Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lau Ngama
Interview  (Villa Perrotte, Dieppe)  samedi 24 août 2019

Lau Ngama, la vie devant soi

Résolument tournée vers la promotion des très jeunes artistes émergents pour cette récolte normande 2019, j’ai fait appel au professeur de mes jeunes années en classe musique du Lycée Jeanne d’Arc de Rouen, Emmanuel Thiry. Qui mieux que ce Jazz Man Teacher hors normes chargé de former et de cultiver tel un jardinier les musiciens en herbe qui voudraient se destiner à une carrière, pourrait me donner le nom de la perle de ses dernières années de promotion ? Il n’a pas hésité longtemps et m’a transmis un nom, un contact en me confiant tout le potentiel qu’il a perçu. Des interprètes il y en a tellement, mais des auteurs compositeurs si peu…

A l’aveugle, mais en toute confiance en tant qu’ancienne élève attentive et obéissante, je décide de proposer à Lau Ngama une occasion de présenter en exclusivité au public de Froggy’s Delight son univers, son personnage, sa voix.

Enthousiaste, elle a tout de suite voulu conserver un maximum de mystère, montrer un peu mais pas trop, attendre le jour J pour avoir nos réactions à chaud. Déjà d’une apparente assurance, elle ne divulgue que le strict nécessaire pour créer l’effet "wahou" tant à la mode.

"Scotchés", voilà ce que nous étions donc tous à l’arrivée de Lau à la villa Perrotte à la fin de cette longue journée de sessions. Impressionnante Lau, atypique Lau, d’abord timide, c’est une fois confortablement installée avec sa guitare que cette grande jeune femme a discrètement lutté contre l’appréhension de cette première fois et nous a tous surpris comme elle l’espérait.

Une voix forte et fragile à la fois porte des paroles engagées, loin du miel des histoires d’amour mélancoliques que l’on pourrait attendre d’une si jeune artiste. Mais la vie forme les tempéraments à son gré et les épreuves ont amené Lau à la musique pour évacuer les colères.

Après un bac Théâtre Arts dramatiques, cette élève de l’EMIJ (école de musique d'impro jazz d'Elbeuf) prend sa carrière en main et a occupé la scène dès la rentrée lors de la deuxième édition du M Festival à la Friche Saint Lucien à Rouen, après avoir fait la première partie du groupe Swan en avril dernier.

Cette session Froggy’s Delight, Lau l’a perçoit comme un tremplin pour donner une bonne raison à son public à venir de faire fructifier la cagnotte Leetchi qui lui permettra de pouvoir monter un premier EP prometteur.

Maintenant que l’on a compris le dessin, raconte-nous les couleurs, Lau.

Lau Ngama : Je crois que j’ai toujours chanté, je ne me souviens plus quand j’ai commencé. A l’âge de 8 ans, j’ai décidé d’apprendre à jouer de la guitare seule. Et dès que j’ai su me débrouiller, j’ai écrit mes propres chansons pour exprimer mes problèmes. J’avais écrit une chanson sur le harcèlement scolaire qui m’arrive encore de jouer aujourd’hui. On peut dire que qu’il s’agissait de chansons thérapeutiques.

Quels sont les artistes qui influencent ton travail lorsque tu écris ?

Lau Ngama : J’écoute beaucoup Brel, Edith Piaf. Toute la variété française classique est une inspiration pour moi. Pour les voix, c’est plutôt Aretha Franklin, Nina Simone, et beaucoup Emy Winehouse.

Une des chansons a eu du mal à sortir tout à l’heure, on ressentait l’émotion, peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Lau Ngama : Je m’intéresse beaucoup à l’égalité homme femme. Je pense que l’on est tous touché par le harcèlement et les stéréotypes. Dans la rue ou le milieu professionnel, ça me met vraiment en colère. J’ai un petit frère et je me rends compte que les hommes sont aussi victimes de beaucoup de stéréotypes. Cette chanson exprime le sentiment d’injustice que je ressens dans cette société où l’on juge beaucoup, où l’on cherche à mettre les gens dans des cases.

Et les autres titres prêts pour un album traitent également de ces sujets de société ?

Lau Ngama : Non pas du tout, je garde l’aspect médicament de la musique. Elle me soigne. La dizaine de titres qui sont prêts pour un éventuel album traitent des sujets très blues de la vie. Les périodes de déprimes… Par exemple, la chanson "Coquelicot" interprétée pour Froggy’s tout à l’heure a été écrite il y a quinze jours, suite au décès de ma grand-mère qui me disait souvent qu’un coquelicot était très fragile car quand on l’arrache du sol, il va commencer à faner et mourir en quinze minutes. C’est l’impression que j’ai eu quand elle est partie et j’ai eu besoin de retranscrire ce sentiment. J’ai écrit cette chanson très vite et j’ai profité de l’occasion de la session pour la faire découvrir.

Tu viens à peine d’avoir ton bac, à 18 ans en 2019 on rêve de quoi ?

Lau Ngama : De ne pas choisir. J’ai obtenu un bac Théâtre, j’aime cela autant que la musique alors j’aimerais ne pas choisir et l’idéal ce serait de pouvoir participer à des comédies musicales. Mais je me laisse du temps pour aller au bout de mon projet solo, essayer de faire aboutir un album pourquoi pas.

Lau Ngama, comme une foule d’autres très jeunes artistes, n’a besoin que de lieux où aller chercher son public et de rencontres artistiques qui feront éclore son projet. Elle fait déjà preuve de maturité et de recul sur son processus artistique. Nous la retrouverons je l’espère très bientôt sur les scènes normandes.

Retrouvez Lau Ngama
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

En savoir plus :
Le Facebook de Lau Ngama

Crédits photos : Bérengère Guyot


Mélanie Martin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lau Ngama (25 aout 2019)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=