Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Amie
Studio Hébertot  (Paris)  octobre 2019

Monologue dramatique d'après le récit éponyme de Michèle Manceaux interprété par Nathalie Grauwin dans une adaptation et une mise en scène de Philippe Honoré.

Michèle Manceaux a été pendant trente ans l'amie de l'auteur de l'Amant. Et, puis un jour de 1984, elle reçoit un coup de téléphone de Marguerite Duras qui lui cherche querelle. Une mauvaise querelle.

Elle lui reproche d'avoir donné sa date de naissance dans un de ses articles. La journaliste lui rappelle que ce n'est pas un scoop et qu'il suffit d'ouvrir un dictionnaire pour la trouver.

Mais rien n'y fait : pour bien mener à bout une mauvaise querelle il faut être de totale mauvaise foi. Voilà ! En quelques minutes péremptoires, une grande amitié n'est plus. "L'amie" n'est plus une amie... Tout s'arrête pas même sur un malentendu, mais plutôt sur un trop bien entendu.

Sur scène, dans "L'Amie ", Michèle Manceaux est le plus souvent assise dans un large fauteuil rouge qui occupe le centre de la scène. Elle s'interroge sur cette amie qu'elle n'a pas revue entre ce mémorable coup de fil et sa mort une douzaine d'années après en 1996. Cruelle situation que cet état impossible de "non-amitié".

Michèle Manceaux ne cesse d'essayer de comprendre ce qui s'est passé, d'autant que pendant les douze dernières années de sa longue existence, Marguerite s'est transformée en super-star de la littérature et en monstre sacré médiatique à l'image d'un Jean-Luc Godard hier ou d'un Michel Houellebecq aujourd'hui.

Alors que Marguerite vit aussi ses années "Yann Andrea", Michèle se doute qu'elle a été oubliée par la Dame de la rue Saint-Benoît. Elle ne pourra s'extraire de sa rumination qu'en consacrant un livre à cet événement qui reste pour elle improbable.

"L'Amie", c'est donc un texte sur une absence toujours douloureusement présente. Avec peu d'éléments, ce fauteuil central et une chaise-tabouret sur lequel sont posés une bouteille de vin et un verre, Nathalie Grauwin s'est glissée dans la peau de Michèle Manceaux. Elle joue sa désillusion en s'y jetant corps et âme.

La plupart des spectateurs trouvera des correspondances avec des histoires voisines d'amitiés trahies et sera conquis à la fois par l'analyse de Michèle Manceaux et le jeu de Nathalie Grauwin.

Seul bémol : les aficionados de Duras trouveront que Philippe Honoré n'a, dans sa mise en scène, donné aucune vérité "durassienne". Ne serait-ce que par la couleur du vin bu largement par Michèle.

Si elle a été l'amie intime de Marguerite, elle ne peut qu'être encore sous l'emprise de ce Pouilly fumé chère à la réalisatrice d'"India Song". Pareillement, les musiques qui accompagnent la pièce n'ont rien à voir avec les musiques de Carlo d'Alessio qui firent le charme des grands films de la dame au col roulé...

Nonobstant ces critiques bénignes à destination de ceux qui pratiquent le Duras "première langue", "L'Amie", interprétée subtilement par Nathalie Grauwin qui y met visiblement beaucoup d'elle-même, est une belle leçon qui montre qu'une amitié déçue se vit aussi mal, voire plus mal, que la fin d'un amour.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=