Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lau Ngama
Interview  (Villa Perrotte, Dieppe)  samedi 24 août 2019

Lau Ngama, la vie devant soi

Résolument tournée vers la promotion des très jeunes artistes émergents pour cette récolte normande 2019, j’ai fait appel au professeur de mes jeunes années en classe musique du Lycée Jeanne d’Arc de Rouen, Emmanuel Thiry. Qui mieux que ce Jazz Man Teacher hors normes chargé de former et de cultiver tel un jardinier les musiciens en herbe qui voudraient se destiner à une carrière, pourrait me donner le nom de la perle de ses dernières années de promotion ? Il n’a pas hésité longtemps et m’a transmis un nom, un contact en me confiant tout le potentiel qu’il a perçu. Des interprètes il y en a tellement, mais des auteurs compositeurs si peu…

A l’aveugle, mais en toute confiance en tant qu’ancienne élève attentive et obéissante, je décide de proposer à Lau Ngama une occasion de présenter en exclusivité au public de Froggy’s Delight son univers, son personnage, sa voix.

Enthousiaste, elle a tout de suite voulu conserver un maximum de mystère, montrer un peu mais pas trop, attendre le jour J pour avoir nos réactions à chaud. Déjà d’une apparente assurance, elle ne divulgue que le strict nécessaire pour créer l’effet "wahou" tant à la mode.

"Scotchés", voilà ce que nous étions donc tous à l’arrivée de Lau à la villa Perrotte à la fin de cette longue journée de sessions. Impressionnante Lau, atypique Lau, d’abord timide, c’est une fois confortablement installée avec sa guitare que cette grande jeune femme a discrètement lutté contre l’appréhension de cette première fois et nous a tous surpris comme elle l’espérait.

Une voix forte et fragile à la fois porte des paroles engagées, loin du miel des histoires d’amour mélancoliques que l’on pourrait attendre d’une si jeune artiste. Mais la vie forme les tempéraments à son gré et les épreuves ont amené Lau à la musique pour évacuer les colères.

Après un bac Théâtre Arts dramatiques, cette élève de l’EMIJ (école de musique d'impro jazz d'Elbeuf) prend sa carrière en main et a occupé la scène dès la rentrée lors de la deuxième édition du M Festival à la Friche Saint Lucien à Rouen, après avoir fait la première partie du groupe Swan en avril dernier.

Cette session Froggy’s Delight, Lau l’a perçoit comme un tremplin pour donner une bonne raison à son public à venir de faire fructifier la cagnotte Leetchi qui lui permettra de pouvoir monter un premier EP prometteur.

Maintenant que l’on a compris le dessin, raconte-nous les couleurs, Lau.

Lau Ngama : Je crois que j’ai toujours chanté, je ne me souviens plus quand j’ai commencé. A l’âge de 8 ans, j’ai décidé d’apprendre à jouer de la guitare seule. Et dès que j’ai su me débrouiller, j’ai écrit mes propres chansons pour exprimer mes problèmes. J’avais écrit une chanson sur le harcèlement scolaire qui m’arrive encore de jouer aujourd’hui. On peut dire que qu’il s’agissait de chansons thérapeutiques.

Quels sont les artistes qui influencent ton travail lorsque tu écris ?

Lau Ngama : J’écoute beaucoup Brel, Edith Piaf. Toute la variété française classique est une inspiration pour moi. Pour les voix, c’est plutôt Aretha Franklin, Nina Simone, et beaucoup Emy Winehouse.

Une des chansons a eu du mal à sortir tout à l’heure, on ressentait l’émotion, peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Lau Ngama : Je m’intéresse beaucoup à l’égalité homme femme. Je pense que l’on est tous touché par le harcèlement et les stéréotypes. Dans la rue ou le milieu professionnel, ça me met vraiment en colère. J’ai un petit frère et je me rends compte que les hommes sont aussi victimes de beaucoup de stéréotypes. Cette chanson exprime le sentiment d’injustice que je ressens dans cette société où l’on juge beaucoup, où l’on cherche à mettre les gens dans des cases.

Et les autres titres prêts pour un album traitent également de ces sujets de société ?

Lau Ngama : Non pas du tout, je garde l’aspect médicament de la musique. Elle me soigne. La dizaine de titres qui sont prêts pour un éventuel album traitent des sujets très blues de la vie. Les périodes de déprimes… Par exemple, la chanson "Coquelicot" interprétée pour Froggy’s tout à l’heure a été écrite il y a quinze jours, suite au décès de ma grand-mère qui me disait souvent qu’un coquelicot était très fragile car quand on l’arrache du sol, il va commencer à faner et mourir en quinze minutes. C’est l’impression que j’ai eu quand elle est partie et j’ai eu besoin de retranscrire ce sentiment. J’ai écrit cette chanson très vite et j’ai profité de l’occasion de la session pour la faire découvrir.

Tu viens à peine d’avoir ton bac, à 18 ans en 2019 on rêve de quoi ?

Lau Ngama : De ne pas choisir. J’ai obtenu un bac Théâtre, j’aime cela autant que la musique alors j’aimerais ne pas choisir et l’idéal ce serait de pouvoir participer à des comédies musicales. Mais je me laisse du temps pour aller au bout de mon projet solo, essayer de faire aboutir un album pourquoi pas.

Lau Ngama, comme une foule d’autres très jeunes artistes, n’a besoin que de lieux où aller chercher son public et de rencontres artistiques qui feront éclore son projet. Elle fait déjà preuve de maturité et de recul sur son processus artistique. Nous la retrouverons je l’espère très bientôt sur les scènes normandes.

Retrouvez Lau Ngama
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

En savoir plus :
Le Facebook de Lau Ngama

Crédits photos : Bérengère Guyot


Mélanie Martin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lau Ngama (25 aout 2019)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=