Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans les yeux de Jeanne
Théâtre Le Funambule  (Paris)  octobre 2019

Spectacle de théâtre musical conçu par Guillaume Sorel, mise en scène de Juliette Baucher, avec Apolline Andreys, Guillaume Sorel et Benoît Dupont (en alternance Simon Froget-Legendre).

Dans la vie d'André Raimbourg, dit Bourvil, une seule femme a compté : Jeanne Lefrique. Avec "Dans les yeux de Jeanne", Guillaume Sorel a eu l'idée de conter cette belle histoire d'amour en quelques tableaux tous à la gloire d'un des monstres sacrés du cinéma français.

Tout débute en 1936 quand le tout jeune André pas encore Bourvil rencontre Jeanne. Il faudra sept ans pour qu'elle devienne sa femme au moment où le fantaisiste normand commence réellement une carrière plus que prometteuse qui va faire de lui un chanteur populaire, alternant les chansons et les opérettes, et bientôt une grande vedette de l'écran.

Dans ce court biopic" dans lequel Jeanne et André poussent constamment la chansonnette, on apprendra pas mal de choses sur les débuts de celui qui, en hommage à son maître Fernandel, s'est d'abord appelé "Andrel". On découvrira un jeune homme tourmenté et rebelle, ayant refusé de devenir instituteur et qui ne se voyait pas en "salarié" mais plutôt en artiste, tout en ignorant sous quelle forme il pourrait obtenir la consécration.

Bourvil, ici, est interprété par l'auteur de la pièce, Guillaume Sorel. Et, à première vue, physiquement, on l'imaginerait plus jouant Tintin que le grand comique. Pourtant, sans chercher un quelconque mimétisme avec son modèle, il réussit vite à convaincre qu'il est Bourvil, et cela d'abord en interprétant quelques-uns de ses "tubes", seul ou avec Apolline Andreys, qui montre toute la qualité de son registre dans une très belle version de "La Tendresse".

Une fois passées les années de vache enragée" et celles de ses premiers succès, Guillaume Sorel va se faire - et on le regrette un peu - plus elliptique : évocation de "La Traversée de Paris", de la liaison supposée de Bourvil avec Pierrette Bruno, de sa maladie puis de sa mort.

Tout cela donnera l'occasion d'entendre quelques belles chansons du répertoire de Bourvil, et l'on sera légèrement triste qu'il n'y ait ni "Le petit bal perdu", seulement évoqué par quelques notes du pianiste (Benoît Dupont en alternance avec Simon Froget-Legendre) ni "Ma petite chanson". En compensation, on aura eu les incontournables "Ballade irlandaise" et "Salade de fruits".

Guillaume Sorel a conçu un spectacle positif avec un Bourvil puits de gentillesse, voire de bonté, ayant à sa côté son double en la personne de Jeanne. Cela n'implique en rien que le spectacle soit mièvre. Tout au contraire, Il décrit de beaux personnages et cela aurait été presque un sacrilège d'assombrir inutilement leurs portraits.

Les admirateurs de Bourvil sortiront comblés de ce joli moment à sa gloire. Les nouvelles générations, pour qui il n'est peut-être que le peintre en bâtiment de "La Grande Vadrouille", en sauront plus sur un immense artiste, populaire sans aucune démagogie,et seront conquis par cet être lumineux.

Attention ! Il ne faut pas rater le clin d'oeil final, quand Guillaume Sorel et Apolline Andreys expliquent ce que doit être "la tactique du public"...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=