Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce On s'en va
Théâtre national de Chaillot  (Paris)  novembre 2019

Spectacle conçu par Krzysztof Warlikowski et Piotr Gruszczynski d'après un opus de Hanokh Levin, mise en scène de Krzysztof Warlikowski, avec Agata Buzek, Andrzej Chyra, Magdalena Cielecka, Ewa Dalkowska, Bartosz Gelner, Maciej Gasiu Gosniowski, Malgorzata Hajewska-Krzysztofik, Jadwiga Jankowska-Cieslak, Wojciech Kalarus, Marek Kalita, Dorota Kolak, Rafal Mackowiak, Maciej Stuhr, Zygmunt Malanowicz, Monika Niemczyk, Maja Ostaszewska, Jasmina Polak, Piotr Polak, Jacek Poniedzialek et Magdalena Poplawska

Depuis longtemps sinon toujours, la Pologne constitue l'unique tropisme warlikowskien, de manière patente, en filigrane ou en résonance.

Car le passé historique du pays natal du metteur en scène Krzysztof Warlikowski a suscité une névrose obsessionnelle confortée par la situation de la Pologne contemporaine considérée comme en voie de repli réactionnaire avec la résurgence aigüe des atavismes anciens, sinon de fascisation.

Un pays dans lequel l'exil, souhaité, espéré ou décidé, semble constituer la seule échappatoire possible et où Krzysztof Warlikowski, qui est parti puis revenu, maintient son ancrage dans le théâtre de résistance avec la troupe du Nowy Teatr de Varsovie dont il assure la direction.

Dans le cadre de cette dialectique du départ, il a été inspiré par un opus du du dramaturge Hanokh Levin, figure majeure de la scène israélienne contemporaine, "Sur les valises", pour élaborer, avec la collaboration du dramaturge compagnon de route théâtrale Piotr Gruszczynski, une variation tragi-comique irriguée d'autres emprunts textuels.

Intitulée "On s’en va", elle reprend l'essentiel de la partition originale sous titrée "comédie en huit enterrements" en ce qu'elle retrace, avec l'aller-retour de certains et les autres qui, selon l'expression triviale, partent "les pieds devant", le drame de la petitesse et de la finitude humaines à travers le destin d'habitants d'un microcosme communautaire et identitaire confiné qui rêvent tous d'une vraie vie ailleurs celle-ci se trouvant dans un hypothétique au-delà où se dégustent des glaces aux flocons de neige.

Introduite par le millésime 1998 du Concours Eurovison de la chanson remporté par Israël avec la chanson interprétée par la transgenre Dana International et se clôturant sur le ghetto de Varsovie avec la quête des origines d'une vlogueuse juive américaine, le spectacle se déploie selon les fondamentaux dramaturgiques et les marqueurs scéniques warlikoswkiens dont la radicale esthétique burlesque voire grotesque dans un décor de salle d'embarquement d'aéroport réalisé par la scénographe attitrée Malgorzata Szczesniak.

Dans cette métaphore de la vie, un stand-by plus ou moins long pendant lequel chacun traîne ses valises avant l'ultime sortie, et sous le regard clos d'un Dieu métis, indifférent aux affres de ses créatures que seule émeut l'éclosion d'une fleur, et la sollicitude ancillaire d'un séraphin qui a troqué son allure d'angelot pour celle d'un queer bodybuildé, se déploient les micro scènes façon "short cuts" d'histoires entrelacées délivrées sur le fil musical tonitruant du compositeur Pawel Mykietyn.

Pas de doute possible, ce festival cabarettique explosif et désillusionné, au demeurant genre prisé par Hanokh Levin, ressort au spectacle-manifeste et s'avère donc un spectacle-signature porté par l'époustouflante interprétation performative des comédiens, fidèles aguerris et jeunes prometteurs.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=