Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moderne Maharajah, un mécène des années 1930
Musée des Arts Décoratifs  Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020

Maharajah rime avec palais et renvoie à la magnificence de l'architecture moghole et à l'exubérance des arts décoratifs qui ont présidé à l'édification des somptueuses demeures dont celles notoires du Rajahstan.

En 1930, est érigé en Inde la première et l'unique construction moderniste, le Palais Manik Bagh sur commande de Yeshwant Rao Holkar, le maharajah d'Indore, que le Musée des Arts Décoratifs propose de découvrir avec l'exposition "Moderne Maharajah, un mécène des années 1930".

La monstration conçue sous le commissariat général de Olivier Gabet, directeur général adjoint du MAD, et les historiennes des arts décoratifs y attachées, Raphaèle Billé et Louise Curtis, historiennes des arts décoratifs, présente plus de cinq centaines d'objets, meubles et tableaux réunis pour la première fois.

Elles se déploient dans les galeries latérales et la Grande Nef dans une scénographie du Studio BGC - Giovanna Comana et Iva Berton Gajsak qui use des photographies d'archives pour reconstituer de manière significative les pièces principales de vie avec leur ameublement d'origine.

Modern Maharajah, un prince indien chantre de l'esthétisme moderniste

Le jeune Maharajah d'Indore, qui, comme nombre de descendants des grandes dynasties indiennes, a fait ses classes en Angleterre, et son épouse sont des figures du Tout Paris mondain des Années Folles et de l'élite de la jet set internationale.

Entre tradition et modernité, ils revêtent aussi bien le costume indien traditionnel pour rappeler leur qualité princière et leur origine ancestrale que la tenue de soirée occidentale pour les portraits réalisés par le peintre mondain Bernard Boutet de Monvel.

Et ils posent sous l'objectif de Man Ray, photographe en vogue, maître du noir et blanc et de la solarisation, qui sublime leur beauté juvénile pour s'inscrire résolument dans la modernité, tel le cliché reproduit sur l'affiche de l'exposition.

Le couple entreprend la réalisation de ce que les commissaires qualifient d'"oeuvre d'art totale" et qui renvoie certainement à la volonté de laisser une trace comme esthète et mécène dans le monde de l'art occidental.

Ce sera un palais à son image dont la réalisation est confiée à Eckhart Muthesius, un jeune architecte allemand rencontré à Oxford, pour l'ameublement duquel il convie les plus grands noms du style Art déco.

Eckhart Muthesius, qui n'est pas Robert Mallet-Stevens et n'a pas son expérience, conçoit un bâtiment massif dépourvu de grâce et révèle des qualités de designer avec la création de pièces de mobilier inventives tels le fauteuil à éclairage latéral, la lampe de parquet et la coiffeuse mobile électrifiée pou rla chambre de la maharani.

Il s'avère surtout un bon ensemblier pour assurer l'architecture d'intérieur en combinant les commandes et acquisitions diverses du maharajah pour illustrer "la quintessence de la beauté, de l'élégance et de la perfection".

Ainsi se déroule, du cabinet de travail au salon de musique en passant par les chambres des propriétaires, une immersion dans les avant-gardes de cette époque.

Elle est scandée par les créations souvent iconiques et parfois en exemplaire unique signées par Eileen Gray, les concepteurs de mobilier en métal Louis Sognot et Charlotte Alix, Ivan Da Silva Bruhns qui renouvelle l'art du tapis à l'aune de déclnaisons cubistes monochromes, Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand avec sa chaise longue basculante customisée peau de tigre et le décorateur Jacques-Émile Ruhlmann surnommé "le Riesener de l’Art déco".

Le visiteur pourra également apprécier celles de l'orfèvre Jean Puyforcat qui a également dessiné le monogramme princier.

Pour rêver...

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=