Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kiki Smith
Monnaie de Paris  Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020

Dans le cadre de son programme muséal de rétrospectives inédites consacrées à des artistes contemporains de renommée internationale, et après, Maurizio Cattelan, Grayson Perry et Thomas Schütte, la Monnaie de Paris propose la première exposition monographique de l'artiste américaine Kiki Smith.

Les commissaires Camille Morineau et Lucia Pesapane, respectivement directrice des expositions et des collections de la Monnaie de Paris et responsable de la programmation artistique du lieu, ont sélectionné une centaine d'oeuvres pour retracer quatre décennies de création.

Et elles n'ont pas opté pour un parcours classique, chronologique ou/et thématique, mais pour un déploiement plus pointu consistant en "un dialogue d'entrecroisements" afin de privilégier la compréhension de la cosmogonie smithienne.

Ainsi l'exposition met notamment en évidence les tropismes de cet artiste pluridisciplinaire inscrite dans l'héritage de la "papesse" Louise Bourgeois, référence qu'elle assume comme "source", et engagée dans la militance féministe pour laquelle le corps, essentiellement féminin, est le lieu de questionnement du monde.

Kiki Smith : Promenons-nous dans les bois à la croisée des chemins

La déambulation sur les deux niveaux de monstration permet, par une attention analytico-synthétique, de dégager les caractéristiques de la pratique artistique de Kiki Smith.

En premier lieu, l'utilisation de nombreux et différents médiums, du papier au bronze en passant par la tapisserie, avec une série inspirée de la Bible et d'un chant des "Géorgiques" de Virgile ("Harbor", "Fortne", "Sky".

Ensuite, une statuaire qui joue des échelles de taille de la miniature, tels les petits sujets à la façon des biscuits de Sèvres du 18ème siècle, au monumental, dont les deux sculptures ("Seer", "Mary Magdalene") en accès libre installées dans les cours extérieures, et une création basée sur la sérialité et la variation autour de l'Histoire de l'Art.

Enfin, sculptures, dessins, tapisseries et installations révèlent les tropismes qui résultent d'une enfance placée sous le signe d'une éducation catholique et des contes de fées et légendes qui constituent le socle de la littérature jeunesse.

Ce qui conduit à une combinaison des iconographies religieuse et profane. Et si Kiki Smith avait été la petite fille sage de "Pause" qui accueille le visiteur...

Kiki Smith entre sur la scène artistique dans les années 80 avec des sculptures figuratives et le corps comme motif dans la lignée classique de la représentation anatomique qui irrigue l'art.

Le corps dans son intégrité physique mais également sans son enveloppe dermique à la manière des écorchés de la Renaissance ("Virgin Mom", "Meat Head"), éviscéré, en résonance avec le reliquaire, ou morcelé correspondant au "non finito" augurée par Miche-Ange et aux ex voto, voire du découpage volontaire à la Rodin à fins d'édition.

Puis elle revisite les canons des grandes figures féminines de l'art médiéval et de l'art de la Renaissance, avec la jeune Vierge pastourelle de l'imagerie sulpicienne selon un archétype physique décliné pour aux héroïnes des contes telles le Petit Chaperon rouge et Alice de Lewis Carroll ("Sleeping", "Wandering", "Slumber", "Looking About", "Rest Upon") à la femme à l'épreuve d'une ambigüe animalité ("Rapture" figurant sur l'affiche de l'événement).

Et les grands mythes fondateurs de l'Humanité dont ceux judéo-chrétiens comme l'Annonciation et la Crucifixion avec une inversion de sexe pour évoquer la femme victimaire, de même avec "Pyre Woman Kneeling" en mémoire des femmes condamnées au bûcher pour sorcellerie.

De la théologie à la théosophie et au holisme, la frontière est perméable et Kiki Smith a introduit dans son travail une composante cosmique tel avec la série "The light of the world" composée de cyanotypes sur papier présentés avec la sculpture "Spiral Nebula" matérialisant l'énergie cosmique transcendentale et la série "Sungrazer" conçue spécialement pour cette exposition.

La Monnaie de Paris édite trois mini-médailles réalisées à partir d'un fragment d'oeuvre de l'artiste et Kiki Smith a créé un bijou inédit en forme de médaille-sautoir qui reprend les motifs de la tapisserie"Sky".

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Monnaie de Paris

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Monnaie de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=