Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le rêveur de la forêt
Musée Zadkine  Du 27 septembre 2019 au 23 février 2020

Avec "Le Rêveur de la forêt", le Musée Zadkinelivre le dernier volet de sa trilogie muséale ordonnée autour de l'oeuvre et de la démarche créatrice du maître du lieu, clôt son "exploration des matérialités créatrices" commencée par "Etre pierre suivie de "Ossip Zadkine - L'instinct de la matière".

Celle-ci s'inscrit dans la conception de l'oeuvre et de la sculpture d'Ossip Zadkine : pour le sculpteur qui officie en taille directe comme "héritier de l'antique tradition des tailleurs de pierre et de bois", "du dialogue avec la matière naît le geste de l'homme" qui se traduit par une hybridation de l’humain et de la nature induite par la forme originelle de la matière minérale ou végétale.

Cette démarche inscrite dans le courant du primitivisme moderne du début du 20eme siècle pour réinventer la sculpture a guidé les commissaires, Noëlle Chabert, directrice du Musée Zadkine, et Jeanne Brun, directrice du Fonds d’art contemporain gérant les collections de la Ville de Paris, pour sélectionner un superbe florilège d'oeuvres d'une quarantaine d'artistes modernes et contemporains mises en résonance avec celles d'Ossip Zadkine.

Le rêveur de la forêt enchantée

Conçue comme un voyage artistique et réflexif voire initiatique, l'exposition place le visiteur à l'orée de la forêt et l'invite à franchir cette frontière-stargate qui conduit au coeur de l'écosystème forestier mais également à celui du secret du monde sylvestre, lieu polysémique comme générateur de contes et mythes et métaphore de la psyché humaine.

Un voyage en trois stations - Lisière/Genèse/Bois sacré, Bois dormant - introduit par l'armée des troncs-totems de Zadkine ("Torse violoncelle", "Torse d'Ephèbe", " Vénus cariatide", "Demeter", "Torse de femme"e et "Porteuse d'eau", tête de pont de "La Forêt" de Giacometti ("la forêt qui s'élève comme le peuple") avec une tête d'homme à ras de terre qui regarde ce fronton et une série photographique de Philippe Bard.

Peuple par la similitude physique de l'arbre et de l'homme, tous deux enracinés dans le sol de la Terre-Mère, qui tient à leur verticalité, la cime du premier ne cessant de s'élever vers le ciel et celle du second en quête de spiritualité et de sens, d'élévation épiphanique comme l'indique Noëlle Chabert.

Si la forêt abrite la faune des bois, elle abrite également d'étranges créatures métamorphiques tels "L'homme-hibou" de Karel Appel et le "Congloméros" du peintre Victor Brauner tout comme elle génère des formes de vie originales ainsi les morphogenèses de Jean Arp et les "Parle Ment branches" de Laure Prouvost, retenus pour l'affiche, des branches sur lesquelles se développent des organes féminins.

Dans la forêt, selon la formule de Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme et la vie renaît même des cendres comme le coeur doré ("Brotes") de Javier Perez ressuscitant tel un phénix de rameaux calcinés et les bronzes calcinés de la série "Kéromancie" de Hicham Berrada.

A l'ombre des statues-colonnes de Zadkine ("Daphné", "Prométhée"), et accompagnés du dispositif vidéo-acoustique de Ariane Michel ("La Forêt des gestes"), le buste féminin incarnant le sommeil d'Auguste Rodin et le faune de Jean Carriès veillent sur, entre autres la "Forêt noire" de Eva Jospin et les "Graines de serpentes" de Laurie Karp.

A ne pas rater, entre autres tant sont nombreuses les pépites, la sublime femme-animal de Gemaine Richier ("La chauve-souris"), le dessin de "lentilles de contact-miroir" pour visage ligneux de Giuseppe Pennone, l'"Arbre du Paradis" de séraphine de Senlis et "Le reliquaire de la forêt" de Bernard Requichot.

Et une transition avec le réel de la ville s'effectue en douceur dans le jardin de cette maison-musée sous le guide d'Orphée avec "La Forêt humaine" et "Les Mains végétales" de Zadline

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Zadkine

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Zadkine


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=