Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vampires - De Dracula à Buffy
Cinémathèque française  Du 9 octobre 2019 au 19 janvier 2020

Avec l'exposition "Vampires - De Dracula à Buffy, la Cinémathèque française propose d'explorer la figure du vampire telle que déclinée en Occident en Europe et à Hollywood, son homologue asiatique ayant été présenté en 2018 dans la monstration pluridisciplinaire "Enfers et Fantômes d'Asie" au Musée du Quai Branly

Matthieu Orléan, conseiller artistique chargé des expositions à la Cinémathèque française, qui en assure le commissariat, indique avoir conçu la monstration comme "un cabinet de curiosités pop" articulée autour du cinéma et des séries télévisées tout en incluant une mise en résonance avec histoire de l'art.

Il en résulte un parcours judicieusement scénographié par l'Atelier Maciej Fiszer qui repose sur la polysémie et le dualisme de la figure du vampire illustré par de nombreux extraits de films, des affiches, costumes, dessins et costumes ainsi que d'oeuvres d'art.

Le vampire, entre effroi et fascination, de l'horreur au grotesque

Ressortant au genre du film d'horreur et de la catégorie "Morts vivants", le film de vampire a fasciné tous les réalisateurs, du plus obscur au plus reconnu, et tous les acteurs dont les têtes d'affiche notoires, et a été traité selon tous les registres, du drame à la parodie en passant par l'érotique, le poétique et même le romantique.

A la présentation chronologique qui, éventuellement, mettrait en évidence une corrélation entre la représentation de la figure du vampire et le contexte sociétal, le commissaire a choisi un appariement en fonction du caractère attribué à ce personnage soit un parcours en cinq sections.

Tout commence avec la littérature gothique de la fin du 19ème siècle et les illustrations de Gustave Doré pour "L'Enfer" de Dante qui réactive le mythe du vampire déjà décliné par Goya dans le les estampes de sa série "Les Caprices" dont est présenté une sélection et inspire à Friedrich Wilhelm Murnau son "Nosferatu", chef d'oeuvre du cinéma expressionniste allemand.

Puis Tod Browning pour "Dracula" dont le baiser du vampire est customisé par Andy Warhol ("The Kiss") et Urs Fischer ("The Waves").

A ces vampires "historiques" et ses interprètes légendaires tel Béla Lugosi et, pour la version féminine, en femme fatale au sens premier du terme, l’actrice Theda Bara surnommée "la première vamp", succède le vampire poétique, bourreau et victime de sa différence biologique immortalisé par le "Nosferatu" de Werner Herzog avec le magnétique Klaus Kinski.

Si le vampire fascine par sa mélancolie, son fantastique pourvoir de séduction se traduit également par l'érotisme dégagé par un vampire séducteur quand il a les traits séduisants de Christopher Lee, de Tom Cruise ou de Gary Oldman dans le "Dracula" de Francis Ford Coppola Costumes de "Eiko Ishioka" pour le Dracula baroque de Francis Ford Coppola et ses magnifiques costumes créées par la célèbre costumière japonaise Eiko Ishioka.

Séduisant ou repoussant, l'archétype du vampire suceur de sang symbole de la vie est souvent utilisé de manière métaphorique dans le dessin de presse pour caricaturer, entre autres, les politiciens et les capitalistes.

Et Matthieu Orléan y associe des oeuvres d'artistes contemporains considérés comme transgressifs dont pour laquelle sont réunies des oeuvres d'artistes considérés comme transgressifs tels Niki de Saint Phalle. ("Autel - Tombeau vampire") et Jean-Michel Basquiat.

La figure du vampire érotique intervient également dans l'espace homoérotique masculin avec le tableau "Dante et Virgil aux Enfers" de William Bouguereau et féminin avec les huit sérigraphies de la série d'illustrations réalisées par Léonor Fini pour le roman fantastique "Carmilla" de Sheridan le Farnu.

Enfin au rayon "Vampires Pop", le vampire essaime sur tous les supports : télévision bien évidememnt mais aussi bandes dessinées, mangas, dessins animés et publicité.

Et à ne pas rater les deux des boites "Vampire Studios" ("Le Salon d’Anna Freud", "Armoire à glace") réalisées par le peintre, sculpteur et cinéaste, Charles Matton qui a développé une technique d'élaboration d'espaces miniatures à l'inquiétante étrangeté, l'autoportrait de Cindy Sherman qui transforme en goule la Judith de l'épisode biblique de la décapitation d'Holopherne, et les deux œuvres créées spécialement pour l’exposition "Self-Portrait As a Vampire" de Claire Tabouret et "Fuck the Facts" de Wes Lang.

Et comme toujours, de nombreux événements sont organisés autour de l'exposition dont un cycle filmique riche d'une soixantaine de films.tournés entre 1915 et 2018.

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Cinémathèque française

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Cinémathèque française


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=