Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La dernière bande
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  novembre 2019

Monologue dramatique de texte Samuel Beckett interprété par Denis Lavant dans une mise en scène de Jacques Osinski.

Après "Cap au pire", le duo beckettien Jacques Osinski et Denis Lavant se reforme pour une nouvelle leçon théâtrale touchée par la grâce avec "La dernière bande".

Tout commence par un long silence. Assis derrière un bureau où trône un magnétophone d'antan et quelques cartons d'archive d'avant antan, Denis Lavant respecte le long silence des didascalies beckettiennes.

Il le perturbe d'un petit gémissement quand il sent qu'il doit se lever pour ouvrir l'un des tiroirs du bureau placés face au public - contre toute logique administrative - et en sortir une banane. Commencer à la manger après l'avoir clownesquement caressée et épluchée lui prendra le temps nécessaire qu'il faudra.

Jacques Osinski dit s'être souvenu de "Film", le court-métrage écrit en 1965 par Samuel Beckett et dans lequel Buster Keaton se balançait sur un rocking-chair. Et l'on comprend mieux qu'ici Lavant est aussi un acteur du muet... qui va finir, de guerre lasse et par nécessité théâtrale, par parler. Il s'écoutera beaucoup parler off quand la bande magnétique enfin démarrera et ne fera finalement que la répéter ou la paraphraser quand il prendra enfin la parole.

Dialectique entre le silence et les mots, entre une vie qui se rejoue au hasard de la "bobine" magnétique sortie d'une "boîte" et la mémoire d'un quasi vieillard. Aujourd'hui, pour son pèlerinage annuel dans ses souvenirs enregistrés, Krapp, écrivain clochardisé presque septuagénaire, se penche sur la bobine 5 de la boîte 3.

De ce "monodrame" très court, écrit en anglais pour le grand acteur nord-irlandais Patrick Magee (Krapp's Last Tape) et traduit par Beckett lui-même, Jacques Osinski tire l'équivalent d'une pièce entière sans qu'on ressente une quelconque dilatation temporelle.

Comme dans "Film", il pourrait n'y avoir ni début ni fin. Lavant pourrait appuyer éternellement sur cette bande qui tourne et s'arrête de tourner au hasard de la volonté mécanique de son doigt, s'il n'avait soudain l'envie de tout bazarder de ne laisser sur son bureau que le magnétophone, seul, sans bande, inutile objet d'une mémoire soudain inutile.

Aucune affectation, aucun surjeu, aucun besoin de prouver quelque chose de plus que ce que le texte lui demande de prouver : Denis Lavant n'est peut-être même pas encore au sommet de son art. Il lui en reste sans doute encore sous la pédale, celle des expériences qu'il vivra sur scène ou dans sa vie pour être dans une bonne dizaine d'années totalement synchro avec l'âge voulu par Beckett pour être Krapp.

Le mot "expérience" vaut aussi pour le public capturé par un texte minimal dont chaque mot entendu fait sens. Chaque spectateur conquis sera emporté par le texte si bien porté par le comédien et son metteur en scène.

Un régal pour celui qui veut comprendre ce qu'a d'unique l'art théâtral.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=