Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mademoiselle Julie
Théâtre de la Tempête  (Paris)  novembre 2019

Drame d'après l'oeuvre éponyme de August Strindberg, mise en scène d'Elisabeth Chailloux, avec Anne Cressent, Pauline Huruguen et Yannik Landrein.

Tout a sans doute été dit et écrit à propos de "Mademoiselle Julie", une des oeuvres emblématiques et multireprésentées du dramaturge suédois August Strindberg, qu'il qualifiait de "tragédie (supra)naturaliste" et irriguée de symbolisme, placée sous le signe de la lutte, lutte des classes, des sexes et des cerveaux, ordonnée autour de la dialectique maître/valet.

La metteuse en scène Elisabeth Chailloux résume l'intrigue comme mettant "bout à bout, sur un rythme précipité, une danse de séduction, le combat entre Jean et Julie, un tabassage psychologique, un casse (le bureau du comte est dévalisé), une tentative d’évasion, la mise à mort d’une bestiole et une fin hallucinée" pour retracer "l’histoire d’une femme qui vit son désir", donc celle du prototype de la femme moderne dont l'émancipation se heurte encore à nombre de résistances.

Or, le personnage-titre construit par Strindberg est une chimère hybridant une hystérique, au sens de la psychiatrie balbutiante du 19ème siècle, assaillie par la libido et une victime du "fatum" qui n'était pas encore qualifié de traumatisme de transmission intergénerationnelle souffrant de surcroît d'un déficit de force de caractère pour assumer l'éducation imposée par une mère à la vocation ratée d'amazone.

Mademoiselle Julie va donc "jouer avec le feu", expression-titre d'un autre opus de Strindberg, dans une entreprise auto-destructrice comme seule issue possible à un conflit et des tensions internes insurmontables.

Cela étant, Elisabeth Chailloux propose une nouvelle écriture parsemée de locutions anglo-saxonnes avec une recontextualisation à l'ère des téléphones portables génératrices d'anachronismes en raison de la portée différente au 21ème siècle et dans le cadre des relations intimes des notions de honte, déshonneur, humiliation et mésalliance liée à la transgression morale ou/et sociale.

La partition se déroule dans la cuisine d'une demeure nobiliaire, décor incontournable en l'espèce élaboré de manière minimaliste par Yves Collet et Léo Garnier, dans un huis-clos délétère sous la censure morale de la cuisinière, figure rigoriste sûre de sa foi comme des valeurs ancillaires et de son désir de s'élever au dessus de sa condition, parfaitement interprétée par Anne Cressent.

Tel un papillon égaré dans la nuit voletant autour d'une torche, Pauline Huruguen campe la pauvre petite fille riche, belle, cultivée et bien née, qui tente désespérément de dresser les hommes comme des chevaux à coup de cravache pour son ex-fiancé et de claquement de doigts pour le valet.

En charge de ce rôle, Yannik Landrein parvient à en restituer la paradoxalité paralysante entre soumission au déterminisme social et ambition de s'en délivrer.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=