Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce On s'en va
Théâtre national de Chaillot  (Paris)  novembre 2019

Spectacle conçu par Krzysztof Warlikowski et Piotr Gruszczynski d'après un opus de Hanokh Levin, mise en scène de Krzysztof Warlikowski, avec Agata Buzek, Andrzej Chyra, Magdalena Cielecka, Ewa Dalkowska, Bartosz Gelner, Maciej Gasiu Gosniowski, Malgorzata Hajewska-Krzysztofik, Jadwiga Jankowska-Cieslak, Wojciech Kalarus, Marek Kalita, Dorota Kolak, Rafal Mackowiak, Maciej Stuhr, Zygmunt Malanowicz, Monika Niemczyk, Maja Ostaszewska, Jasmina Polak, Piotr Polak, Jacek Poniedzialek et Magdalena Poplawska

Depuis longtemps sinon toujours, la Pologne constitue l'unique tropisme warlikowskien, de manière patente, en filigrane ou en résonance.

Car le passé historique du pays natal du metteur en scène Krzysztof Warlikowski a suscité une névrose obsessionnelle confortée par la situation de la Pologne contemporaine considérée comme en voie de repli réactionnaire avec la résurgence aigüe des atavismes anciens, sinon de fascisation.

Un pays dans lequel l'exil, souhaité, espéré ou décidé, semble constituer la seule échappatoire possible et où Krzysztof Warlikowski, qui est parti puis revenu, maintient son ancrage dans le théâtre de résistance avec la troupe du Nowy Teatr de Varsovie dont il assure la direction.

Dans le cadre de cette dialectique du départ, il a été inspiré par un opus du du dramaturge Hanokh Levin, figure majeure de la scène israélienne contemporaine, "Sur les valises", pour élaborer, avec la collaboration du dramaturge compagnon de route théâtrale Piotr Gruszczynski, une variation tragi-comique irriguée d'autres emprunts textuels.

Intitulée "On s’en va", elle reprend l'essentiel de la partition originale sous titrée "comédie en huit enterrements" en ce qu'elle retrace, avec l'aller-retour de certains et les autres qui, selon l'expression triviale, partent "les pieds devant", le drame de la petitesse et de la finitude humaines à travers le destin d'habitants d'un microcosme communautaire et identitaire confiné qui rêvent tous d'une vraie vie ailleurs celle-ci se trouvant dans un hypothétique au-delà où se dégustent des glaces aux flocons de neige.

Introduite par le millésime 1998 du Concours Eurovison de la chanson remporté par Israël avec la chanson interprétée par la transgenre Dana International et se clôturant sur le ghetto de Varsovie avec la quête des origines d'une vlogueuse juive américaine, le spectacle se déploie selon les fondamentaux dramaturgiques et les marqueurs scéniques warlikoswkiens dont la radicale esthétique burlesque voire grotesque dans un décor de salle d'embarquement d'aéroport réalisé par la scénographe attitrée Malgorzata Szczesniak.

Dans cette métaphore de la vie, un stand-by plus ou moins long pendant lequel chacun traîne ses valises avant l'ultime sortie, et sous le regard clos d'un Dieu métis, indifférent aux affres de ses créatures que seule émeut l'éclosion d'une fleur, et la sollicitude ancillaire d'un séraphin qui a troqué son allure d'angelot pour celle d'un queer bodybuildé, se déploient les micro scènes façon "short cuts" d'histoires entrelacées délivrées sur le fil musical tonitruant du compositeur Pawel Mykietyn.

Pas de doute possible, ce festival cabarettique explosif et désillusionné, au demeurant genre prisé par Hanokh Levin, ressort au spectacle-manifeste et s'avère donc un spectacle-signature porté par l'époustouflante interprétation performative des comédiens, fidèles aguerris et jeunes prometteurs.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=