Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Romain Humeau
Le Bataclan  (Paris)  23 novembre 2005

C'est de bonne humeur et dans une ambiance bon enfant que Romain Humeau viendra présenter ce soir sa première partie, Kebous. Caché sous ce curieux pseudo, c'est le projet solo d'un des membres des Hurlement d'Léo.

Sympathique début de soirée avec les chansons françaises un peu teinté jazzy de Kebous et son groupe. Plutôt fins, les textes sont relativement classiques mais bien écrits et très musicaux, ce qui donne une certaine fluidité à l'ensemble sans trop de lourdeur franco-française.

Kebous reprendra "Beauté du diable" de son ami Romain Humeau qui excitera un peu le public encore clairsemé et c'est un duo avec Romain pour un "Déserteur" un peu particulier qui réveillera définitivement les fans fidèles du chanteur de Eiffel

Avant de quitter la scène, Kebous encourage les gens à acheter son disque "produit par Romain" (toutes les ficelles sont bonnes) afin de gagner quelques sous et continuer de tourner… Décidément, les artistes ont bien du mal a survivre.

On aurait sûrement préféré un Bataclan plein à craquer. Reconnaissance bien méritée pour un de nos meilleurs artistes rock. Pourtant c'est une salle qui est loin d'être pleine à l'orchestre et carrément vide au balcon (de toute façon fermé au public)… Dommage.

Qu'à cela ne tienne, Romain est en forme et le public aussi ! Ca ne tarde pas à déménager sur scène tandis que l'audience est plutôt sage et attentive, respectueuse de l'artiste et connaisseuse plutôt qu'agitée et pogoteuse.

Tout l'album L'éternité de l'instant sera passé en revu ou presque. "Prend ma main", "Beauté du diable" …

Humeau se permet une petite provocation en annonçant "Fermez vos gueules, on s'entend plus penser" afin de repartir de plus belle dans un rock endiablé dont le son est parfaitement maîtrisé dans cette salle du Bataclan pas toujours parfaite en la matière et dédiera même "Chien enragé" à De Villepin.

Vient ensuite le moment "émotion" où Romain interprète un titre de Boris Vian, originellement mis en musique par Serge Gainsbourg ("Quand j'aurais du vent dans mon crâne"). Lumière tamisée, Bettina Kee au piano et de grands gestes un peu théâtraux rappellent les grands de la chanson française d'une autre époque.

Autres temps autres mœurs dit-on …

Contraste pour le moins radical quand un rappeur de l'ESK Crew arrive sur scène pour entamer un duo électrisé sur "Je m'en irais toujours". Energie rock et puissance du slam du rappeur font mouche ...

"Qu'est ce qu'on rigole" lance Romain qui demande si par hasard quelqu'un ne veut pas qu'on lui souhaite son anniversaire "comme d'habitude"… Humour comme musique sont avec Romain Humeau toujours sur la corde raide.

Le temps d'un "Possédés" lui aussi débordant d'énergie et Romain annonce que au cas ou 2 ou 3 n'avaient pas encore remarqué le clin d'œil à Black Francis (des Pixies) il allait cette fois-ci reprendre un morceau de celui qui est peut être le musicien le plus influent sur lui, "Velouria" des Pixies. C'est seul à la guitare qu'il revisitera ce titre mythique dans une version tendue à souhait.

Au rang des invités, c'est au tour de Philippe Uminsky de rejoindre Humeau.

Ambiance feutrée, 2 tabourets, 2 guitares acoustiques pour "Leurs échines" épuré et complice entre les deux hommes.

"La mort sifflera trois fois" qui marquera la fin du concert, avant les rappels. Titre épique sur disque il ne l'est pas moins en live. Romain et ses musiciens y laisseront leur toute dernière énergie.

Restant un des rares artistes a fonctionner de façon aussi communautaire autour de ses fans qui le lui rendent bien, Romain remerciera ceux qui l'aident dans l'ombre, "Il en font beaucoup et même plus que certains" ajoute-t-il avant de rendre hommage à tous les techniciens travaillant avec lui.

C'est avec l'émouvant "Toi" que le groupe revient en rappel pour ensuite enchaîner sur une reprise improbable de "Shout" des Tears for fears.

Après avoir pris rendez vous au café d'à coté avec ses fans, Humeau et son groupe (invités compris) entament un dernier titre ("Tu restes mon ami") avant de tous se jeter dans les bras les uns les autres, comme des teenagers contents d'avoir réussi leur concert de fin d'année scolaire ! Sincère jusqu'au bout, Humeau et sa bande se la jouent sans artifice et se la jouent bien !

Vivement les prochaines dates, le vrai rock avec les tripes c'est rare de nos jours.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'éternité de l'instant de Romain Humeau
La chronique de l'album Vendredi ou les limbes du Pacifique de Romain Humeau
La chronique de l'album Amour de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #1 de Romain Humeau
La chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Une 2ème chronique de l'album Mousquetaire #2 de Romain Humeau
Romain Humeau en concert à Mains D'Oeuvres (7 décembre 2004)
Romain Humeau en concert à Run Ar Puns (2 avril 2005)
Romain Humeau en concert au Festival Halloween 2005
Romain Humeau en concert au Tremplin (24 février 2006)
Romain Humeau en concert à l'Ubu (vendredi 4 novembre 2016)
Romain Humeau en concert à l'Elysée Montmartre (mercredi 23 novembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (lundi 29 juin 2015 )
L'interview de Romain Humeau (mercredi 28 septembre 2016)
L'interview de Romain Humeau (janvier 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Romain Humeau
Le Soundcloud de Romain Humeau
Le Facebook de Romain Humeau

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Romain Humeau (28 septembre 2016)


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=