Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Au bout du monde
Kiyoshi Kurosawa 

Réalisé par Kiyoshi Kurosawa. Japon/Ouzbekistan/Qatar. Drame. 2h (Sortie le 23 octobre 2019). Avec Atsuko Maeda, Ryô Kase, Shôta Sometani, Tokio Emoto et Adiz Radjabov.

Valeur sûre du cinéma nippon, Kiyoshi Kurosawa est surtout connu pour ses films fantastiques parmi lesquels un certain nombre a pour thème les "fantômes".

Ce n'est pas le cas d'"Au bout du monde" qui est sans doute l'une de ses oeuvres les plus personnelles et qui ne se rattache aucunement au cinéma de genre.

S'il a déjà tourné à l'étranger, qu'on se souvienne de son film français "Le Secret de la chambre noire" avec Olivier Gourmet, c'est la première fois qu'il confronte des acteurs japonais avec une réalité extérieure, en l'occurrence l'Ouzbékistan et ses villes phares, Samarcande et Tachkent.

Son héroïne, Yoko, anime une émission à visée culinaire et touristique à la télévision nipponne. Partout dans le monde on a ce genre de programme dans lequel une jeune femme charmante et toujours souriante découvre les spécialités d'ici et ailleurs, visite les criées, s'intéresse aux pêcheurs et aux techniques de pêche, parcourt les marchés, etc...

Souriante, professionnelle, elle sait faire le "job" sans s'y impliquer plus que ça et qu'elle soit à Tokyo ou à Samarcande a priori ne la touche en rien. C'est pour elle une routine bien huilée et ses problèmes n'ont trait qu'au planning des tournages et à ses rapports avec son équipe.

Mais, imperceptiblement, l'éloignement du Japon, l'impossibilité de communiquer avec ses proches et le poids du pays visité se mêlent pour aboutir chez elle à une véritable crise existentielle.

Dans son célèbre essai, "Fous de l'Inde", le psychiatre Régis Airault décrit l'effet pathogène qu'à l'Inde sur certains voyageurs occidentaux. Il en déduit que voyager s'avère dangereux et peut déclencher des délires et des maladies. "Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa pourrait être l'illustration cinématographique de ce que décrit Airault pour une Japonaise perdue au coeur de l'Ouzbékistan.

Dans ce qui constitue le basculement du film, Yoko est en effet littéralement seule dans les villes ouzbeks. Dans un grand bâtiment d'architecture mi-soviétique mi-orientale, un Palais qui fait office d'hôtel de ville, Yoko déambule sans son équipe de tournage. Elle y assiste à des scènes assez étranges puisqu'elle n'en perçoit plus le sens. Elle y découvrira des chanteurs et s'essaiera elle même à l'hymne à l'amour d'Edith Piaf.

Pareillement, elle se retrouvera au centre du marché de la capitale et se pensera poursuivie par des policiers. S'en suivra une course poursuite d'anthologie et sans autre enjeu que la description de la peur panique de la jeune femme.

De plus en plus elliptique, peu bavard, centré sur la merveilleuse figure d'Atsuko Maeda déjà héroïne convaincante de "Avant que nous disparaissions" de Kiyoshi Kurosawa, "Au bout du monde", rappellera - la légèreté en plus - les premiers films de Wim Wenders comme "Alice dans les villes " ou "Faux Mouvement".

Evidemment, Kurosawa est moins didactique façon Wenders-Deleuze dans le distingo "image temps" et "image mouvement" car le parallèle entre moyens de communiquer et moyens de se déplacer est devenu une tarte à la crème au temps du portable roi. Dès lors, c'est dans la contemplation qu' "Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa trouve son aboutissement. Et quel aboutissement !

On ne dévoilera rien (ou presque) de la dernière scène sauf qu'on y entendre une version de "L'hymme à l'amour" à bloquer à jamais sa peau sur " chair de poule".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=