Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le rêveur de la forêt
Musée Zadkine  Du 27 septembre 2019 au 23 février 2020

Avec "Le Rêveur de la forêt", le Musée Zadkinelivre le dernier volet de sa trilogie muséale ordonnée autour de l'oeuvre et de la démarche créatrice du maître du lieu, clôt son "exploration des matérialités créatrices" commencée par "Etre pierre" suivie de "Ossip Zadkine - L'instinct de la matière".

Celle-ci s'inscrit dans la conception de l'oeuvre et de la sculpture d'Ossip Zadkine : pour le sculpteur qui officie en taille directe comme "héritier de l'antique tradition des tailleurs de pierre et de bois", "du dialogue avec la matière naît le geste de l'homme" qui se traduit par une hybridation de l’humain et de la nature induite par la forme originelle de la matière minérale ou végétale.

Cette démarche inscrite dans le courant du primitivisme moderne du début du 20eme siècle pour réinventer la sculpture a guidé les commissaires, Noëlle Chabert, directrice du Musée Zadkine, et Jeanne Brun, directrice du Fonds d’art contemporain gérant les collections de la Ville de Paris, pour sélectionner un superbe florilège d'oeuvres d'une quarantaine d'artistes modernes et contemporains mises en résonance avec celles d'Ossip Zadkine.

Le rêveur de la forêt enchantée

Conçue comme un voyage artistique et réflexif voire initiatique, l'exposition place le visiteur à l'orée de la forêt et l'invite à franchir cette frontière-stargate qui conduit au coeur de l'écosystème forestier mais également à celui du secret du monde sylvestre, lieu polysémique comme générateur de contes et mythes et métaphore de la psyché humaine.

Un voyage en trois stations - Lisière/Genèse/Bois sacré, Bois dormant - introduit par l'armée des troncs-totems de Zadkine ("Torse violoncelle", "Torse d'Ephèbe", " Vénus cariatide", "Demeter", "Torse de femme"e et "Porteuse d'eau", tête de pont de "La Forêt" de Giacometti ("la forêt qui s'élève comme le peuple") avec une tête d'homme à ras de terre qui regarde ce fronton et une série photographique de Philippe Bard.

Peuple par la similitude physique de l'arbre et de l'homme, tous deux enracinés dans le sol de la Terre-Mère, qui tient à leur verticalité, la cime du premier ne cessant de s'élever vers le ciel et celle du second en quête de spiritualité et de sens, d'élévation épiphanique comme l'indique Noëlle Chabert.

Si la forêt abrite la faune des bois, elle abrite également d'étranges créatures métamorphiques tels "L'homme-hibou" de Karel Appel et le "Congloméros" du peintre Victor Brauner tout comme elle génère des formes de vie originales ainsi les morphogenèses de Jean Arp et les "Parle Ment branches" de Laure Prouvost, retenus pour l'affiche, des branches sur lesquelles se développent des organes féminins.

Dans la forêt, selon la formule de Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme et la vie renaît même des cendres comme le coeur doré ("Brotes") de Javier Perez ressuscitant tel un phénix de rameaux calcinés et les bronzes calcinés de la série "Kéromancie" de Hicham Berrada.

A l'ombre des statues-colonnes de Zadkine ("Daphné", "Prométhée"), et accompagnés du dispositif vidéo-acoustique de Ariane Michel ("La Forêt des gestes"), le buste féminin incarnant le sommeil d'Auguste Rodin et le faune de Jean Carriès veillent sur, entre autres la "Forêt noire" de Eva Jospin et les "Graines de serpentes" de Laurie Karp.

A ne pas rater, entre autres tant sont nombreuses les pépites, la sublime femme-animal de Gemaine Richier ("La chauve-souris"), le dessin de "lentilles de contact-miroir" pour visage ligneux de Giuseppe Pennone, l'"Arbre du Paradis" de séraphine de Senlis et "Le reliquaire de la forêt" de Bernard Requichot.

Et une transition avec le réel de la ville s'effectue en douceur dans le jardin de cette maison-musée sous le guide d'Orphée avec "La Forêt humaine" et "Les Mains végétales" de Zadline

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Zadkine

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Zadkine


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=