le grand jeu de Dahlia
Dahlia en concert au Jardin Moderne (7 avril 2005)
Dahlia en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Dahlia en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !

En savoir plus :
Le site officiel de Romain Humeau
Le Soundcloud de Romain Humeau
Le Facebook de Romain Humeau
Le site officiel de Dionysos
Le site officiel de Louise Attaque
Le site officiel de Luke
Le site officiel de Dahlia

Crédits photos : Hervé (plus de photos sur cinquieme nuit)


Hervé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Romain Humeau (28 septembre 2016)
Luke Temple (29 février 2008)


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=