Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Levitation France #7 (édition 2019)
The Warlocks - Black Midi - Frustration - Iceage - Fat White Family - Vanishing Twin - France - L'Epée - Frankie and the Witch Fingers  (Théâtre Le Quai, Angers)  20 & 21 septembre 2019

La version française du Levitation est devenue en quelques années le rendez-vous des amateurs de rock lysergique et / ou psychédélique. Idéalement placé vers la troisième semaine de septembre, il se situe à distance raisonnable des gargantuesques festivals estivaux et propose, pendant deux deux jours, une programmation pointue et de qualité.

Après des années d’hésitation constante et malgré une programmation souvent alléchante, cette édition 2019 marque donc ma première venue au Levitation. Depuis peu, le festival a été déplacé au Théâtre Le Quai, en plein centre-ville d’Angers. L’endroit est convivial et se compose de deux salles : le T400, équivalent de la grande scène, où l’on peut voir les "têtes d’affiches", et le forum, qui rappelle un esprit club un peu plus sombre et intimiste. L’endroit est idéalement placé près de La Maine et avec la chaleur étouffante de cette fin d’été on voit fleurir de nombreux attroupements prenant l'apéro avant d’aller profiter des concerts. De nombreux foodtrucks sont également à disposition des festivaliers. L’accès aux différents bars est fluide, le festival est sans conteste convivial.

A peine arrivés, on se laisse enveloppés par le rock lourd et narcotique des Warlocks. A défaut de proposer du neuf, les Américains déroulent leur set avec précision et efficacité, mais il sera difficile de résister à une première pinte avant la fin de leur prestation.

Quelle bonne surprise de revoir Black Midi ! Un mois plus tôt, à Saint-Malo, la sensation rock arty poly-rythmique avait un peu déçu : sorti de l’impressionnant batteur, le groupe avait offert une prestation brouillonne et foutraque : un Sonic Youth première période mal dégrossi. Ce soir, l’ensemble paraît plus maîtrisé, plus en tension, plus habité. Comme quoi il est primordial de donner une seconde chance à un groupe qui vous a à moitié déçu.

Les habitués (les fans) des Frustration en auront eu pour leurs sous. Comme souvent, le public est largement acquis à leur cause et le groupe semble prêt à assurer le service après-vente de son album à paraître. Les Parisiens ne réinventent pas la roue mais leur post-punk tendu ravit les premiers rangs et les fans de pogo et les tentatives avortées pour certains de crowd surfing.

Dans le lointain souvenir d’un festival d’été, les Danois d’Iceage m’avaient laissés un impression de jeunes gredins élevés au punk revêche et sauvage. Au fil de leurs albums, le groupe s’est un peu assagi, apportant des nuances à son rock à guitares acérées. Leur concert de ce soir est à l’image de leur discographie : intrigant, déconcertant mais carrément efficace.

Cette première journée se termine avec les Fat White Family en grande forme. On sera toujours étonné par la capacité des ces grands corps chétifs voire maladifs à électriser les foules avec autant d’ardeur.

Samedi, le temps est à l’orage et une tension sourde baigne dans l’air angevin. L’endroit le plus électrique de la ville reste le Théâtre du Quai. La soirée commencera en douceur avant les multiples déflagrations au programme ce soir. Les Anglais de Vanishing Twin sont parfaits pour ce début de soirée. Leur pop aventureuse et fûtée n’est pas sans rappeler le meilleur de Stereolab avec qui ils ont déjà partagé quelques scènes. Sur le chemin du bar, on se faufile vers les premiers rangs de l’intrigant France et ses drones hypnotiques à base de vielle à roue. Ambiance quasi chamanique et transe hypnotique, l’expérience valait clairement ce petit détour.

En attendant le super groupe de la soirée, L’Epée, j’essaie une pédale du guitare au stand d’un marque française qui en fabrique des plutôt chouettes (Collision Devices).

Les Frankie and the Witch Fingers, sympathique groupe californien qui tente de sucer la roue de The Oh Sees, offrira un concert énergique sans vraiment de temps morts. Mais l’impression de clone au millimètre de la bande à Dwyer rend l’ensemble vaguement sympathique.

Pour son premier concert, le "super groupe" de la soirée composé d’Anton Newcombe, d’Emmanuelle Seigner et des Liminanas n'aura pas déçu : une concert assez tendu et moins pop que sur disque. Emmanuelle Seigner tentera tant bien que mal de faufiler son brin de voix dans le dédale sonique de ses comparses.

Si je regrette de ne pas avoir mis les pieds avant au Levitation, cette première expérience appellera sans nul doute de futures idées de week-end aux alentours de la troisième semaine de septembre.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Levitation France
Le Facebook de Levitation France


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=