Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Noura rêve
Hinde Boujemaa  novembre 2019

Réalisé par Hinde Boujemaa. Tunisie/Belgique/France. Drame. 1h30 (Sortie le 13 novembre 2019). Avec Hend Sabri, Lotfi Abdelli, Hakim Boumsaoudi, Imen Cherif, Seifeddine Dhrif et Jamel Sassi.

Avec "Noura rêve" de Hinde Boujemaa, le cinéma tunisien livre un beau portrait de femme libre écrit et réalisé par une femme.

Si Noura rêve, c'est de sortir du carcan social dans lequel elle est enfermée. On pourrait aussi ajouter le carcan conjugal. Car Noura s'est mariée à Jamel (Lofti Abdelli), un homme qui est un voleur sans envergure, un voyou incorrigible qui passe la plupart de son temps en prison, et qui laisse sa femme seule pour s'occuper et nourrir leurs trois enfants.

Pas étonnant si elle a trouvé en Lassad (Hakim Boumsaoudi), un garagiste honnête et aimant, la consolation de toutes ses peines... Mais, en Tunisie, l'adultère est encore puni de prison. Noura risque gros et sa vie est plus un cauchemar qu'un rêve. Lingère dans un hôpital, elle a des journées infernales et sa relation avec Lassad est vraiment en pointillé tant qu'elle ne peut pas divorcer.

Dans "Noura Rêve" de Hinde Boujemaa, on découvrira les difficultés de se séparer d'un mari même s'il a un casier judiciaire et qu'il n'a pas de quoi faire vivre normalement ses enfants.

On suivra les longues journées de Noura entre son travail et des enfants pas faciles qui voudraient pouvoir consommer comme les autres. On partagera ses moments d'angoisse pour essayer de retrouver son amant pour passer quelques instants à penser à un avenir meilleur et improbable.

Hend Sabri, à contre-emploi, dans le rôle d'une femme du peuple dure à la peine et guidée par ses pulsions, porte le film telle une Gena Rowlands dans "Une femme sous influence".

Ses partenaires, eux aussi, confirment la qualité des comédiens tunisiens. Lofti Abdelli, que l'on connaît comme humoriste de stand-up, est glaçant dans le rôle du mari de Noura.

Sa sortie de prison précipite les choses et le destin de Noura. Un destin d'autant plus noir que l'on découvre une police partiellement corrompue dont certains membres sont les commanditaires des petits méfaits de Jamel. Pareillement, c'est une de ses collègues de l'hôpital, à qui Noura reprochait de voler des draps, qui révèlera à Jamel l'existence de Lassad.

"Noura rêve" de Hinde Boujemaa pourrait n'être qu'un mélo très efficace, dessinant la figure emblématique d'une mère courage. C'est aussi, en filigrane, une description clinique de la société tunisienne, où chacun vit dans le soupçon, peut être dénoncé ou stigmatisé par son voisin.

Pas beaucoup de solidarité et une vie pleine d'embûche pour celui qui s'écarte du "droit" chemin d'une société peut-être plus libre que dans les autres pays du Maghreb, mais quand même très patriarcale et influencée par les préceptes religieux.

"Noura rêve" de Hinde Boujemaa milite pour que les femmes obtiennent une vraie égalité avec les hommes. C'est encore loin d'être le cas, là-bas comme ici.

La réalisatrice se permet une fin ambigüe pour tenter de ne pas trop noircir les choses et donner une chance à Noura à qui l'on souhaite vraiment que son rêve devienne réalité, et dont on n'oubliera pas l'énergie hors du commun dans ce beau film de femme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=