Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moderne Maharajah, un mécène des années 1930
Musée des Arts Décoratifs  Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020

Maharajah rime avec palais et renvoie à la magnificence de l'architecture moghole et à l'exubérance des arts décoratifs qui ont présidé à l'édification des somptueuses demeures dont celles notoires du Rajahstan.

En 1930, est érigé en Inde la première et l'unique construction moderniste, le Palais Manik Bagh sur commande de Yeshwant Rao Holkar, le maharajah d'Indore, que le Musée des Arts Décoratifs propose de découvrir avec l'exposition "Moderne Maharajah, un mécène des années 1930".

La monstration conçue sous le commissariat général de Olivier Gabet, directeur général adjoint du MAD, et les historiennes des arts décoratifs y attachées, Raphaèle Billé et Louise Curtis, historiennes des arts décoratifs, présente plus de cinq centaines d'objets, meubles et tableaux réunis pour la première fois.

Elles se déploient dans les galeries latérales et la Grande Nef dans une scénographie du Studio BGC - Giovanna Comana et Iva Berton Gajsak qui use des photographies d'archives pour reconstituer de manière significative les pièces principales de vie avec leur ameublement d'origine.

Modern Maharajah, un prince indien chantre de l'esthétisme moderniste

Le jeune Maharajah d'Indore, qui, comme nombre de descendants des grandes dynasties indiennes, a fait ses classes en Angleterre, et son épouse sont des figures du Tout Paris mondain des Années Folles et de l'élite de la jet set internationale.

Entre tradition et modernité, ils revêtent aussi bien le costume indien traditionnel pour rappeler leur qualité princière et leur origine ancestrale que la tenue de soirée occidentale pour les portraits réalisés par le peintre mondain Bernard Boutet de Monvel.

Et ils posent sous l'objectif de Man Ray, photographe en vogue, maître du noir et blanc et de la solarisation, qui sublime leur beauté juvénile pour s'inscrire résolument dans la modernité, tel le cliché reproduit sur l'affiche de l'exposition.

Le couple entreprend la réalisation de ce que les commissaires qualifient d'"oeuvre d'art totale" et qui renvoie certainement à la volonté de laisser une trace comme esthète et mécène dans le monde de l'art occidental.

Ce sera un palais à son image dont la réalisation est confiée à Eckhart Muthesius, un jeune architecte allemand rencontré à Oxford, pour l'ameublement duquel il convie les plus grands noms du style Art déco.

Eckhart Muthesius, qui n'est pas Robert Mallet-Stevens et n'a pas son expérience, conçoit un bâtiment massif dépourvu de grâce et révèle des qualités de designer avec la création de pièces de mobilier inventives tels le fauteuil à éclairage latéral, la lampe de parquet et la coiffeuse mobile électrifiée pou rla chambre de la maharani.

Il s'avère surtout un bon ensemblier pour assurer l'architecture d'intérieur en combinant les commandes et acquisitions diverses du maharajah pour illustrer "la quintessence de la beauté, de l'élégance et de la perfection".

Ainsi se déroule, du cabinet de travail au salon de musique en passant par les chambres des propriétaires, une immersion dans les avant-gardes de cette époque.

Elle est scandée par les créations souvent iconiques et parfois en exemplaire unique signées par Eileen Gray, les concepteurs de mobilier en métal Louis Sognot et Charlotte Alix, Ivan Da Silva Bruhns qui renouvelle l'art du tapis à l'aune de déclnaisons cubistes monochromes, Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand avec sa chaise longue basculante customisée peau de tigre et le décorateur Jacques-Émile Ruhlmann surnommé "le Riesener de l’Art déco".

Le visiteur pourra également apprécier celles de l'orfèvre Jean Puyforcat qui a également dessiné le monogramme princier.

Pour rêver...

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=