Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ultra Vomit
Interview  (Hérouville-Saint-Clair)  novembre 2019

Les nantais d’Ultra Vomit était en concert en octobre dernier au Big Band Café à Hérouville-Saint-Clair (14). Pour ceux qui ne les connaissent pas, il s’agit d’un groupe de metal parodique aux textes drôles.

Le groupe ne se contente pas d’être amusant en chantant pipi, caca, ou "La chenille" version grindcore. Ils sont aussi de très bons musiciens et c’est là une clé de leur succès. Ils constituent donc un très bel accès pour découvrir, avec une certaine légèreté, le metal et la richesse de ses différents courants musicaux.

Il s’agit d’un vrai phénomène qui ne cesse de monter en puissance avec des concerts qui affichent à chaque fois sold out et même un Zénith archi-complet en novembre dernier avec No One et Tagada Jones.

On a souhaité ne rien dévoiler sur le déroulement de leur show pour laisser la surprise au spectateur qui n’y a jamais assisté. On dira simplement que c’est drôle, percutant musicalement avec de surcroît des invités exceptionnels comme Jésus Christ (rien que ça !) qui fait une apparition remarquée.

Avec un ami, Samuel, on a donc rencontré le groupe dans leur tour bus avant le concert. Une ambiance drôle voire loufoque avec quatre trublions très sympathiques (ambiance rendant toutefois la retranscription écrite de l’entretien bien délicate).

Un mot de présentation car il y a encore des gens qui ne connaissent pas Ultra Vomit ?

L'elfe Manard (batteur) : C’est totalement impossible que des gens ne nous connaissent pas. Il paraît qu’il y aurait certaines tribus en Amazonie qui n’ont jamais entendu Ultra Vomit mais elles sont vraiment totalement isolées.

Le roi Fetus (chant / guitare) : Il faut placer un curseur entre NOFX et Gojira et on est au milieu. Ultra Vomit est une bonne plateforme pour se mettre au métal. Ton oreille s’habitue et après tu écoutes Morbid Angel.

Manard : En plus, depuis l’album Objectif : thunes sorti en 2008, on est devenu commercial. L’album porte bien son nom car on s’est vendu pour faire le maximum de thunes. Il n’y avait vraiment aucun second degré dans le titre de l’album.

Le nain Flockos (guitare lead) : Ça marche bien aussi actuellement car sur le dernier disque, il y a clairement moins de blast et de grindcore. On a composé à deux guitares d’où peut-être le sentiment de titres plus construits avec un objectif d’harmonisation et de richesse mélodique. Oui les gars, je suis chiant dans ce que je raconte, il va donc falloir conclure cette phrase par un pet pour maintenir un certain équilibre donc pour ce dernier album, on dira plus mélodique et… j’ai pété.

Manard : il y a quand même "La chenille" sur le dernier album qui est plus un morceau de l’époque M. Patate (ndlr : premier album sorti en 2004).

Flockos : De toute façon, moi je n’ai pas vraiment le grind qui vient dans les doigts.

C’est quand le prochain album ?

Flockos : Ça compose mais le cran juste en dessous d’un peu On est dans le pas et on met du cœur à l’ouvrage à ne rien faire C’est difficile de faire de la scène et les albums en même temps. On va dire que 2020 risque d’être une année charnière… ou pas.

Fetus : On a des riffs ou des trucs non aboutis qui viennent de l’enregistrement de Pander Surprise ! mais pas certains qu’ils servent sur le prochain disque. Potentiellement, on n’a... aucun morceau !

Un album d’Ultra Vomit sérieux, c’est possible ?

Flockos : Pas de pronostic mais ça paraîit impossible.

On peut imaginer aussi d’autres adaptations en langues étrangères comme cela a été fait en japonisant ou en langue allemande ?

Flockos : Cela rejoint la question précédente. On n’a rien sous la pédale. On avait pensé faire le tour du monde en 80 riffs ou continuer dans des adaptations de musiques de ciné mais on verra bien. De toute façon, il ne faut pas marcher pas en cochant les cases, le processus est plus spontané.

Fetus : Je préfère encore faire une version 2 d’un truc déjà fait que de faire une parodie pour la faire. Ce n’est que mon avis.

Comment vous viennent les idées de vos titres ?

Manard : Des fulgurances. Aucune règle. Tu vois pour titre "Jacques Chirac" par exemple, c’était par rapport à un prof en fac en LEA qui me faisait marrer lorsqu’il disait Jacques Chirac avec son accent bien british. Pour le titre japonisant "Takoyaki", on avait rencontré deux nippones au Printemps de Bourges et elles avaient pris une claque musicale en nous entendant. On a donc gardé contact puis on a pris attache avec elles pour concrétiser cette amitié sur un titre. Le duo a été fait à distance. En revanche, elles sont venues pour participer au concert à l’Olympia.

Matthieu, on ne t’a pas encore entendu donc une question rien que pour toi : est-ce que tu as déjà eu la chiasse sur scène ?

Le fardadet Bausson (basse) : Après un concert car j’étais malade mais pendant le concert c’est Anus Contrôle !

Et le groupe se lance immédiatement dans le chant du titre "Anus Contrôle".

Fetus : Pourtant, on a arrêté de jouer ce titre sur scène car il était un peu nul quand même.

Un petit blind test sur du grindcore ?

Manard : C’est aveu d’échec en plein interview. On ne trouve pas ce titre. Ça ressemble à du Napalm Death.

Et non c’était Terrorizer, groupe de Pete Sandoval également batteur de Morbid Angel. Maintenant Manard, une question sur ta pratique de la batterie. Est-ce que tu as un entraîinement aussi intensif que Mario de Gojira pour avoir un tel niveau ?

Manard : La batterie pour moi, c’est la flemme. Je n’ai jamais pu travailler ma batterie car je n’en avais pas. Je ne jouais qu’en répet et en concert. Maintenant, j’ai une maison donc ça va être différent. Mario de Gojira en fait 3-4 heures par jour et en plus il est super créatif. Franchement, je voudrais bien ne plus en chier autant et jouer sans les mains d’ailleurs.

Flockos : On peut dire que pour toi, chaque concert est un cahier de brouillon.

Dernière question : vous ne trouvez pas que le metal a quand même du mal à se renouveler ?

Manard : Nous on recycle à gogo mais c’est vrai que le renouvèlement du genre est difficile.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ultra Vomit en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
Ultra Vomit en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème

En savoir plus :
Le site officiel de Ultra Vomit
Le Soundcloud de Ultra Vomit
Le Facebook de Ultra Vomit

Crédits photos : David Dreux


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=