Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans les yeux de Jeanne
Théâtre Le Funambule  (Paris)  octobre 2019

Spectacle de théâtre musical conçu par Guillaume Sorel, mise en scène de Juliette Baucher, avec Apolline Andreys, Guillaume Sorel et Benoît Dupont (en alternance Simon Froget-Legendre).

Dans la vie d'André Raimbourg, dit Bourvil, une seule femme a compté : Jeanne Lefrique. Avec "Dans les yeux de Jeanne", Guillaume Sorel a eu l'idée de conter cette belle histoire d'amour en quelques tableaux tous à la gloire d'un des monstres sacrés du cinéma français.

Tout débute en 1936 quand le tout jeune André pas encore Bourvil rencontre Jeanne. Il faudra sept ans pour qu'elle devienne sa femme au moment où le fantaisiste normand commence réellement une carrière plus que prometteuse qui va faire de lui un chanteur populaire, alternant les chansons et les opérettes, et bientôt une grande vedette de l'écran.

Dans ce court biopic" dans lequel Jeanne et André poussent constamment la chansonnette, on apprendra pas mal de choses sur les débuts de celui qui, en hommage à son maître Fernandel, s'est d'abord appelé "Andrel". On découvrira un jeune homme tourmenté et rebelle, ayant refusé de devenir instituteur et qui ne se voyait pas en "salarié" mais plutôt en artiste, tout en ignorant sous quelle forme il pourrait obtenir la consécration.

Bourvil, ici, est interprété par l'auteur de la pièce, Guillaume Sorel. Et, à première vue, physiquement, on l'imaginerait plus jouant Tintin que le grand comique. Pourtant, sans chercher un quelconque mimétisme avec son modèle, il réussit vite à convaincre qu'il est Bourvil, et cela d'abord en interprétant quelques-uns de ses "tubes", seul ou avec Apolline Andreys, qui montre toute la qualité de son registre dans une très belle version de "La Tendresse".

Une fois passées les années de vache enragée" et celles de ses premiers succès, Guillaume Sorel va se faire - et on le regrette un peu - plus elliptique : évocation de "La Traversée de Paris", de la liaison supposée de Bourvil avec Pierrette Bruno, de sa maladie puis de sa mort.

Tout cela donnera l'occasion d'entendre quelques belles chansons du répertoire de Bourvil, et l'on sera légèrement triste qu'il n'y ait ni "Le petit bal perdu", seulement évoqué par quelques notes du pianiste (Benoît Dupont en alternance avec Simon Froget-Legendre) ni "Ma petite chanson". En compensation, on aura eu les incontournables "Ballade irlandaise" et "Salade de fruits".

Guillaume Sorel a conçu un spectacle positif avec un Bourvil puits de gentillesse, voire de bonté, ayant à sa côté son double en la personne de Jeanne. Cela n'implique en rien que le spectacle soit mièvre. Tout au contraire, Il décrit de beaux personnages et cela aurait été presque un sacrilège d'assombrir inutilement leurs portraits.

Les admirateurs de Bourvil sortiront comblés de ce joli moment à sa gloire. Les nouvelles générations, pour qui il n'est peut-être que le peintre en bâtiment de "La Grande Vadrouille", en sauront plus sur un immense artiste, populaire sans aucune démagogie,et seront conquis par cet être lumineux.

Attention ! Il ne faut pas rater le clin d'oeil final, quand Guillaume Sorel et Apolline Andreys expliquent ce que doit être "la tactique du public"...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=