Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hans Hartung - La fabrique du geste
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris  Du 11 octobre 2019 au 1er mars 2020

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris présente un des grands événement de la rentrée muséale 2019-2020 avec la rétrospective "Hans Hartung - La fabrique du geste" consacrée au peintre Hans Hartung précuseur de la révolution formelle que fut l'abstraction lyrique et inventeur de ka peinture dite gestuelle qui connut, de son vivant, la renommée et la consécration internationale.

Selon la commissaire Odile Burluraux, conservatrice du patrimoine attachée audit musée, l'exposition ambitionne de "proposer un nouveau regard sur l’ensemble de l’oeuvre" se déployant sur six décennies de création balisées par trois centaines de pièces et un conséquent corpus documentaire de documents d’archives, livres, correspondances, carnets, esquisses, journal de jeunesse, catalogues, affiches, photographies et autres.

Ainsi, la (dé)monstration est-elle construite en séquences chronologiques ordonnées en quatre sections analytiques - vers l'abstraction, la peinture à tout prix, la libération du geste et l'action sur la toile - mettant en évidence la démarche résolument conceptuelle et innovante.

Celle-ci passe par le geste du peintre, Hans Hartung consiéèrant la toile comme "un espace de mouvement, de spontanéité, de contrôle, où le corps se trouve impliqué" dixit, dans le catalogue, Fabrice Hergott, directeur du musée.

Hans Hartung : En garde ! l'attaque picturale de Hans Hartung etle paradoxe du libre geste spontané et de la répétition

Hans Hartung c'est une production est prolifique, qui atteint une toile par jour dans son ultime période et une expérimentation plastique récurrente avec l'exploration d'une grande diversité de supports - photographie, céramique, gravure - pour ses recherches formelles et techniques exportées à la peinture afin de créer un langage-signature.

Des premières oeuvres figuratives des années 1920 ("Le Grand cheval", "Trois personnes assises", "Stintek I, maison devant la digue" et le cubiste "Leucate, ma cabane grise" suivies des "Têtes" picassiennes) à celles tardives qualifiées de "cosmiques", la démarche conceptuelle de Hans Hartung satisfait aux mêmes fondamentaux et tropismes.

En premier lieu, l'innovation technique par l'abandon des instruments traditionnels du peintre au profit du détournement d'outils divers. Tout sauf le pinceau ou le couteau.

Tel les dessins à l'encre des années 30 repris pour le série des peintures dites "palmées" car réalisée avec une palme enduite de couleur noir balayée sur fond uni.

Du stylet au peigne métallique pour procéder à la lacération, du balai de genêts pour le grattage, le pistolet pour le dripping, de l'aspirateur à la sulfateuse en passant par l'aérosol pour la pulvérisation. Et, dans la même logique, le remplacement de la peinture à l'huile par la peinture vinylique industrielle.

Ensuite, pour assurer l'ampleur et la vitalité du geste comme source créatrice, la monumentalité avec de très grands formats rythmés par les vibrations colorées.

Avec une palette chromatique de tons sourds du brun foncé twistés par des notes acides de turquoise ou de jaune pour les opus des premières années encadrant l'unique incursion de l'artiste dans la statuaire avec la sculpture réalisée en 1938. Puis des couleurs primaires saturées dans la dernière période.

L'exposition met également en évidence le principe de reproductibilité avec le travail sériel et la pratique du multiple que Hans Hartung déclinera avec l'ancestrale méthode de la mise au carreau qu'il utilise notamment pour agrandir les petits dessins élaborés en période de dénuement financier. Ce qui n'est pas sans contradiction avec le principe de l'immédiateté du geste spontané.

Quant au travail en série, il est considéré comme participant à la constitution d'un laboratoire de formes.

L'oeuvre d'Hartung se clôt sur des explosions déflagratoires de couleurs projetées au pistolet évocatrices d'explosions cosmiques qui entrent en résonance mnésique avec des toiles antérieures, celles aux zébrures tels des éclairs et celles dites "aux halos" qui participent à l’expression d’un sublime atmosphérique à la forte charge spirituelle et soutiennent l'analyse de l’Abstraction lyrique comme une relecture du romantisme.

A ne pas rater dans cette foisonnante monstration, les dessins écritures des années de guerre, les collages cubistes sur panneau de bois et le court-métrage muet "Visite à Hans Hartung" réalisé en 1947 par le cinéaste Alain Resnais.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=