Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme napolitaine
Petit Palais  Du 15 octobre 2019 au 26 janvier 2020

L'intérêt des expositions proposées par le Petit Palais tient à une politique muséale éclairée qui privilégie les expositions inscrites dans une relecture de l'art à travers les artistes pour (re)découvrir des petits et des grands maîtres en leur temps éclipsés par les "blockbusters" surmédiatisés.

Ainsi, sa programmation 2019-2020 se place sous le signe d'une saison napolitaine avec Luca Giordano pour une incursion dans la peinture baroque et une exposition-rétrospective inédite en France intitulée "Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" et présentée avec la collaboration du Museo Nazionale di Capodimonte à Naples consacrée à l'oeuvre d'un précurseur du vérisme, équivalent transalpin du naturalisme, qui émerge à la fin du 19ème siècle.

Celles-si se déploient dans un parcours chronologique superbement scénographié par un jeu de lignes de fuite et des reproductions photographiques d'archives de de la topographie et de l'architecture de la cité génoise réalisée par le Studio Tovar/Alain Batifoulier et Simon de Tovar .

Vincenzo Gemito, du vérisme novateur au retour à l'antique en passant par le maniérisme

Génie précoce alors même que non issu du sérail artistique, mais toutefois non autodidacte car formé Académie des Beaux-arts de Naples, Vincenzo Gemito qui crée sa première oeuvre à l'adolescence "Le joueur de cartes" qui semble autofictionnel en ce qu'il représente un de ses homologues, enfant des rues qui qui lit son avenir dans les cartes.

Et à 25 ans, il accède à la notoriété par sa participation remarquée au Salon à Paris en 1877 puis à l’Exposition Universelle de 1878 en se démarquant de manière radicale de la statuaire académique par son traitement réaliste d'un thème connu, celui du pêcheur napolitain en bronze, dont est également présenté le plâtre préparatoire.

Ainsi qu'en atteste la mise en regard avec les oeuvres de sculpteurs français tel François Rude ("Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue") et Jean-Baptiste Carpeaux ("Pêcheur napolitain à la coquille") qui ressortent à l'imagerie pittoresque résultant d'une construction culturelle.

Et Vincenzo Gemito inscrit son nom dans l'Histoire de l'art comme précurseur du vérisme, équivalent transalpin du naturalisme français, et dont la thématique de prédilection est celle de l'enfance avec des bustes grandeur nature en plâtre, des fillettes et garçonnets plébéiens.

Tels celui retenu pour l'affiche de la monstration et celui de la petite fille au voile retenu par les doigts évoquant une juvénile Madone, qui révèle, comme indiqué par jean-Louis Chamion, "un art tout en tendresse et vulnérabilité absolue"

Egalement soucieux de réussite et en quête de mécénat et de clientèle privée, il réalise les bustes de personnalités dont celles du monde artistique de son temps qui présentent une particularité significative de sa marque de fabrique, celle des bords déchirés,

Après des événements dramatiques dans sa vie privée et une altération de ses facultés mentales, Gemito poursuit son activité en reprenant ses sujets de prédilection dont le "Petit pêcheur sur un rocher" mais dans un style maniériste qui tend à la mièvrerie.

Certaines pièces - "Vénus", "Jeunesse de Neptune" - annoncent sa troisième période, celle du retour à l'antique qui correspond à une inflexion commune aux grands noms de la sculpture moderne, de Rodin, Giacometti et Bourdelle, illustrée pour ce dernier par une récente exposition dédiée en son musée ("Bourdelle et l'antique - Une passion moderne) sur le mode d'une exploration du patrimoine archaïque.

L'exposition permet également de constater le talent exceptionnel de dessinateur émérite de Gemito avec une belle sélection d'oeuvres graphiques dont le portrait des femmes aimées et ceux des enfants Bertolini pour lesquels les commissaires appellent l'attention sur leur résonance avec les tableaux du peintre Balthus.

Une superbe exposition.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=