Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'écho du temps
Kevin Powers  (Editions Delcourt)  octobre 2019

Il est des livres d’une rare beauté, de l’intérieur comme de l’extérieur, de la couverture jusqu’à l’histoire, des livres qui me confirme que la lecture reste à mes yeux mon loisir préféré, qui m’empêche de comprendre qu’on ne puisse pas aimer lire.

Il est des livres que l’on commence avec une grande attente, souvent parce que l’ouvrage précédent de l’auteur nous avait déjà enchantés, des livres que l’on prend soin de lire en prenant son temps, en relisant certaines phrases ou passages sidérantes de beauté, des livres que l’on parcourt au gré d’une intensité émotionnelle rare.

L’écho du temps, le nouvel ouvrage de Kevin Powers fait partie de ces livres. Il est et restera l’un de mes coups de cœur de cet automne et sûrement aussi l’un des coups de cœur de cette année littéraire qui va bientôt s’achever.

Kevin Powers est né à Richmond en Virginie. A 17 ans, il s’engage dans l’armée et combat en Irak en 2004 et 2005. A son retour, il obtient une bourse d’étude en poésie à l’université d’Austin. Finaliste du National Book Award et traduit dans 23 pays, Yellow Birds, son premier roman reçu de nombreuses distinctions, notamment celui de meilleur roman étranger pour le magazine Lire.

L’écho du temps, qui vient d’être publié aux éditions Delcourt Littérature, est de même veine que Yellos Birds, peut-être même au-dessus à mon humble avis. Il fait partie des trois finalistes du grand prix de littérature Américaine aux côtés du dernier ouvrage de Valeria Luiselli, excellent aussi et chroniqué sur le site, et de Tommy Orange, pour un ouvrage que je n’ai pas lu.

L’ouvrage que nous propose Kevin Powers avec L’écho du temps a comme point commun avec son précédent ouvrage qu’il traite de nouveau de la violence, de nouveau au cœur de l’ouvrage. Quand l’auteur nous dévoilait la violence des combats en Irak vue sous le spectre de jeunes soldats, L’écho du temps nous parle d’une violence bien plus ancienne, qui prend racine en Virginie sur les ruines fumantes d’une plantation en 1865.

Leur destin s’est scellé sur les ruines de la Plantation Beauvais, aux abords de Richmond, en Virginie, puis les flammes ont brouillé leurs traces. Nul n’a jamais su ainsi ce qui est arrivé à Emily Reid Levallois. A-t-elle péri en 1865 dans l’incendie criminel de la plantation qu’elle a peut-être provoqué pour se débarrasser de son mari tyrannique ? Ou s’est-elle réinventée une vie ailleurs, comme le prétend la rumeur ? Rawls et Nurse, esclaves en fuite, ont-ils disparu dans les marais de Great Dismal ? Et le vieux George Seldom réussira-t-il, bien des années plus tard, à démêler l’énigme de ses origines, lui qui a été trouvé, enfant, avec un simple mot épinglé sur la poitrine : "prenez soin de moi. Je vous appartiens maintenant" ?

L’écho du temps est un ouvrage qui donne une part chère aux personnages, principaux et secondaires, que l’auteur s’attarde à nous présenter pour nous mieux nous faire comprendre et ressentir une époque, celle de la guerre de Sécession mais aussi celle de l’abolition de l’esclavagisme.

L’histoire tourne autour d’un drame survenu dans une plantation avec une construction en chapitres qui varient selon l’époque racontée. Le lecteur se retrouve tantôt au temps de la splendeur ce cette plantation, les années avant l’incendie et tantôt au milieu du 20ème siècle aux côtés de George Seldmon qui effectue des recherches pour connaître ses origines.

Evidemment, un destin croisé des différents personnages s’opère au fil du livre, révélé de façon ingénieuse et lente, des éléments de l’intrigue s’emboîtent petit à petit pour nous révéler le fin mot de l’histoire.

Les amateurs de lecture frénétique, de suspense insoutenable pourront passer leur tour, ce livre n’est pas fait pour eux. Kevin Powers est un auteur qui aime prendre son temps pour installer ses personnages et son histoire. Il possède une écriture qui le lui permet, faite de poésie et de descriptions fines que l’on retrouve chez les grands auteurs américains qui ont écrit sur la guerre de Sécession et l’esclavagisme.

La violence de la guerre de Sécession qu’il nous décrit est dans la lignée de celle qu’il nous présentait dans son précédent ouvrage. Il nous montre parfaitement comment ce conflit laissa des traces indélébiles dans l’histoire des Etats-Unis et dans la place des populations noires au sein de la société américaine.

L’écho du temps est un ouvrage aussi ambitieux qu’il est exigeant à la lecture. Assez déroutant de par sa construction qui entrelace deux fils narratifs, il est un livre qui permet au lecteur de voir son plaisir monter en intensité au fil des pages, notamment lorsque les deux fils narratifs commencent à prendre sens entre eux.

L’écho du temps est un roman éblouissant sur une période charnière de l’histoire des Etats-Unis, traitée avec poésie et intelligence par un auteur qui confirme avec cet ouvrage des talents d’écriture que l’on avait commencé à appréhender avec Yellow Birds.

Je ne suis pas prêt d’oublier cette lecture magique du dernier ouvrage de Kevin Powers. L’écho du temps est et restera un ouvrage qui marque, de ceux dont on est fier de l’avoir lu.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Kevin Powers


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=