Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vampires - De Dracula à Buffy
Cinémathèque française  Du 9 octobre 2019 au 19 janvier 2020

Avec l'exposition "Vampires - De Dracula à Buffy, la Cinémathèque française propose d'explorer la figure du vampire telle que déclinée en Occident en Europe et à Hollywood, son homologue asiatique ayant été présenté en 2018 dans la monstration pluridisciplinaire "Enfers et Fantômes d'Asie" au Musée du Quai Branly

Matthieu Orléan, conseiller artistique chargé des expositions à la Cinémathèque française, qui en assure le commissariat, indique avoir conçu la monstration comme "un cabinet de curiosités pop" articulée autour du cinéma et des séries télévisées tout en incluant une mise en résonance avec histoire de l'art.

Il en résulte un parcours judicieusement scénographié par l'Atelier Maciej Fiszer qui repose sur la polysémie et le dualisme de la figure du vampire illustré par de nombreux extraits de films, des affiches, costumes, dessins et costumes ainsi que d'oeuvres d'art.

Le vampire, entre effroi et fascination, de l'horreur au grotesque

Ressortant au genre du film d'horreur et de la catégorie "Morts vivants", le film de vampire a fasciné tous les réalisateurs, du plus obscur au plus reconnu, et tous les acteurs dont les têtes d'affiche notoires, et a été traité selon tous les registres, du drame à la parodie en passant par l'érotique, le poétique et même le romantique.

A la présentation chronologique qui, éventuellement, mettrait en évidence une corrélation entre la représentation de la figure du vampire et le contexte sociétal, le commissaire a choisi un appariement en fonction du caractère attribué à ce personnage soit un parcours en cinq sections.

Tout commence avec la littérature gothique de la fin du 19ème siècle et les illustrations de Gustave Doré pour "L'Enfer" de Dante qui réactive le mythe du vampire déjà décliné par Goya dans le les estampes de sa série "Les Caprices" dont est présenté une sélection et inspire à Friedrich Wilhelm Murnauson "Nosferatu", chef d'oeuvre du cinéma expressionniste allemand.

Puis Tod Browning pour "Dracula" dont le baiser du vampire est customisé par Andy Warhol ("The Kiss") et Urs Fischer ("The Waves").

A ces vampires "historiques" et ses interprètes légendaires tel Béla Lugosi et, pour la version féminine, en femme fatale au sens premier du terme, l’actrice Theda Bara surnommée "la première vamp", succède le vampire poétique, bourreau et victime de sa différence biologique immortalisé par le "Nosferatu" de Werner Herzog avec le magnétique Klaus Kinski.

Si le vampire fascine par sa mélancolie, son fantastique pourvoir de séduction se traduit également par l'érotisme dégagé par un vampire séducteur quand il a les traits séduisants de Christopher Lee, de Tom Cruise ou de Gary Oldman dans le "Dracula" de Francis Ford Coppola Costumes de "Eiko Ishioka" pour le Dracula baroque de Francis Ford Coppola et ses magnifiques costumes créées par la célèbre costumière japonaise Eiko Ishioka.

Séduisant ou repoussant, l'archétype du vampire suceur de sang symbole de la vie est souvent utilisé de manière métaphorique dans le dessin de presse pour caricaturer, entre autres, les politiciens et les capitalistes.

Et Matthieu Orléan y associe des oeuvres d'artistes contemporains considérés comme transgressifs dont pour laquelle sont réunies des oeuvres d'artistes considérés comme transgressifs tels Niki de Saint Phalle. ("Autel - Tombeau vampire") et Jean-Michel Basquiat.

La figure du vampire érotique intervient également dans l'espace homoérotique masculin avec le tableau "Dante et Virgil aux Enfers" de William Bouguereau et féminin avec les huit sérigraphies de la série d'illustrations réalisées par Léonor Fini pour le roman fantastique "Carmilla" de Sheridan le Farnu.

Enfin au rayon "Vampires Pop", le vampire essaime sur tous les supports : télévision bien évidememnt mais aussi bandes dessinées, mangas, dessins animés et publicité.

Et à ne pas rater les deux des boites "Vampire Studios" ("Le Salon d’Anna Freud", "Armoire à glace") réalisées par le peintre, sculpteur et cinéaste, Charles Matton qui a développé une technique d'élaboration d'espaces miniatures à l'inquiétante étrangeté, l'autoportrait de Cindy Sherman qui transforme en goule la Judith de l'épisode biblique de la décapitation d'Holopherne, et les deux œuvres créées spécialement pour l’exposition "Self-Portrait As a Vampire" de Claire Tabouret et "Fuck the Facts" de Wes Lang.

Et comme toujours, de nombreux événements sont organisés autour de l'exposition dont un cycle filmique riche d'une soixantaine de films.tournés entre 1915 et 2018.

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Cinémathèque française

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Cinémathèque française


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=