Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans les yeux de Jeanne
Théâtre Le Funambule  (Paris)  octobre 2019

Spectacle de théâtre musical conçu par Guillaume Sorel, mise en scène de Juliette Baucher, avec Apolline Andreys, Guillaume Sorel et Benoît Dupont (en alternance Simon Froget-Legendre).

Dans la vie d'André Raimbourg, dit Bourvil, une seule femme a compté : Jeanne Lefrique. Avec "Dans les yeux de Jeanne", Guillaume Sorel a eu l'idée de conter cette belle histoire d'amour en quelques tableaux tous à la gloire d'un des monstres sacrés du cinéma français.

Tout débute en 1936 quand le tout jeune André pas encore Bourvil rencontre Jeanne. Il faudra sept ans pour qu'elle devienne sa femme au moment où le fantaisiste normand commence réellement une carrière plus que prometteuse qui va faire de lui un chanteur populaire, alternant les chansons et les opérettes, et bientôt une grande vedette de l'écran.

Dans ce court biopic" dans lequel Jeanne et André poussent constamment la chansonnette, on apprendra pas mal de choses sur les débuts de celui qui, en hommage à son maître Fernandel, s'est d'abord appelé "Andrel". On découvrira un jeune homme tourmenté et rebelle, ayant refusé de devenir instituteur et qui ne se voyait pas en "salarié" mais plutôt en artiste, tout en ignorant sous quelle forme il pourrait obtenir la consécration.

Bourvil, ici, est interprété par l'auteur de la pièce, Guillaume Sorel. Et, à première vue, physiquement, on l'imaginerait plus jouant Tintin que le grand comique. Pourtant, sans chercher un quelconque mimétisme avec son modèle, il réussit vite à convaincre qu'il est Bourvil, et cela d'abord en interprétant quelques-uns de ses "tubes", seul ou avec Apolline Andreys, qui montre toute la qualité de son registre dans une très belle version de "La Tendresse".

Une fois passées les années de vache enragée" et celles de ses premiers succès, Guillaume Sorel va se faire - et on le regrette un peu - plus elliptique : évocation de "La Traversée de Paris", de la liaison supposée de Bourvil avec Pierrette Bruno, de sa maladie puis de sa mort.

Tout cela donnera l'occasion d'entendre quelques belles chansons du répertoire de Bourvil, et l'on sera légèrement triste qu'il n'y ait ni "Le petit bal perdu", seulement évoqué par quelques notes du pianiste (Benoît Dupont en alternance avec Simon Froget-Legendre) ni "Ma petite chanson". En compensation, on aura eu les incontournables "Ballade irlandaise" et "Salade de fruits".

Guillaume Sorel a conçu un spectacle positif avec un Bourvil puits de gentillesse, voire de bonté, ayant à sa côté son double en la personne de Jeanne. Cela n'implique en rien que le spectacle soit mièvre. Tout au contraire, Il décrit de beaux personnages et cela aurait été presque un sacrilège d'assombrir inutilement leurs portraits.

Les admirateurs de Bourvil sortiront comblés de ce joli moment à sa gloire. Les nouvelles générations, pour qui il n'est peut-être que le peintre en bâtiment de "La Grande Vadrouille", en sauront plus sur un immense artiste, populaire sans aucune démagogie,et seront conquis par cet être lumineux.

Attention ! Il ne faut pas rater le clin d'oeil final, quand Guillaume Sorel et Apolline Andreys expliquent ce que doit être "la tactique du public"...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=