Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orouni
Interview  (Librairie Atout Livre, Paris 12ème)  11 juillet 2019

La Froggy's Session d'Orouni a été tournée dans la librairie du 12ème arrondissement, Atout Livre. Après la fermeture, seuls dans le magasin, ce sont les couvertures et les titres des romans, des essais, des fictions et des guides qui ont servi de fil rouge à cette conversation, parfois un peu à l'emporte-pièce, avec Rémi Antoni, chanteur, conteur et tête pensante d'Orouni. Ou comment des mots et des images nous ont permis de mieux appréhender Partitions, le nouvel album du groupe, aux mélodies ciselées et au songwriting brillant.

Nous voici devant "À la recherche du temps perdu" de Proust. On trouve tout dans Proust. J'en retiendrais un humour élégant. Il y a évidemment de l'élégance dans ton nouvel album Partitions, mais y a-t-il de l'humour ?

Orouni : Je ne crois pas. Ce n'est pas facile de mélanger l'humour à la musique. Didier Super le fait très bien par exemple. C'est respectable, mais moi, je n'ai pas forcément envie d'en mettre. Une des chansons de l'album raconte comment un homme qui a envie de mourir va continuer à vivre. Ça peut être considéré comme de l'humour noir, ou un peu décalé.

L'incipit de "La recherche du temps perdu", c'est "Longtemps, je me suis couché de bonne heure", un récit à la première personne. Partitions est-il un disque éminemment personnel ?

Orouni : C'est un disque avec beaucoup de personnages. Je raconte l'histoire de personnes, et ces morceaux de vie ont un intérêt pour moi. Il y a plus de moi dans cet album que sur Grand Tour. Sur Grand Tour, je me distanciais de mon propos. Je racontais des histoires à la troisième personne, même si c'était moi qui les vivais. Ici, ce ne sont pas forcément des choses que je vis personnellement, mais je les raconte souvent à la première personne. Dans une des chansons, je prends même la place de Nora, l'héroïne d'Une Maison De Poupée (ndlr : pièce de théâtre de Henrik Ibsen). Certes, c'est Emma (Broughton) qui chante cette chanson, mais c'est moi qui l'ai écrite. J'essaie de rentrer dans la peau des personnages.

Toujours dans Proust, il y a énormément de personnages. Dans Partitions, il y a beaucoup de prénoms. Pourquoi donc ?

Orouni : J'ai même été obligé de me limiter. Déjà, il y a quatre titres de chansons qui comportent un prénom. Mais le prénom ne désigne pas exactement un personnage humain, par exemple dans "Charles and Sylvester", Charles est le nom d'une rivière et Sylvester celui d'un âne qui, en plus, à la fin, se transforme en caillou. Nora désigne une personne. De même qu'Henriette qui est un personnage avec des origines littéraires.

Si on passait aux guides de voyage ?

Orouni : Je vais devenir intarissable.

Qu'est-ce qui t'inspire le plus ?

Orouni : Je vais essayer de trouver un guide sur le Mali qui est un pays où je suis allé en 2009... Par contre, voilà un guide sur le Brésil. C'est un voyage que j'ai réalisé et qui m'a marqué. De plus, João Gilberto est décédé il y a peu de temps. C'est un pays immense qui m'a énormément inspiré.

Pourtant, les musiques du monde ne sont pas quelque chose qu'on retrouve forcément dans tes compositions.

Orouni : En effet, on ne retrouve pas cette inspiration sur Partitions. Par contre, sur Grand Tour, j'avais utilisé des instruments comme des kalimbas, un balafon que j'avais acheté au Burkina Faso... Grand Tour parlait des expériences que j'avais vécues en voyage. Sur Partitions, je n'avais pas envie de me répéter. Je ne voulais pas être identifié comme le mec qui utilise des instruments exotiques sur ses disques. J'y reviendrai peut-être, mais plus tard.

Justement, en regardant les guides, quels sont les pays où tu as envie d'aller ?

Orouni : Actuellement, l'Ouzbékistan. J'aime beaucoup cette architecture, les mosquées, les couleurs... Actuellement, c'est un peu difficile de voyager en Asie Centrale en raison de la situation politique. Mais sinon l'Iran est un pays qui m'attire aussi beaucoup. En 2015, j'avais pris un mois pour visiter l'Italie du Sud. Aujourd'hui, j'aimerais visiter l'Italie du Nord. Moi qui suis corse, j'ai l'impression que ça fait partie de ma culture. En plus, c'est facile car très proche de la France. J'ai envie d'horizons très lointains, mais de choses très proches aussi.

Dans les romans, tu te dirigerais vers quel rayon ?

Orouni : En littérature française, j'aperçois "Le sermon sur la chute de Rome" de Jérôme Ferrari, un écrivain corse qui a eu le Goncourt avec ce roman. Ça me parle un peu, car il essaie de faire le lien entre la Corse dont je suis originaire et le continent... Ce qui n'est pas toujours facile.

Il y a Stendhal, dont j'ai beaucoup aimé "Le rouge et le noir" et" La Chartreuse de Parme". Il est à l'origine du syndrome de Stendhal qui est le fait de perdre ses moyens lorsqu'on est confronté à trop de beauté, dans un musée, devant un tableau ou dans une église. Et c'est quelque chose que j'ai moi-même ressenti, notamment en Italie. Je me suis retrouvé confronté à des lieux, pas forcément uniquement en Italie d'ailleurs, où tout était tellement beau que je ne savais plus où donner de la tête. J'avais même fait un blog qui s'appelait Le Syndrome de Stendhal où je racontais mes voyages. Néanmoins, le recueil "Voyages en Italie" de Stendhal me parle particulièrement. Étonnamment, sur Grand Tour, aucune chanson n'évoque Italie. Ça viendra peut-être plus tard.

Continues-tu à mettre en ligne tes photos ?

Orouni : Oui. Sur Instagram, j'ai un compte qui s'appelle phot[O]rouni. Je viens d'y publier une série sur Marseille. Avant, j'avais proposé une série Tanger. C'est moins mon fonds de commerce qu'auparavant (rires).

Malheureusement, les BD sont dans une autre boutique. Mais je voulais te parler de "L'été des Bagnold" de Joff Winterhart, parce que Belle and Sebastian vont réaliser la BO de l'adaptation cinématographique. N'as-tu pas ras-le-bol qu'on évoque presque systématiquement Belle & Sebastian quand on parle de ta musique ?

Orouni : Ce n'est même pas dans ma bio parce que, pour moi, c'est une évidence que c'est une influence. C'est un des groupes qui m'ont donné envie de faire de la musique. C'est un groupe très talentueux, donc non ça ne me dérange pas.

Pour continuer avec la BD, si tu devais comparer ta musique à un trait, à un style graphique, comment la définirais-tu ?

Orouni : Je lis peu de BD, mais je ne pense pas que ce serait de la ligne claire. Ce serait certainement quelque chose de plus coloré, de plus baroque. Ce serait une BD où le dessinateur propose une planche très structurée, avec des cases très colorées, avant de s'autoriser la liberté de faire quelque chose de différent qui prend toute la page suivante. En tout cas, c'est ce que j'essaie de faire dans mes albums. Les chansons courtes s'enchaînent avec d'autres, plus longues, certaines structurées et d'autres plus folles.

Si on se dirige vers le rayon des essais, sociaux et politiques, est-ce que c'est quelque chose qui peut trouver un écho dans ta musique, ou est-ce quelque chose qui est compartimenté ailleurs dans ta vie ?

Orouni : C'est quelque chose qui peut trouver une place dans les paroles. Par exemple, je vois le Grand Atlas des Empires Coloniaux. Il y a bien entendu des questions qu'on se pose quand on voyage : quelle attitude adopter ? Comment entrer en contact avec les gens, en les respectant tout en restant soi-même ?

Plus loin, je vois des essais sur le féminisme. "Nora" est une chanson qui parle d'une femme pas du tout bien traitée par son mari. Ce ne sont pas forcément des thèmes faciles à aborder, mais mon écriture se nourrit des thèmes sociétaux. Le terrorisme, par exemple, est un thème plus récent, que je n'ai jamais encore abordé, et je ne sais pas si je le ferai un jour. Ce sont des sujets qui m'intéressent. Je ne vais pas forcément mettre les pieds dans le plat en abordant frontalement ces sujets-là, mais peut-être en parler à travers des personnages qui se posent des questions, ou une tranche de vie d'un personnage. Une chanson n'est pas une dissertation de sociologie. Il faut que ce soit évocateur et que ça réveille des émotions.

Les biographies de musiciens ou de chanteurs sont-ils des ouvrages qui t'intéressent ?

Orouni : Oui, j'en ai lu beaucoup. À un moment, je me passionnais pour les Beatles. Il y a quelques années, pour mon anniversaire, je n'ai reçu que des livres sur les Beatles. Je suis désormais incollable sur le sujet (rires). J'ai lu ensuite le premier volume des Chroniques de Bob Dylan. Je crois que le deuxième volume n'est pas encore sorti à ce jour. C'est une autobiographie sur ses premiers pas dans le milieu artistique quand il arrive à New York. J'aime vraiment beaucoup ce genre d'ouvrages.

Tu trouves que ça éclaire son oeuvre de connaître la vie de l'artiste ?

Orouni : Bob Dylan raconte ce qu'il a voulu faire, donc ce n'est pas seulement autobiographique. Il raconte ses influences, explique des paroles. Dans ce cas-là, ça aide vraiment à mieux appréhender ses chansons. Il y a aussi le livre "En studio avec les Beatles" de Geoff Emerick, qui raconte comment les sons ont été trouvés, qui est un ouvrage biographique mais aussi un peu technique. Ce que McCartney a fait dans les années 60 dans sa vie privée m'intéresse assez peu, mais les passages sur la conception artistique je trouve ça plutôt intéressant.

(en continuant à se balader dans la librairie...)
Orouni : Tiens, un ouvrage de Noam Chomsky. Il y a peut-être aussi un essai de lui sur la linguistique. "Charles and Sylvester" trouve son origine dans un documentaire de Noam Chomsky sur le rapport entre le signifiant et le signifié.
Je t'ai aussi parlé du théâtre à travers le personnage de Nora, qui est l'héroïne de "Une maison de poupée" d'Ibsen.

D'ailleurs, as-tu connu ce texte d'abord par la lecture ou en le voyant interprété sur scène ?

Orouni : J'ai d'abord lu le texte. Ensuite, je l'ai découvert sur scène à Mains d'Oeuvres dans une adaptation moderne où le rôle de la femme et de l'homme étaient inversés.

Quant à la dernière chanson de l'album, "I was a paratrooper", elle est inspirée par la vie de Romain Gary vraiment d'un point de vue biographique. Comme Partitions aborde souvent le terme de la dissociation, ça m'intéressait de parler de Romain Gary et de son alter ego Émile Ajar. Le texte m'est venu après avoir lu un petit texte qu'il avait publié à la fin de sa vie, "Vie et mort d'Émile Ajar" chez Gallimard. Ça donne pas mal de clés sur ce double qu'il s'était créé. La démarche qu'il a entreprise, on la retrouve chez pas mal de musiciens qui enregistrent avec de nouveaux groupes sous un nouveau nom pour se refaire une virginité artistique. Ça pose de nouveau la question du nom et de ce qu'on y attache.

Chez Romain Gary, j'aperçois "Clair de femme", qui est un très beau livre, mais aussi un superbe film de Costa-Gavras. Est-ce que ça t'intéresse de t'emparer d'une œuvre et d'essayer de l'adapter et la faire tienne ?

Orouni : J'ai du mal à faire des reprises. J'attache plus d'importance à la composition qu'à l'interprétation. Mais je trouve ça intéressant de voir comment une œuvre peut évoluer en fonction des idées qui peuvent être amenées par d'autres, au cinéma, au théâtre, ou en musique. C'est plus une curiosité intellectuelle. Personnellement, quand je découvre une chanson par une reprise, j'ai tendance à comparer les autres versions que j'entends de cette chanson, même l'originale, à la version que j'ai découverte en premier.

Je vois "Petit pays" de Gael Faye. Est-ce un ouvrage que tu aurais envie de lire ?

Orouni : Je ne l'ai pas lu. Mais oui, ça m'intéresserait. D'abord, c'est un musicien. C'est souvent intéressant de suivre le parcours d'artistes interdisciplinaires. Et aussi, il parle du Burundi, un pays que je ne connais pas et dont je suis curieux.

Pour terminer par une note sur les voyages, quand joueras-tu sur le bateau "le Petit Bain" ?

Orouni : C'est une salle que j'aime bien. J'espère qu'on aura l'occasion d'y rejouer prochainement.

Retrouvez Orouni
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Jump out the window de Orouni
La chronique de l'album Grand Tour de Orouni
Orouni parmi une sélection de singles (novembre 2017 )
La chronique de l'album Partitions de Orouni
Orouni en concert aux Trois Baudets (lundi 29 juin 2015 )
Orouni en concert aux Trois Baudets (mercredi 11 janvier 2017 )
L'interview de Orouni (lundi 30 juin 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Orouni
Le Bandcamp de Orouni
Le Soundcloud de Orouni
Le Facebook de Orouni

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Orouni (11 juillet 2019)
Orouni (30 juin 2014)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=