Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ordinary people
Diana Evans  (Editions Globe)  septembre 2019

Voilà sûrement l’une des très belles surprises de cette rentrée littéraire. Si vous aimez la littérature dans ce qu’elle a de plus beau, alors vous ne devez pas passer à côté de cette petite merveille qu’est le dernier roman de Diana Evans qui a pour titre celui dune chanson du compositeur soul américain John Legend, Ordinary people. Ce sont les éditions Globe qui ont eu la bonne idée de publier ce magnifique ouvrage, qui sort de leur habitude puisqu’ils sont plutôt spécialisés dans la publication de livre de non fiction, toujours de grande qualité comme c’est le cas pour La note américaine, un autre ouvrage que je vous recommande vivement.

Ordinary people est un ouvrage qui nous raconte durant quinze ans la vie deux couples, Michael et Melissa d’un côté et Stéphanie et Damian de l’autre. L’histoire se passe à Londres, dans une ville amoureusement parcourue et habitée, de l’élection de Barack Obama à la mort de Michael Jackson. Les deux couples que l’on suit se débattre avec leur histoire, le travail, la quarantaine, les illusions perdues et leur statut d’émigrés de la deuxième génération devenus parents à leur tour. Ils ont cru à l’intégration, voilà qu’ils se désintègrent.

Des gens ordinaires, des scènes de la vie conjugale autour de deux couples de londoniens quadragénaires qui vivent ensemble depuis une quinzaine d'années, voilà la trame de fond de cette ouvrage qui n'a d'ordinaire que son titre.

Il y a Melissa et Michael, enfants d'immigrés, qui viennent de s'installer dans le sud de la capitale anglaise, dans un quartier populaire. Damian et Stéphanie, eux, vivent avec leurs enfants dans une maison coquette à 30 kilomètres de Londres. Point commun de ces deux couples, une souffrance entre les deux conjoints à cause d'un élément du couple qui traverse une crise : Damien d'un côté et Melissa de l'autre. La crise de ces deux couples est ausculté avec intelligence par Diana Evans sous l'ornière l'ornière de petits moments ordinaires de la vie d'un couple, des petits lieux communs de la vie conjugale en mêlant gravité et légèreté avec brio.

Diana Evans nous dévoile des moments tristes de la vie d'un couple avec aussi de nombreux passages particulièrement rigolos. Elle nous montre la routine qui s'installe dans un couple, un quotidien passé à s'occuper des enfants et des taches domestiques pour Melissa qui rumine sa souffrance, s'enferme, ne trouvant plus grand chose à dire à son mari.

Sans aucune prétention et sous la forme d'un superbe roman, Diana Evans nous propose un ouvrage complet qui nous raconte au final beaucoup de choses sur de nombreux thèmes. On apprend à découvrir Londres tout d'abord, loin des guides touristiques et ce que l'on en connaît. Diana Evans évoque notamment le phénomène de gentrification qui touche le sud de la capitale anglaise.

On apprend aussi beaucoup de choses sur la classe moyenne, sur la vie de couple, sur les conséquences de l'arrivée d'un enfant dans un couple et sur l'intégration des populations noires en Europe et en Angleterre.

Tout cela est analysé avec finesse et intelligence et c'est bien là la grande qualité de l'ouvrage que de partir de l'évolution de ces deux couples pour nous dresser une analyse sociologique de notre époque.

Avec ce superbe Ordinary People, Diana Evans réussit avec virtuosité à poser des mots et des maux sur ce que l'on peut trouver de plus banal avec la désintégration d'un couple avec le temps. Avec précision, elle dissèque le ressenti des différents acteurs du couple ainsi que les sentiments qui les habitent. Tout est juste et réaliste dans ses propos, avec en plus une grande dose d'émotions qui fait que l'on ne ressort pas totalement indemne de cette lecture.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Diana Evans


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=