Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans les yeux de Jeanne
Théâtre Le Funambule  (Paris)  octobre 2019

Spectacle de théâtre musical conçu par Guillaume Sorel, mise en scène de Juliette Baucher, avec Apolline Andreys, Guillaume Sorel et Benoît Dupont (en alternance Simon Froget-Legendre).

Dans la vie d'André Raimbourg, dit Bourvil, une seule femme a compté : Jeanne Lefrique. Avec "Dans les yeux de Jeanne", Guillaume Sorel a eu l'idée de conter cette belle histoire d'amour en quelques tableaux tous à la gloire d'un des monstres sacrés du cinéma français.

Tout débute en 1936 quand le tout jeune André pas encore Bourvil rencontre Jeanne. Il faudra sept ans pour qu'elle devienne sa femme au moment où le fantaisiste normand commence réellement une carrière plus que prometteuse qui va faire de lui un chanteur populaire, alternant les chansons et les opérettes, et bientôt une grande vedette de l'écran.

Dans ce court biopic" dans lequel Jeanne et André poussent constamment la chansonnette, on apprendra pas mal de choses sur les débuts de celui qui, en hommage à son maître Fernandel, s'est d'abord appelé "Andrel". On découvrira un jeune homme tourmenté et rebelle, ayant refusé de devenir instituteur et qui ne se voyait pas en "salarié" mais plutôt en artiste, tout en ignorant sous quelle forme il pourrait obtenir la consécration.

Bourvil, ici, est interprété par l'auteur de la pièce, Guillaume Sorel. Et, à première vue, physiquement, on l'imaginerait plus jouant Tintin que le grand comique. Pourtant, sans chercher un quelconque mimétisme avec son modèle, il réussit vite à convaincre qu'il est Bourvil, et cela d'abord en interprétant quelques-uns de ses "tubes", seul ou avec Apolline Andreys, qui montre toute la qualité de son registre dans une très belle version de "La Tendresse".

Une fois passées les années de vache enragée" et celles de ses premiers succès, Guillaume Sorel va se faire - et on le regrette un peu - plus elliptique : évocation de "La Traversée de Paris", de la liaison supposée de Bourvil avec Pierrette Bruno, de sa maladie puis de sa mort.

Tout cela donnera l'occasion d'entendre quelques belles chansons du répertoire de Bourvil, et l'on sera légèrement triste qu'il n'y ait ni "Le petit bal perdu", seulement évoqué par quelques notes du pianiste (Benoît Dupont en alternance avec Simon Froget-Legendre) ni "Ma petite chanson". En compensation, on aura eu les incontournables "Ballade irlandaise" et "Salade de fruits".

Guillaume Sorel a conçu un spectacle positif avec un Bourvil puits de gentillesse, voire de bonté, ayant à sa côté son double en la personne de Jeanne. Cela n'implique en rien que le spectacle soit mièvre. Tout au contraire, Il décrit de beaux personnages et cela aurait été presque un sacrilège d'assombrir inutilement leurs portraits.

Les admirateurs de Bourvil sortiront comblés de ce joli moment à sa gloire. Les nouvelles générations, pour qui il n'est peut-être que le peintre en bâtiment de "La Grande Vadrouille", en sauront plus sur un immense artiste, populaire sans aucune démagogie,et seront conquis par cet être lumineux.

Attention ! Il ne faut pas rater le clin d'oeil final, quand Guillaume Sorel et Apolline Andreys expliquent ce que doit être "la tactique du public"...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=