Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kiki Smith
Monnaie de Paris  Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020

Dans le cadre de son programme muséal de rétrospectives inédites consacrées à des artistes contemporains de renommée internationale, et après, Maurizio Cattelan, Grayson Perry et Thomas Schütte, la Monnaie de Paris propose la première exposition monographique de l'artiste américaine Kiki Smith.

Les commissaires Camille Morineau et Lucia Pesapane, respectivement directrice des expositions et des collections de la Monnaie de Paris et responsable de la programmation artistique du lieu, ont sélectionné une centaine d'oeuvres pour retracer quatre décennies de création.

Et elles n'ont pas opté pour un parcours classique, chronologique ou/et thématique, mais pour un déploiement plus pointu consistant en "un dialogue d'entrecroisements" afin de privilégier la compréhension de la cosmogonie smithienne.

Ainsi l'exposition met notamment en évidence les tropismes de cet artiste pluridisciplinaire inscrite dans l'héritage de la "papesse" Louise Bourgeois, référence qu'elle assume comme "source", et engagée dans la militance féministe pour laquelle le corps, essentiellement féminin, est le lieu de questionnement du monde.

Kiki Smith : Promenons-nous dans les bois à la croisée des chemins

La déambulation sur les deux niveaux de monstration permet, par une attention analytico-synthétique, de dégager les caractéristiques de la pratique artistique de Kiki Smith.

En premier lieu, l'utilisation de nombreux et différents médiums, du papier au bronze en passant par la tapisserie, avec une série inspirée de la Bible et d'un chant des "Géorgiques" de Virgile ("Harbor", "Fortne", "Sky".

Ensuite, une statuaire qui joue des échelles de taille de la miniature, tels les petits sujets à la façon des biscuits de Sèvres du 18ème siècle, au monumental, dont les deux sculptures ("Seer", "Mary Magdalene") en accès libre installées dans les cours extérieures, et une création basée sur la sérialité et la variation autour de l'Histoire de l'Art.

Enfin, sculptures, dessins, tapisseries et installations révèlent les tropismes qui résultent d'une enfance placée sous le signe d'une éducation catholique et des contes de fées et légendes qui constituent le socle de la littérature jeunesse.

Ce qui conduit à une combinaison des iconographies religieuse et profane. Et si Kiki Smith avait été la petite fille sage de "Pause" qui accueille le visiteur...

Kiki Smith entre sur la scène artistique dans les années 80 avec des sculptures figuratives et le corps comme motif dans la lignée classique de la représentation anatomique qui irrigue l'art.

Le corps dans son intégrité physique mais également sans son enveloppe dermique à la manière des écorchés de la Renaissance ("Virgin Mom", "Meat Head"), éviscéré, en résonance avec le reliquaire, ou morcelé correspondant au "non finito" augurée par Miche-Ange et aux ex voto, voire du découpage volontaire à la Rodin à fins d'édition.

Puis elle revisite les canons des grandes figures féminines de l'art médiéval et de l'art de la Renaissance, avec la jeune Vierge pastourelle de l'imagerie sulpicienne selon un archétype physique décliné pour aux héroïnes des contes telles le Petit Chaperon rouge et Alice de Lewis Carroll ("Sleeping", "Wandering", "Slumber", "Looking About", "Rest Upon") à la femme à l'épreuve d'une ambigüe animalité ("Rapture" figurant sur l'affiche de l'événement).

Et les grands mythes fondateurs de l'Humanité dont ceux judéo-chrétiens comme l'Annonciation et la Crucifixion avec une inversion de sexe pour évoquer la femme victimaire, de même avec "Pyre Woman Kneeling" en mémoire des femmes condamnées au bûcher pour sorcellerie.

De la théologie à la théosophie et au holisme, la frontière est perméable et Kiki Smith a introduit dans son travail une composante cosmique tel avec la série "The light of the world" composée de cyanotypes sur papier présentés avec la sculpture "Spiral Nebula" matérialisant l'énergie cosmique transcendentale et la série "Sungrazer" conçue spécialement pour cette exposition.

La Monnaie de Paris édite trois mini-médailles réalisées à partir d'un fragment d'oeuvre de l'artiste et Kiki Smith a créé un bijou inédit en forme de médaille-sautoir qui reprend les motifs de la tapisserie"Sky".

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Monnaie de Paris

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Monnaie de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=